HOME TLAXCALA
The Translators’ Network for Linguistic Diversity
TLAXCALA'S MANIFESTO  WHO WE ARE  TLAXCALA'S FRIENDS   SEARCH 

SOUTH OF THE BORDER  (Latin America and the Caribbean)
IMPERIUM  (Global Issues)
THE LAND OF CANAAN  (Palestine, Israel)
UMMA  (Arab World, Islam)
IN THE BELLY OF THE WHALE  (Activism in the Imperialist Metropolis)
PEACE AND WAR  (USA, EU, NATO)
THE MOTHER CONTINENT  (Africa, Indian Ocean)

TYPHOON ZONE  (Asia, Pacific Basin)
WITH A K AS IN KALVELLIDO (Diary of a Proletarian Cartoonist)
STORMING BRAINS  (Culture, Communication)
UNCLASSIFIABLE 
TLAXCALAN CHRONICLES 
TLAXCALA'S REFERENCE ZONE  (Glossaries, Dictionaries, Maps)
LIBRARY OF AUTHORS 
GALLERY 
TLAXCALA'S ARCHIVES 

21/08/2019
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Statement on the situation/Stellungnahme zur Situation/Déclaration sur la situation/declaración sobre la situación in/à/en GAZA
Заявление о ситуации в ГАЗЕ
Richard Falk Ричард Фолк
9/1/2009






   Violence must stop

In a resolution adopted 12 January, the Human Rights Council decided to dispatch an urgent independent international fact-finding mission to investigate violations of international human rights and humanitarian law in the Gaza Strip.

A special session of the Human Rights Council addresses the human rights situation in the Gaza Strip  - © UN Photos/ J-M Ferre

The 47-member Council adopted the resolution, with 33 voting in favour, 1 against and 13 abstentions, as it concluded its ninth special session which discussed “the grave violations of human rights in the Occupied Palestinian Territory including the recent aggression in the occupied Gaza Strip”.

The resolution called for an “immediate cessation of Israeli military attacks throughout the Palestinian Occupied Territory, in particularly in the Occupied Gaza Strip that have resulted, thus far, in the killing of more than 900 and the injury to more than 4000 Palestinians, including a large number of women and children.

It also called for an “end to the launching of the crude rockets against Israeli civilians that resulted in the loss of 4 civilian lives and some injuries.”

The “urgent independent international fact-finding mission”, to be appointed by the President of the Human Rights Council, is “to investigate all violations of international human rights law and international humanitarian law by the occupying power, Israel, against the Palestinian People throughout the Occupied Palestinian Territory, particularly in the occupied Gaza Strip, due to the current aggression,” the resolution stated.

In her address to the special session 9 January, High Commissioner for Human Rights Navi Pillay said that “the situation is intolerable. The ceasefire called for by the UN Security Council must be implemented immediately. The violence must stop.”

She stressed unequivocally that international human rights law must apply in all circumstances and at all times, and strongly urged the parties to the conflict “to fulfil their obligations under international humanitarian law to collect, care for and evacuate the wounded and to protect and respect health workers, hospitals, and medical units and ambulances.”

“Accountability must be ensured for violations of international law,” said the High Commissioner, who suggested that the Council should consider authorizing a mission to assess violations committed by both sides in the conflict in order to establish the relevant facts and ensure accountability.

“I remind this Council that violations of international humanitarian law may constitute war crime for which individual criminal responsibility may be invoked,” she said.

The High Commissioner also called on the parties to the conflict to allow the deployment of independent human rights monitors in both Israel and the Occupied Palestinian Territory to document any violations of international human rights and humanitarian law. She urged that Special Procedures mandate holders be granted unrestricted access to Gaza and the West Bank. 
In its resolution, the Council also requested Secretary-General Ban Ki-moon “to investigate the latest targeting of UNRWA facilities in Gaza, including schools, that resulted in the killing of tens of Palestinian civilians, including women and children.”
In order for a special session to be convened, the support of one-third of the membership of the Council (16 members or more) is required. A total of 32 Council members have expressed their support for holding the special session.

The special session took place following a request by Egypt, on behalf of the Arab Group and the African Group, Pakistan, on behalf of the Organization of the Islamic Conference, and Cuba, on behalf of the Non-Aligned Movement.

This is the ninth special session of the Human Rights Council. The Council’s previous special sessions related to Lebanon, Darfur, Myanmar, the global food crisis, the Democratic Republic of the Congo and the Occupied Palestinian Territory.

Source : http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/ViolenceMustStop.aspx

 

STATEMENT OF SPECIAL RAPORTEUR FOR THE PALESTINIAN TERRITORIES OCCUPIED SINCE 1967 FOR PRESENTATION TO THE SPECIAL SESSION OF THE HUMAN RIGHTS COUNCIL ON THE SITUATION IN THE GAZA STRIP, 9 JANUARY 2009

1. This statement focuses on the impact of Israel's continuing Gaza military campaign, initiated on 27 December 2008, on the humanitarian situation confronting the 1.5 million Palestinians confined to the Gaza Strip. In accordance with the undertaking of the mandate, it confines its comments to issues associated with Israel's obligations as occupying power to respect international humanitarian law (IHL), which refers mainly to the legal obligations contained in the Fourth Geneva Convention of 1949, which sets forth in some detail the legal duties of Israel as the occupying power. The essential obligations of IHL are also considered to be binding legal duties embedded in customary international law. This statement touches on issues of international human rights law (IHR), as well as the implications of severe and sustained violations of either IHL or IHR as raising issues of international criminal law (ICL). It is also necessary to assess the underlying Israeli security claims that the military incursion into Gaza was a 'defensive' operation consistent with international law and the United Nations Charter, and that no 'humanitarian crisis' existed making the scale and nature of the military force used allegedly 'excessive' and 'disproportionate.'

2. Although Israel has contended that it is no longer an occupying power, due to its withdrawal of its forces from within Gaza, it is widely agreed by international law experts that the continued Israeli control of borders, air space, and territorial waters is of a character as to retain Israel status legally as occupying power.

3. The quality of this report is undoubtedly diminished by the absence of first-hand observations of the pre-existing humanitarian situation existing in Gaza, which was to be the objective of a mission undertaken by the Special Rapporteur to gather information for use in making a report to the regular session of the Human Rights Council (HRC) scheduled for March, 2009. This mission was aborted when the Special Rapporteur was denied entry to Israel on 14 December 2008, detained for some 15 hours in a holding cell at Ben Gurion Airport, and expelled on the next day. Such treatment of a UN expert on mission would seem to raise serious issues for the Organization as a whole, bearing on the duties of a member state to cooperate, and to deal with those carrying out UN work with appropriate dignity. It is to be hoped that the government of Israel can be persuaded to reconsider its policy of exclusion that has hampered the work of this mandate. This concern about exclusion has been compounded during the period preceding the Israeli attack upon Gaza, as well during the military operations, by denying access to foreign journalists, a policy that has been successfully challenged in Israeli courts, but as yet with no tangible results. As noted in the New York Times, Israel denies media representatives access to the humanitarian impacts of its military operations in Gaza while encouraging journalists to view any harmful effects of the rocket attacks on civilians in Israel. Even requests by the International Committee of the Red Cross to investigate scenes of supposed humanitarian abuse have so far been refused, e.g. to visit the site of military action in the Gazan town of Zeitan that reportedly killed by deliberate action 60 members of the Samouni family, including several children. This issue of access is crucial for the work of Special Rapporteurs and deserves the attention of the HRC, and of the United Nations generally.

4. The rationale for this Special Session is the existence of a humanitarian emergency in Gaza, a set of conditions that has been questioned in many public settings by the Israeli foreign minister, Tzipi Livni. Ms. Livni contends there is no need for a 'humanitarian truce' because there is no humanitarian crisis. She asserts that Israel has allowed shipments of food and medicine to cross the border, but as UNRWA and other UN officials have observed, these shipments will not alleviate hunger and nutritional difficulties unless distribution becomes possible, which is not the case given the war conditions prevailing in most of the Gaza Strip. To what slight extent this dire circumstance can be addressed by the three hour pause in combat operations announced by Israel on 7 January remains to be seen. Beyond the immediate crisis some underlying features should be noted: about 75% of the population lacks access to sanitary water and has no electric power. Such conditions are superimposed on the circumstances of Gazans resulting from the prolonged blockade that had deteriorated the physical and mental health, and the nutritional status, of the population of Gaza as a whole, leaving some 45% of children suffering from acute anemia. Interference in the supply of medicines and health equipment, and border closures, had made it impossible for many Gazans to receive or continue treatment for life-threatening conditions. It was also reliably concluded that up to 80% of Gaza was living under the poverty line, that unemployment totals approached 75%, and that the health system was near collapse from the effects of the blockade. This set of conditions certainly led impartial international observers and civil servants to an uncontested conclusion that the population of Gaza was already experiencing a humanitarian crisis of grave magnitude prior to 27 December.

5. The use of force by an occupying power against the security threats emanating from a population under occupation is permissible within the constraints set by international law. Israel claims that its current military campaign is reasonable and necessary given the scale and severity of the rocket attacks directed at Israeli civilian populations living in the South Israel towns of Sderot and Ashdod, and attributed to Hamas. There are several issues that would need to be resolved in evaluating this claim that have not been adequately discussed to date in either diplomatic settings or by the media.

6. It should be pointed out unambiguously that there is no legal (or moral) justification for firing rockets at civilian targets, and that such behavior is a violation of IHR, associated with the right to life, as well as constitutes a war crime. At the same time, the nature of the offense must be evaluated with the context of its occurrence, including the relevance of the temporary ceasefire that had held since June 2008 until seriously disrupted by a lethal Israeli attack on Palestinian militants in Gaza on 4 November 2008. For the year prior to 27 December, not a single Israeli death resulted from rockets fired from Gaza. Further, since June of 2008 a ceasefire had been observed by both sides, with some infractions taking place, but without altering the willingness of both sides to uphold the ceasefire. During this period Israel had been expected to lift, or at least ease the blockade that had imposed severe hardships on the entire population of Gaza, especially through restraints on the supply of food, medicine and medical equipment, and fuel, but failed to do so. The acute harm done to civilian Gaza has been repeatedly pointed out by leading UN officials on the ground, including the commissioner-general of the UN Relief and Works Agency (UNRWA) that is most directly engaged with the daunting task of meeting the humanitarian needs of Gazans.

7. This blockade in effect for a period of 18 months was unlawful, a massive form of collective punishment, and as such in violation of Article 33 of the Fourth Geneva Convention, and also a violation of Article 55, which requires that the occupying power ensure that the civilian population has sufficient food and that its health needs are addressed. Such blockade does not alter the unjustifiable character of the rocket attacks, but it does suggest two important conclusions from a legal perspective: first, that the scale of civilian harm resulting from Israeli unlawful conduct was far greater than that of Palestinian unlawful conduct; secondly, that any effort to produce a sustainable ceasefire should ensure that Israel as well as Hamas respect IHL, which most concretely means that interferences with the access of goods for the maintenance of normal civilian life must end, and cannot be reestablished as a retaliatory measure if some sort of rocket attack occurs in the future. Similarly, if Israel should impose such constraints in the future, it would not provide any legal cover for resumed rocket attacks or other forms of Palestinian violence directed at Israeli civilians. There are some difficulties in attributing responsibility for all rocket attacks to Hamas. There are independent militias operating in Gaza, and even prior to Hamas, governing authorities were unable to prevent all rocket firings despite their best efforts to do so.

8. The Israeli military campaign was also justified by Israeli leaders as an 'inevitable' and 'unavoidable' response to the persistence of the rocket attacks. Here again it is important to examine the factual setting of Israel's justifications, which go to the reasonableness of such action and its defensive character. Most accounts of the temporary ceasefire indicate that it was a major Israeli use of lethal force on November 4, 2008 that brought the ceasefire to a de facto end, leading directly to increased frequency of rocket fire from Gaza. It is also relevant that Hamas repeatedly offered to extend the ceasefire, even up to ten years, provided that Israel would lift the blockade. These diplomatic possibilities were, as far as can be assessed, not explored by Israel, although admittedly complicated by the contested legal status of Hamas as the de facto representative of the Gazan population. This has legal relevance, as a cardinal principle of the UN Charter is to make recourse to force a matter of last resort, making it obligatory for Israel to rely in good faith on nonviolent means to end rocket attacks.

9. It is also important under international law to determine the extent to which the reliance on force is proportionate to the provocation and necessary for safeguarding security. Here, too, the Israeli arguments seem unpersuasive. As mentioned above, the rocket attacks, although unlawful and potentially dangerous, had caused little damage, and no loss of life. To mount a major military campaign against an essentially defenseless society already gravely weakened by the blockade accentuates the disproportion of reliance on modern weaponry in combat situations where military dominance was largely uncontested.
It seems significant that Palestinian casualty totals at this time are estimated to be 640 killed, some 2800 wounded, included many critically, with civilian victims set at about 25% by qualified observers. In contrast, according to the latest reports, four Israeli soldiers have died, apparently all as a result of 'friendly fire,' that is by Israeli firepower wrongly directed. The one-sidedness of casualty figures is one measure of disproportion. Another is the scale of devastation and the magnitude of the attacks. It is obvious that the destruction of police facilities, as well as many public buildings, in crowded urban settings represents an excessive use of force even if Israeli allegations are accepted at face value. As discrediting as is the reliance on disproportionate force, is the lack of connection between the alleged threat associated with Gaza rockets and the targets of the Israeli attacks, giving added weight to the claims that the Israeli use of force is a form of 'aggression' prohibited by international law, and certainly excessive in relation to criteria of 'proportionality' and 'necessity.'

10. There have also been a variety of allegations made by qualified observers of Israeli reliance on legally unacceptable targets and on legally dubious weaponry that violate the customary international law prohibition on weapons and tactics that are 'cruel' or cause 'unnecessary suffering.' Among the targets viewed as unlawful under IHL: Islamic University, schools, mosques, medical facilities and personnel (including ambulances). Among weapons that are legally dubious under IHL: phosphorous gas in shells and missiles that burn flesh to the bone; dense insert metal explosives (so-called DIME) that cut victims to pieces, and raise risk of cancer for survivors; depleted uranium associated with deep-penetrating, so–called 'bunker buster' bombs used against Gaza tunnels, possibly causing radiation sickness for anyone exposed over a period of centuries.

11. This dimension of 'unnecessary suffering' associated with the Israeli campaign has an important feature that has not been given attention. In many contemporary situations of warfare large number of civilians seek to escape from harm by moving away from immediate danger, becoming 'internally displaced persons' or 'refugees.' But Israel through its rigid control of exit, directly and indirectly, has denied the civilian population of Gaza the option of becoming 'refugees,' never an option of choice, but reflective of desperation. Its denial tends to lend credibility that the population of Gaza is essentially imprisoned by Israeli occupation policy. From the perspective of IHL this foreclosure of a refugee option for Gazans is a serious aggravation of the dangers posed for a civilian population, and underscores the gravity of the humanitarian crisis that has existed in Gaza since 27 December. Since the military campaign this situation has dramatically worsened. The comment by a Red Cross spokesperson in Gaza City is expressive of the general understanding: "The size of the operations and the size of the misery on the ground is just overwhelming…"

12. From the perspective of the Mandate for oPt the following recommendations seem worthy of the attention at this Special Session:
(1) To request restoring access for Special Rapporteur to the occupied Palestinian territories as an essential feature of UN monitoring role;
(2) To seek General Assembly initiatives with respect to investigating allegations of war crimes;
(3) To propose long-term truce based on cessation of rocket launchings from Gaza and unconditional lifting of blockade;
(4) To request an Advisory Opinion from the International Court of Justice to assess the legal status of Israeli control in Gaza subsequent to Israeli 'disengagement' in 2005.

Source : UN 

Réuni en session spéciale à la demande de l'Égypte, du Pakistan et de Cuba, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a entendu un rapport sur la situation à Gaza de Richard Falk, Rapporteur spécial sur les Territoires palestiniens occupés depuis 1967, et a adopté, le 12 janvier, une résolution par 33 voix pour, 1 voix contre (le Canada) et 13 abstentions ( les pays européens) condamnant l'agression israélienne contre Gaza et établissant une mission internationale d'enquête sur les violations des droits humains commises à Gaza depuis le 27 décembre. Voici le compte-rendu de cette session, suivi de la traduction de la déclaration de Richard Falk. - Tlaxcala

 LE CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME EXAMINE LA SITUATION DES DROITS DE L'HOMME DANS LA BANDE DE GAZA

Conseil des droits de l'homme

9 janvier 2009


Le Conseil des droits de l'homme a ouvert ce matin une session extraordinaire sur «les graves violations des droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, y compris la récente agression dans la bande de Gaza occupée».

Dans une déclaration liminaire, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Mme Navanethem Pillay, a notamment insisté pour que le cessez-le-feu demandé hier par le Conseil de sécurité soit immédiatement mis en œuvre. Elle a souligné que si les attaques aveugles à la roquette contre des cibles civiles israéliennes sont illégales, la responsabilité d'Israël de s'acquitter de ses obligations internationales est totalement indépendante du respect par le Hamas de ses propres obligations. Les obligations des États à l'égard des civils ne sont pas soumises au principe de réciprocité, a-t-elle insisté. Elle a qualifié d'inacceptables les frappes israéliennes contre des installations clairement marquées du sigle de l'ONU, où des civils avaient cherché refuge. Elle a souhaité le déploiement d'observateurs des droits de l'homme tant en Israël que dans le territoire palestinien occupé.

Dans une déclaration au Conseil lue par une représentante du Haut Commissariat aux droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, M. Richard Falk, relève notamment que rien ne peut justifier l'attaque contre des populations civiles. Il recommande notamment qu'il lui soit permis d'accéder aux territoires palestiniens occupés et qu'une trêve à long terme soit observée, prévoyant d'une part l'arrêt des tirs de missiles depuis Gaza et d'autre part la levée inconditionnelle du blocus contre la bande de Gaza. M. Falk suggère en outre qu'un avis soit demandé à la Cour pénale internationale sur l'évaluation du statut juridique du contrôle de Gaza exercé par Israël après son «désengagement» de 2005.

Le représentant d'Israël a déploré que le Hamas ait fait le choix de la violence en renonçant il y a quelques semaines à une trêve de six mois et en préférant s'en prendre aux civils israéliens. Dans ces conditions, les autorités israéliennes n'ont eu d'autre choix que de prendre des mesures de défense de leurs concitoyens, a-t-il ajouté. Il a dénoncé l'instrumentalisation par le Hamas des populations civiles, amies ou ennemies, qui n'ont d'autre utilité que de servir de cible ou de bouclier à ses activités. L'armée israélienne a fait tout son possible pour protéger les civils palestiniens, a-t-il assuré.

Le représentant de la Palestine a pour sa part souligné que la présente attaque israélienne a fait plus de 750 martyrs, tuant plus de 240 enfants. La majorité des victimes sont des civils qui ne sont ni du Fatah ni du Hamas. Malgré les souffrances et le blocus, nous continuerons de respecter la légitimité internationale, a assuré le représentant palestinien, indiquant soutenir l'initiative arabe menée par le Président égyptien. L'autorité palestinienne demande aussi que cessent les tirs de roquettes qui ont tué quatre Israéliens. Il faut mettre un terme à l'occupation, qui constitue la plus grave des violations des droits de l'homme, a-t-il poursuivi.

Les représentants des pays ci-après ont pris la parole: Israël, Palestine, Égypte (au nom du Groupe arabe, du Groupe africain ainsi qu'en son propre nom), Pakistan (au nom de l'Organisation de la Conférence islamique - OCI), Cuba (au nom du Mouvement des pays non alignés), République tchèque (au nom de l'Union européenne), Chili (au nom du Groupe des États d'Amérique latine et des Caraïbes), Qatar, Indonésie, France, Arabie Saoudite, Djibouti, Suisse, Bahreïn, Angola, Argentine, Zambie, Fédération de Russie, Ghana, Azerbaïdjan, Malaisie, Bangladesh, Nigéria, Nicaragua, Burkina Faso, Royaume-Uni, République de Corée, Chine, Japon et Inde.

La plupart des intervenants ont appelé à un cessez-le-feu immédiat, ce qui a précisément été demandé par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1860, adoptée cette nuit.

Cette neuvième session extraordinaire est convoquée à la demande de l'Égypte au nom du Groupe arabe et du Groupe africain, du Pakistan au nom de l'Organisation de la Conférence islamique, et de Cuba au nom du Mouvement des pays non alignés. À ce jour, la demande de convocation de la présente session extraordinaire a été signée par 32 membres du Conseil: Afrique du Sud, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chili, Cuba, Djibouti, Égypte, Fédération de Russie, Gabon, Ghana, Inde, Indonésie, Jordanie, Madagascar, Malaisie, Maurice, Nicaragua, Nigéria, Pakistan, Philippines, Qatar, Sénégal, Suisse et Zambie.


Le Conseil doit poursuivre cet après-midi, à 15 heures, les travaux de sa session extraordinaire, présidée par l'Ambassadeur Martin Ihoeghian Uhomoibhi, du Nigéria.


Déclarations liminaires

Le Président du Conseil des droits de l'homme, M. MARTIN IHOEGHIAN UHOMOIBHI, a ouvert la séance en donnant la liste des États 32 ayant appelé à la tenue de la session extraordinaire sur les graves violations des droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, y compris la récente agression dans la bande de Gaza occupée: Afrique du Sud, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chili, Cuba, Djibouti, Égypte, Fédération de Russie, Gabon, Ghana, Inde, Indonésie, Jordanie, Madagascar, Malaisie, Maurice, Nicaragua, Nigéria, Pakistan, Philippines, Qatar, Sénégal, Suisse et Zambie.

Le Président a demandé aux membres du Conseil d'être sensibles, dans les débats d'aujourd'hui, à la gravité de la situation sur le terrain. M. Uhomoibhi a rappelé que la cessation des hostilités ne peut pas attendre un jour de plus, compte tenu des souffrances éprouvées en ce moment même par des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants à Gaza. Le Président a remercié les participants à la session extraordinaire et estimé que le Conseil est en mesure d'apporter une contribution importante à l'amélioration de la situation des droits de l'homme partout dans le monde.

MME NAVANETHEM PILLAY, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, s'est félicitée de la tenue de la présente session extraordinaire du Conseil et de la nouvelle occasion qui lui est ainsi offerte d'exprimer sa plus profonde préoccupation face à la situation dans la bande de Gaza. Les informations faisant état d'attaques à travers la frontière entre Israël et le Liban confortent la communauté internationale dans les préoccupations qu'elle nourrit quant à une escalade de la violence au Moyen-Orient. Le conflit a déjà causé la perte de centaines de vies humaines et la situation est intolérable, a déclaré Mme Pillay. Le cessez-le-feu demandé par le Conseil de sécurité des Nations Unies doit être immédiatement mis en œuvre et les violences doivent cesser, a-t-elle insisté.

La Haut-Commissaire aux droits de l'homme a souligné que les droits de l'homme s'appliquent en toutes circonstances et à tout moment. En particulier, le droit à la vie doit être protégé même pendant les hostilités. «Si les attaques aveugles à la roquette contre des cibles civiles israéliennes sont illégales, la responsabilité d'Israël de s'acquitter de ses obligations internationales est totalement indépendante du respect par le Hamas de ses propres obligations en vertu du droit international», a rappelé Mme Pillay, ajoutant que les obligations des États, en particulier celles liées à la protection de la vie des civils et des biens civils, ne sont pas soumises au principe de réciprocité. En outre, du point de vue tant du droit international relatif aux droits de l'homme que du droit international humanitaire, le contrôle effectif de la bande de Gaza qu'exerce Israël place sur ce pays des responsabilités quant au bien-être de la population civile qui y vit. Mme Pillay a aussi rappelé que l'article 33 de la quatrième Convention de Genève interdit les punitions ou châtiments collectifs contre la population civile, ajoutant que toutes les mesures d'intimidation ou de terrorisme sont également interdites.

Mme Pillay a par ailleurs rappelé les trois principes de proportionnalité, de distinction et de précaution qui régissent le droit international humanitaire. Les souffrances infligées aux civils par des roquettes tirées sur Israël depuis la bande de Gaza sont inacceptables et les frappes aériennes menées en représailles par les forces israéliennes prélèvent un lourd tribut en termes de vies humaines et de moyens de subsistance – les civils et les infrastructures civiles étant constamment exposés à des dangers extrêmes dans cette zone, a par ailleurs souligné Mme Pillay. Il faut mettre un terme au cercle vicieux des attaques et des représailles, a-t-elle insisté.

La Haut-Commissaire a joint sa voix à celle du Secrétaire général pour déplorer les frappes israéliennes totalement inacceptables contre des installations clairement marquée du sigle de l'ONU où des civils trouvaient abri. Comme l'a souligné le Secrétaire général, la localisation de toutes les installations des Nations Unies a été communiquée aux autorités israéliennes. Le cessez-le-feu qui vient d'être décidé par le Conseil de sécurité doit être appliqué afin de permettre, au moins, la fourniture à la population civile de Gaza de l'assistance humanitaire dont la population a désespérément besoin, a déclaré Mme Pillay. Il est évident que la suspension des hostilités pour trois heures quotidiennes accordée par Israël ne permet pas de fournir l'aide humanitaire et les services nécessaires, a ajouté la Haut-Commissaire.

L'obligation redditionnelle doit être assurée pour les violations du droit international, a poursuivi Mme Pillay. Elle a insisté sur la nécessité de déployer des observateurs des droits de l'homme tant en Israël que dans le territoire palestinien occupé. Elle a en outre demandé qu'un accès sans restriction soit assuré aux procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme à Gaza et en Cisjordanie. Les droits de l'homme doivent être respectés, indépendamment du fait de savoir si les parties parviennent ou non à un règlement politique, a déclaré Mme Pillay.

Une représentante du Haut-Commissariat aux droits de l'homme a ensuite présenté une déclaration de M. RICHARD FALK, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, a déclaré que, bien qu'Israël ne se reconnaisse plus comme puissance occupante depuis le retrait de ses troupes de Gaza, les experts en droit international s'accordent pour la considérer comme telle, à cause du contrôle qu'il continue d'exercer aux frontières de Gaza. M. Falk souligne que la qualité du présent rapport est réduite du fait de l'absence d'observations directes de la situation sur le terrain. Une mission programmée pour le 14 décembre a été annulée, puisque M. Falk a été détenu 14 heures à l'aéroport de Ben Gourion avant d'être renvoyé du pays, ce qui constitue une manière inacceptable de traiter un envoyé des Nations Unies et est en contradiction flagrante avec l'obligation des pays membres des Nations Unies de coopérer avec eux. Son renvoi ne fait que renforcer sa préoccupation de voir Israël refuser aux médias et aux secours humanitaires l'accès à Gaza. La raison d'être de la tenue d'une session extraordinaire est mise en question par Israël, qui nie jusqu'à l'existence d'une crise humanitaire à Gaza. Israël prétend que son opération est justifiée en raison des tirs de missiles dont les citoyens israéliens font l'objet. Mais rien ne peut justifier l'attaque sur des populations civiles, pas plus que le blocus qui s'exerce depuis 18 mois contre Gaza. Ce blocus est illégal en vertu de l'article 33 de la quatrième Convention de Genève. Ce sont les violations par Israël qui a amené au non-renouvellement de la trêve par le Hamas, selon la majorité des témoignages. Ainsi, ce serait un tir mortel israélien le 4 novembre qui a mené, en riposte, à une multiplication des tirs de missiles depuis Gaza. Mener une opération militaire lourde et disproportionnée à la force de la partie adverse n'est pas admissible dans ces conditions, a estimé le Rapporteur spécial.

Au nombre des violations du droit international humanitaire, le Rapporteur spécial a cité l'attaque de cibles telles que des lieux de culte et des hôpitaux et l'emploi d'armes, telles que des munitions à l'uranium qui entraînent des risques de maladies longtemps après les hostilités ou des obus au phosphore qui sont contraires au droit international humanitaire. Dans la perspective du mandat qui lui a été confié, M. Falk a fait les recommandations suivantes; premièrement qu'il lui soit permis d'accéder aux territoires palestiniens occupés; deuxièmement que l'Assemblée générale prenne l'initiative d'établir les responsabilités relatives aux allégations selon lesquelles il y aurait eu des crimes de guerre; troisièmement, qu'une trêve à long terme soit observée, prévoyant d'une part l'arrêt des tirs de missile depuis Gaza et d'autre part la levée inconditionnelle du blocus; et quatrièmement, qu'un avis soit demandé à la Cour pénale internationale sur l'évaluation du statut juridique du contrôle de Gaza exercé par Israël après son «désengagement» de 2005.


Déclarations des délégations concernées

M. AHARON LESHNO-YAAR (Israël) a déclaré parler au nom du million de ses concitoyens régulièrement menacés par les tirs de roquettes du Hamas, ne disposant à chaque fois que de quinze secondes pour se mettre à l'abri. Le représentant a déploré que le Hamas ait fait le choix de la violence en renonçant il y a quelques semaines à une trêve de six mois, et préférant s'en prendre aux civils israéliens. Dans ces conditions, les autorités israéliennes n'ont eu d'autre choix que de prendre, le 27 décembre dernier et après huit jours de retenue, des mesures de défense de leurs concitoyens. Le représentant a dénoncé l'instrumentalisation par le Hamas des populations civiles, amies ou ennemies, qui n'ont d'autre utilité que de servir de cible ou de bouclier à ses activités. Le Hamas est une menace pour Israël mais aussi pour d'autres gouvernements modérés de la région, a ajouté le représentant israélien.

L'armée israélienne a fait tout son possible pour protéger les civils palestiniens, allant jusqu'à les prévenir par téléphone d'une prochaine frappe; les hôpitaux israéliens soignent indifféremment toutes les victimes; plus de dix mille tonnes de matériel humanitaire ont été fournies par Israël. Le représentant a attiré l'attention des membres du Conseil sur le fait que le Hamas a déclaré que les initiatives internationales n'ont aucune pertinence dans les actions de l'organisation, qui se consacre exclusivement et formellement au «djihad». On peut s'attendre, lors de cette session, à des imprécations contre Israël, a ajouté le représentant israélien, alors que le pays ne fait que lutter pour sa défense. Il entend d'autre part œuvrer pour un meilleur avenir entre les deux peuples.

M. IBRAHIM KHRAISHI (Palestine) a remercié tous les États qui ont accepté et soutenu la convocation de la présente session extraordinaire du Conseil. Nous entamons cette année avec une nouvelle catastrophe causée par la machine de guerre destructrice d'Israël, a-t-il fait observer. Il a ajouté que le sang des Palestiniens et les cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants s'inscrivent dans le contexte d'un programme électoral au service des dirigeants israéliens. Le présent conflit a fait plus de 750 martyrs, tuant plus de 240 enfants. La majorité des victimes n'appartiennent ni du Fatah, ni du Hamas, a souligné le représentant palestinien. Il a ajouté que des journalistes ont été ciblés. Des milliers de personnes tentent de fuir les combats. Les forces d'occupation israéliennes ont également arrêté plus de 45 personnes depuis le début de cette agression, a-t-il dit.

Où est la quatrième Convention de Genève qui assure la protection des civils en temps de guerre? Où est la Charte des Nations Unies? Israël est-il un pouvoir placé au-dessus du droit? Malgré les souffrances et le blocus, nous continuerons de respecter la légitimité internationale, a déclaré le représentant palestinien. Il a indiqué soutenir l'initiative arabe menée par le Président Moubarak. Nous sommes favorables à tous les efforts visant à mettre un terme à cette agression que nous condamnons sans équivoque, a poursuivi le représentant palestinien. Nous demandons aussi que cessent les tirs de roquettes qui ont tué quatre Israéliens. Il faut mettre un terme à l'occupation, étant entendu que l'occupation est la plus grave des violations des droits de l'homme, a-t-il ajouté. Il est essentiel que prenne fin le blocus de la bande de Gaza et que soient ouverts les points de passage pour permettre l'arrivée de l'aide humanitaire.


Débat

M. HISHAM BADR (Égypte au nom du Groupe arabe) a rappelé que quatre sessions extraordinaires ont déjà été tenues sur la Palestine, mais qu'encore et encore Israël se considère au-dessus de loi et n'applique pas les résolutions adoptées. Le blocus, les colonies de peuplement illégales, le refus de répondre aux initiatives de paix successives qui visent la création de l'État de Palestine, ont encore nécessité la convocation d'une session extraordinaire. Israël qui ne fait pas la distinction entre combattants et civils, comme ce fut le cas pour les civils tués alors qu'ils cherchaient refuge dans une école protégée par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA). Israël est une force occupante et il est impossible de comparer les tirs de quelques petits missiles et les attaques massives lancées par Israël. Plus de 15 jours se sont écoulés depuis le début des attaques sans que la communauté internationale ne réagisse. Combien de sang doit encore couler, s'est-il demandé. Le représentant du Groupe arabe a appelé à l'adoption d'une résolution demandant un cessez-le–feu immédiat, l'établissement de lieux de passages sûrs, la dénonciation des crimes de guerre qui ont été commis. Une enquête internationale doit être menée sur le bombardement de l'école de l'UNWRA et l'occupation de Gaza par Israël doit cesser a-il conclu.

M. ZAMIR AKRAM (Pakistan, au nom de l'Organisation de la Conférence islamique - OCI) a condamné l'agression contre le peuple palestinien de Gaza, qui constitue une violation flagrante du droit international et un crime de guerre. L'OCI se félicite du soutien général apporté à la tenue de cette session extraordinaire. Il y a moins d'un mois, le Conseil des droits de l'homme célébrait le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Or, la communauté internationale est aujourd'hui le témoin du massacre d'innocents à Gaza, une situation qui s'inscrit dans le prolongement de quarante années d'occupation israélienne. De cette occupation, et en particulier du blocus imposé par Israël contre Gaza mettant en péril la survie matérielle de sa population, découle le droit légitime du peuple palestinien à la résistance, a dit le représentant. Il a rappelé que le Secrétaire général des Nations Unies, la Haut Commissaire aux droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur la situation dans les territoires arabes occupés ont tous condamné l'agression israélienne qu'ils jugent, notamment, disproportionnée. L'utilisation d'une force excessive, l'ampleur des destructions, la mort de nombreux civils, les attaques contre les locaux des Nations Unies et le châtiment infligé collectivement à tout un peuple sont des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, a estimé le représentant de l'OCI. Le Conseil des droits de l'homme ajoute sa voix à celle du Conseil de sécurité pour appeler à l'arrêt de toutes les hostilités. L'appel du Conseil de sécurité à un cessez-le-feu doit être respecté sans délai. La communauté internationale doit maintenant mettre un terme à l'agression israélienne contre la bande de Gaza, protéger le peuple palestinien des violences, veiller au retour au calme et obliger Israël, la puissance occupante, à lever son blocus contre la bande de Gaza, à rouvrir les points de passage et à assurer le libre passage de l'aide humanitaire de la communauté internationale. La cause de la violence et de l'instabilité dans cette région est à chercher dans l'occupation israélienne, a conclu le représentant: Israël ne doit pas saper la résolution pacifique du problème palestinien par les initiatives combinées du Conseil de sécurité et du Quatuor et l'application des objectifs définis lors du sommet d'Annapolis.

M. JUAN ANTONIO FERNÁNDEZ PALACIOS (Cuba au nom du Mouvement des pays non alignés) a déploré qu'alors que le monde célébrait la fin de l'année 2008, des centaines de Palestiniens mourraient sous le feu de l'armée israélienne. Il a estimé que le comportement d'Israël et notamment son offensive terrestre, est inacceptable d'un point de vue éthique. Il a fustigé ce «massacre de tout un peuple», estimant que cet «acte criminel» doit être condamné. Le représentant a fait remarquer que la bande de Gaza est l'une des zones les plus peuplées du monde, avec une moyenne de 5 habitants par mètre carré. Il a aussi souligné qu'il n'existe pas d'arme capable de faire une distinction entre militaires et civils. Le représentant des non-alignés a déploré cette «véritable catastrophe humanitaire» à laquelle s'ajoutent de surcroît les effets du blocus constant et les conséquences de «l'occupation coloniale brutale» d'Israël. Cette agression est inacceptable et constitue une grave violation du droit international et du droit international humanitaire, a-t-il fait valoir. Il a par ailleurs souligné qu'un tel comportement ne fait que nourrir le cycle de la violence et fragilise le processus de paix entre les deux parties. Pour toutes ces raisons, les pays non alignés appellent à cesser cette violence. Ils sont préoccupés par l'aggravation de la situation humanitaire qui résulte des activités militaires actuelles et espèrent que le texte qui est soumis aujourd'hui au Conseil sera adopté par le plus grand nombre possible de ses membres. Enfin, les pays non alignés réaffirment leur attachement à une solution pacifique au conflit du Moyen-Orient. L'heure est venue de construire la paix, a-t-il conclu.

M. HISHAM BADR (Égypte au nom du Groupe africain) a déclaré sa solidarité avec le peuple palestinien et son appui à l'indépendance de la Palestine. Le représentant du Groupe africain a souligné les violations flagrantes du droit international humanitaire et des Conventions de Genève dont Israël se rend coupable en procédant à des punitions collectives. Le Groupe en appelle à un cessez-le-feu immédiat et à l'accès de l'aide humanitaire à la bande de Gaza. Une trêve de trois heures ne suffit pas pour venir au secours des victimes; il faut des corridors humanitaires fonctionnant sans entraves. Des violations des droits de l'homme doivent de même faire l'objet d'enquêtes et le groupe en a appelé à la force occupante de respecter pleinement ses obligations. Le Groupe africain souligne l'importance pour le Conseil des droits de l'homme de se montrer à la hauteur pour mobiliser l'opinion internationale et donner une voix à ceux qui n'en ont pas.

M. TOMÁŠ HUSÁK (République tchèque au nom de l'Union européenne) a exprimé la profonde préoccupation de l'Union européenne devant la situation des droits de l'homme dans la bande de Gaza, déplorant les pertes civiles causées par les tirs israéliens et les lancements de roquettes palestiniennes. L'Union européenne appelle les parties à respecter pleinement les dispositions de la résolution adoptée par les Conseil de sécurité cette nuit, visant à l'instauration d'un cessez-le-feu et à l'ouverture de points de passage aux frontières. Elle les appelle en outre à respecter le droit international, à mettre un terme au tir de roquettes contre des civils palestiniens et cesser l'action militaire contre la bande de Gaza. Les besoins humanitaires des civils palestiniens doivent être pris en compte. À cet égard, les deux parties doivent permettre l'accès libre et efficace de toute l'aide humanitaire à la population civile. Les membres de l'Union européenne souhaitent continuer de secourir les populations civiles palestiniennes. L'Union européenne suit avec espoir les efforts diplomatiques engagés par la France et l'Égypte. Au final, seule une solution politique mettra un terme au conflit, a rappelé le représentant.

M. CARLOS PORTALES (Chili au nom du Groupe des États d'Amérique latine et des Caraïbes) a affirmé que le GRULAC condamne toute violence dirigée contre des civils et, en l'occurrence, la mort de centaines de personnes résultant des attaques portées contre la bande de Gaza et d'un recours disproportionné à la force par Israël. Il est inadmissible, a-t-il poursuivi, que la population soit victime de frappes aveugles d'une telle ampleur. Le représentant chilien a ainsi lancé un appel urgent pour que toutes les parties concernées cessent toutes les hostilités de manière immédiate et permanente. Le GRULAC exhorte à la mise en place d'un cessez-le-feu. Il souhaite en outre le renforcement des activités menées par les Nations Unies sur le terrain et notamment celles déployées par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Il estime en outre que le Conseil des droits de l'homme a une responsabilité primordiale en matière de protection des droits de l'homme dans la bande de Gaza. Il existe des droits de l'homme universellement reconnus qui ne devraient souffrir aucune dérogation, même en cas de conflit armé, a fait remarquer le représentant. Il a réaffirmé le soutien du GRULAC aux efforts internationaux déployés pour renforcer le processus de paix dans la région.

M. ABDULLA FALAH ABDULLA AL-DOSARI (Qatar) a remercié le Conseil des droits de l'homme pour la convocation rapide de cette session extraordinaire, qui était indispensable afin de venir en aide aux victimes à Gaza. Il s'agit d'une agression délibérée comparable à celle qui a frappé le Liban en 2006 et démontre à quel point Israël fait fi de tout engagement, du droit international et des droits de l'homme. C'est l'ironie du sort qu'elle ait lieu au lendemain des célébrations du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme sous le thème «justice et dignité pour tous». Le blocus a mené à un isolement absolu de Gaza, qui permet d'y agir en toute impunité, ce qui a amené Le Comité international de la Croix rouge à exprimer de graves préoccupations. L'attaque de l'école protégée par l'UNWRA est ainsi justifiée sous prétexte qu'elle abritait des combattants. Tuer des civils innocents n'apportera pourtant pas la paix, et on peut craindre les réactions futures des enfants qui vivent aujourd'hui au cœur des hostilités. Il faut un cessez-le-feu immédiat et mettre un terme à l'occupation comme au blocus. Le représentant a appelé à l'adoption du projet de résolution proposé à l'unanimité et a appuyé la demande du Rapporteur spécial M. Falk qu'il lui soit permis d'accéder librement aux territoires occupés pour y mener à bien la mission qui lui a été confiée par le Conseil.

M. GUSTI AGUNG WESAKA PUJA (Indonésie) a estimé que la gravité de la situation dans la bande de Gaza justifie pleinement la tenue de la session extraordinaire, espérant que le Conseil parviendra, à cette occasion, à faire prévaloir les principes des Conventions de Genève et de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Le Gouvernement de l'Indonésie exprime son indignation devant l'agression israélienne contre la bande de Gaza. L'Indonésie condamne le recours excessif à la force et déplore les souffrances de la population civile de Gaza. La communauté internationale doit témoigner de sa sympathie et de sa solidarité envers cette population et ne doit pas tolérer l'inaction devant la mort d'innocents causée par les châtiments collectifs imposés par Israël depuis le 27 décembre dernier. L'Indonésie, qui ne peut autoriser la poursuite des atteintes à la vie, appelle en outre à la levée une fois pour toute du blocus imposé par Israël contre les habitants de la bande de Gaza. Elle exige d'autre part qu'Israël permette au Rapporteur spécial, ainsi qu'à d'autres titulaires de mandats du Conseil des droits de l'homme, d'assumer librement leurs mandats. L'Indonésie demande à la Haut Commissaire aux droits de l'homme de se rendre sur place afin d'y évaluer la situation des droits de l'homme et de faire rapport devant le Conseil lors de sa prochaine session.

M. JEAN-BAPTISTE MATTÉI (France) a exprimé ses plus vives inquiétudes quant à la situation humanitaire qui prévaut dans la bande de Gaza. Il a souligné qu'il n'y a plus d'électricité sur 75% du territoire. Les équipes médicales sont épuisées et ne disposent plus de suffisamment de produits nécessaires à leur travail. Plus de 500 000 personnes seraient privées d'eau et la distribution de la nourriture est gravement entravée par la fermeture des points de passage et les opérations militaires, a-t-il ajouté. La situation humanitaire est devenue intenable, a-t-il affirmé. Prenant note de la décision israélienne d'ouvrir un corridor humanitaire quotidien, il a fait remarquer que s'il s'agit, certes, d'un premier pas, cela reste une mesure insuffisante. Il a ainsi fait valoir qu'assurer l'acheminement de l'aide humanitaire en toute sécurité implique la possibilité pour le personnel humanitaire d'entrer et de circuler dans la bande de Gaza en toute sécurité. Le représentant français a précisé que son pays a décidé de fournir 3 millions d'euros d'aide d'urgence, et a appelé solennellement Israël à garantir la sécurité des agents humanitaires. M. Mattéi a par ailleurs rappelé que la France a condamné les bombardements israéliens et l'usage disproportionné de la force et qu'elle a également condamné les tirs de roquette du Hamas sur Israël. La population civile israélienne ne doit pas être prise pour cible. De même, la population civile palestinienne ne peut être utilisée comme bouclier humain. Rappelant que sa délégation souhaite la levée du blocus de Gaza, il a fait part de la disponibilité de la France et de l'Union européenne à participer à tout effort en vue de mettre en place des mécanismes internationaux de supervision des points de passage vers Gaza.

M. ABDULWAHAB ABDULSALAM ATTAR (Arabie saoudite) a souligné que les violations de droits de l'homme à Gaza sont flagrantes, citant notamment les sanctions collectives, les attaques contre des personnes sans défense et non armées, ainsi que les méthodes terroristes employées par Israël - ce qui est d'autant plus inadmissible qu'il s'agit d'une simple tactique électorale. Le Comité International de la Croix-Rouge a affirmé que, contrairement à ce que prétend Israël, on se trouve bien face à une crise humanitaire. Les Nations Unies confirment, quant à elles, que les attaques aériennes et terrestres sont illégales. La tenue de la présente session extraordinaire du Conseil confirme la gravité de la crise humanitaire, a insisté le représentant saoudien. Il a insisté sur la nécessité de protéger les civils contre les agissements de la force occupante et de sa machine de guerre. Il faut parvenir à la levée du blocus et faire cesser la pratique des sanctions collectives, a-t-il ajouté. Ne pas prendre de décision aurait à terme des conséquences graves pour toute la communauté internationale, a averti le représentant.

M. MOHAMED-SIAD DOUALEH (Djibouti) a déclaré que c'est avec peine et amertume que son pays assiste à la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire suite à la brutale agression militaire contre la bande de Gaza, du fait des attaques délibérées contre la population civile, contre une école gérée par l'ONU et contre des convois humanitaires. Cette stratégie mine le discours officiel israélien axé sur la notion d'autodéfense, a fait observer le représentant, estimant que la communauté internationale ne saurait être dupe et qu'elle doit condamner avec fermeté les actes barbares commis contre le peuple palestinien. Aujourd'hui, il n'y a pas besoin de discours lyriques, mais bien du respect d'exigences concrètes pour garantir la protection du peuple palestinien.

MME MURIEL BERSET (Suisse) a souligné que la situation qui prévaut aujourd'hui à Gaza est dramatique, faisant remarquer que ce sont les civils, y compris les enfants, qui paient le plus lourd tribut face aux affrontements. L'accès des blessés aux soins médicaux ainsi que l'accès des agences humanitaires à la population civiles sont primordiaux, a-t-elle insisté. Dans ce contexte, elle s'est dite consternée par les informations selon lesquelles des enfants et d'autres civils, parmi lesquels des blessés, n'ont pu être joints par des organisations humanitaires pendant plusieurs jours. La représentante suisse a ainsi exhorté toutes les parties au conflit à permettre un accès humanitaire rapide et à protéger le personnel sanitaire et médical. Les attaques contre des organisations humanitaires sont des violations du droit international humanitaire, a-t-elle souligné. La souffrance des civils à Gaza est aggravée par les difficultés d'approvisionnement en denrées alimentaires, en eau potable et en source d'énergie, a-t-elle poursuivi, faisant observer que le blocus de Gaza avait déjà conduit à une nette détérioration de la situation socioéconomique. Un cessez-le-feu immédiat et l'acheminement de l'aide humanitaire ne constituent que des premiers pas qui devraient être accompagnés d'un processus politique et d'un dialogue entre toutes les parties au conflit, a ajouté la représentante suisse. La Suisse appelle à la cessation immédiate des hostilités à Gaza, tant pour ce qui est de l'opération militaire israélienne que des tirs de roquettes contre Israël, a-t-elle indiqué. La Suisse appelle en outre à une enquête impartiale sur les allégations de violations du droit international commises au cours de ces hostilités, en particulier concernant les attaques contre deux écoles gérées par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

MME ABBAS MUNA RADHI (Bahreïn) a déclaré que l'on se trouve actuellement à Gaza face à un massacre de civils innocents, ce qui constitue un crime contre l'humanité. Un tel crime ne peut aucunement conduire à la paix - qu'Israël prétend rechercher, a-t-elle ajouté. L'attaque israélienne équivaut à une tentative d'étouffer le peuple palestinien, a poursuivi la représentante bahreïnite. Elle a par conséquent demandé à la communauté internationale d'agir immédiatement et de faire pression sur Israël pour qu'il cesse ses attaques.

Réaffirmant que la bande de Gaza fait partie intégrante des territoires arabes occupés par Israël depuis 1967, M. HISHAM BADR (Égypte) a condamné les opérations militaires d'Israël contre Gaza et les tueries systématiques attestées par les images de cadavres de familles entières. L'Égypte consent d'importants efforts diplomatiques pour parvenir à un cessez-le-feu général entre Israël et les Palestiniens, appelant à une réunion immédiate entre ces deux parties pour sécuriser leurs frontières et pour rouvrir les points de passages, a-t-il souligné. L'Égypte appelle en outre les Palestiniens à aplanir leurs différends, a-t-il ajouté. L'Égypte agit également sur le plan humanitaire en accueillant des blessés et en distribuant des centaines de tonnes d'aide médicale par le passage de Rafah. Malgré les obstacles logistiques, malgré le blocage des points de passage, l'Égypte a aménagé des zones de stockage et de distribution pour garantir le flux de l'aide humanitaire. Pour ce faire, elle demande au Comité international de la Croix-Rouge d'ouvrir des corridors sécurisés. L'Égypte estime que la résolution du Conseil de sécurité adoptée ce matin mérite d'être soutenue, a conclu le représentant.

M. ARCANJO MARIA DO NASCIMENTO (Angola) s'est félicité de la tenue de cette session extraordinaire destinée à attirer l'attention de la communauté internationale sur la situation subie par la population civile de Gaza. Déplorant que la communauté internationale n'ait pas réussi à réagir rapidement et d'une seule voix au début des hostilités, il a formulé l'espoir que la présente session permette de mettre un terme rapide à ces tueries. Il a rappelé que de nombreuses résolutions relatives aux territoires palestiniens occupés ont été adoptées par le passé. Or, contrairement à nos attentes, la situation ne s'est pas améliorée, a-t-il déploré, regrettant même une « détérioration dramatique » de la situation. Le processus de paix est paralysé et les espoirs d'une solution rapide et globale du conflit s'amenuisent, a-t-il fait remarquer. La paix semble un objectif de plus en plus lointain, a-t-il insisté. Tout en reconnaissant le droit de tout État membre à la légitime défense, le représentant angolais a souligné qu'un châtiment collectif est inacceptable. Il a fait observer que le cycle de la violence ne sera pas brisé par une intensification des activités militaires. M. Nascimento s'est inquiété de la crise humanitaire qui prévaut aujourd'hui à Gaza. Déplorant la lenteur avec laquelle les institutions internationales chargées de la paix et de la sécurité ont réagi à cette crise, il a dès lors appelé à une réforme de ces institutions.

M. GONZALO M. JORDAN (Argentine) a transmis ses condoléances aux parents des victimes du conflit. Soulignant que la situation est grave, elle a appelé la communauté internationale à se mobiliser pour faire cesser les violations de droits de l'homme. Israël doit arrêter les attaques contre les civils, a-t-elle insisté, faisant notamment état de l'incident tragique des écoles protégées par UNWRA et des attaques contre des transports d'aide humanitaire. Elle a également condamné toutes les attaques qui se soldent par la perte de vies civiles. Sans cessez-le-feu, les victimes ne peuvent être secourues de manière satisfaisante et une crise d'une envergure plus grande encore touchera l'ensemble de la population de Gaza si rien n'est entrepris rapidement, a-t-elle souligné. Comme l'Argentine en a fait l'expérience, la coexistence de différentes religions et cultures constitue, pour un pays, un apport enrichissant et non une menace, a-t-elle conclu.

MME ENCYLA M. SINJELA (Zambie) a souligné que les frappes dites "chirurgicales" d'Israël contre un territoire aussi densément peuplé que la bande de Gaza ne peuvent qu'entraîner des pertes civiles. Israël doit lever le blocus qu'il impose à la bande de Gaza, compte tenu des souffrances que ce blocus implique pour la population et du ressentiment qu'il suscite, a ajouté la représentante. La Zambie soutient l'initiative de l'Égypte et de la France visant l'instauration d'un cessez-le-feu et appelle au retour dans leurs foyers des populations déplacées dans le cadres des violences à Gaza.

M. VALERY LOSHCHININ (Fédération de Russie) s'est dit préoccupé face aux pertes civiles dans la bande de Gaza, déplorant tout particulièrement le nombre significatif de femmes et d'enfants parmi les victimes du conflit. Il a également souligné que les tirs de roquettes contre Israël sont inacceptables. Le représentant russe a ensuite attiré l'attention sur les propos tenus par le Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon lors de la réunion du Conseil de sécurité d'hier, condamnant le blocus total de Gaza, véritable « châtiment collectif » à l'encontre de la population palestinienne. Il s'est en outre dit préoccupé par la situation humanitaire à Gaza, en raison notamment des pénuries de denrées alimentaires, de médicaments, d'eau potable et d'énergie. Le représentant russe a par ailleurs assuré que son pays est prêt à s'engager pour remédier à cette situation et promouvoir le cessez-le-feu. Il s'est félicité des initiatives proposées par les délégations égyptienne et française. Il s'agit maintenant de mettre en place un cessez-le-feu, de procéder au retrait des forces israéliennes de Gaza et d'assurer l'acheminement de l'aide humanitaire, a-t-il souligné. Il a conclu son intervention en souhaitant que le Conseil des droits de l'homme adopte aujourd'hui un texte à l'unanimité.

M. KWABENA BAAH-DUODU (Ghana) a joint sa voix à celle du Mouvement des non-alignés et a exprimé sa préoccupation face au sort des civils innocents pris au piège à Gaza. Bien que tout pays ait le droit de se défendre, il doit aussi respecter les règles de conduite applicables dans le cadre des hostilités. Le représentant ghanéen s'est dit confiant dans la capacité de la résolution de contribuer à la restauration de la paix, mais a souligné que les causes sous-jacentes du conflit doivent aussi être abordées, afin de permettre aux deux États de coexister en paix.

M. AZAD CAFAROV (Azerbaïdjan) a estimé que la communauté internationale doit garantir au peuple palestinien la possibilité de concrétiser son droit à la création d'un État souverain, dans le cadre d'une paix durable. Dans l'immédiat, l'Azerbaïdjan est en faveur d'une participation, sur le terrain, de la communauté internationale à l'application de mesures de prévention de la violence et de protection des civils. Des mesures concrètes doivent ainsi être prises pour assurer le passage de l'aide humanitaire à destination de la population - durement éprouvée - vivant dans la bande de Gaza. L'Azerbaïdjan espère enfin que le Conseil des droits de l'homme pendra les mesures appropriées pour alléger les souffrances des Palestiniens de Gaza.

MME ANIZAN SITI HAJAR ADNIN (Malaisie) s'est félicitée de l'unité et de la solidarité dont a fait preuve le Conseil des droits de l'homme en convoquant rapidement cette session extraordinaire. La situation humanitaire continue de se détériorer à Gaza, a-t-elle souligné. À cet égard, elle a déploré que l'adoption de la résolution 1860 du Conseil de sécurité ne soit pas survenue suffisamment tôt pour empêcher des centaines de morts. La représentante de la Malaisie a toutefois fait remarquer que cette résolution ne permettra pas à elle seule de faire cesser l'agression. En ce moment même, Gaza continue de subir des frappes et la population continue de souffrir, a-t-elle indiqué. Elle a déploré qu'un accès ait été refusé au Comité international de la Croix-Rouge et à d'autres organisations humanitaires. La violence doit cesser à Gaza, conformément à ce qu'a prescrit le Conseil de sécurité. La puissance occupante à Gaza doit comprendre que la communauté internationale ne va pas rester aveugle face à cette guerre, a-t-elle ajouté. La représentante a également souligné qu'en envahissant Gaza, Israël a violé le droit international et la Charte des Nations Unies. Elle a qualifié les opérations récentes de crime de guerre et de crime contre l'humanité et a souhaité que les responsables aient à rendre des comptes. Il faut que le Conseil des droits de l'homme condamne fermement cet usage disproportionné de la force; demande la levée du blocus contre Gaza; et accepte d'envoyer une mission d'évaluation sur les violations des droits de l'homme résultant de la dernière action militaire contre Gaza.

M. DEBAPRIYA BHATTACHARYA (Bangladesh) a dit apprécier la sincérité de la déclaration faite ce matin par la Haut-Commissaire aux droits de l'homme. Il a relevé qu'un grand nombre des victimes civiles à Gaza sont des enfants et que le spectre de la mort et de la destruction continue de hanter ce territoire à l'heure qu'il est, alors que le Conseil délibère. Le représentant du Bangladesh a en outre rappelé que les obligations des puissances occupantes envers les populations locales s'inscrivent dans le cadre des obligations relatives aux droits de l'homme. Gaza se trouvait déjà avant l'attaque dans une situation extrêmement difficile du fait du blocus, a par ailleurs souligné le représentant. Le Vatican a lui-même comparé ce blocus à un camp de concentration. Le cessez-le-feu quotidien de trois heures équivaut à une cruelle plaisanterie, a poursuivi le représentant, rappelant notamment que le chauffeur d'un camion apportant des denrées alimentaires a d'ailleurs été tué dans l'exercice de ses fonctions. La communauté internationale a pour devoir de s'élever contre de tels agissements, a souligné le représentant. Il a rappelé que le Premier Ministre nouvellement élu au Bengladesh a récemment condamné sans équivoque les traitements subis par la population de Gaza.

M. IFEANYI E. NWOSU (Nigeria) a adressé les condoléances de son pays au Gouvernement et au peuple palestiniens suite aux décès de civils palestiniens pendant les attaques d'Israël contre la bande de Gaza. Le Nigéria condamne fermement le mépris avec lequel sont considérés les appels de la communauté internationale en faveur de la cessation des actions militaires. Toutes les parties doivent respecter leurs obligations au regard du droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies, a insisté le représentant nigérian. Il a appelé Israël à mettre un terme à ses opérations militaires, à lever le blocus imposé à Gaza et à ouvrir des routes d'accès à l'aide humanitaire. Le Nigeria soutient sans réserve la résolution adoptée hier par le Conseil de sécurité et demande à la communauté internationale, par l'intermédiaire du Conseil, d'intensifier ses efforts de résolution de la crise actuelle en mobilisant toutes les ressources nécessaires au profit des populations affectées.

M. NÉSTOR CRUZ TORUÑO (Nicaragua) a apporté son soutien aux « frères de Palestine » qui, a-t-il précisé, sont une fois encore victimes du terrorisme d'Israël. Il a déploré que le Conseil de sécurité n'ait pu adopter une résolution par consensus pour mettre un terme à la « barbarie » subie par le peuple palestinien. Il a fait remarquer que pour sa part, le Conseil des droits de l'homme a aujourd'hui l'opportunité de démontrer son efficacité dans la protection des droits de l'homme. Le représentant nicaraguayen a par ailleurs souligné que les crimes commis par la puissance occupante, Israël, ne doivent pas rester impunis, faisant remarquer qu'il s'agit de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Il a plaidé en faveur d'une cessation de l'escalade de la violence. Il a fait remarquer que la bonne gouvernance, la paix et le développement au Moyen-Orient sont constamment menacés par les actions d'Israël. Aussi, a-t-il demandé la fin des attaques militaires commises par Israël contre le peuple palestinien. Il a également enjoint le Conseil des droits de l'homme à adopter par consensus le projet de résolution qui lui est soumis dans le cadre de la présente session extraordinaire.

M. PROSPER VOKOUMA (Burkina Faso) s'est dit attristé par l'escalade de la violence dans la bande de Gaza. Les actes qui y sont perpétrés constituent de graves violations des droits de l'homme et repoussent à un horizon toujours plus lointain l'avènement de la cohabitation pacifique entre Israéliens et Palestiniens. Le représentant burkinabè a appelé à l'arrêt immédiat des hostilités et a exhorté toutes les parties concernées à cesser les actes de violences et à renouer le dialogue. Il a exprimé tout son soutien aux initiatives visant à résoudre la crise et à apporter une paix durable dans la région. Dans cette optique, beaucoup d'espoir peut être placé dans l'initiative du Président égyptien, a-t-il indiqué. De même, il y a lieu de saluer l'adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 1860.

M. PETER GOODERHAM (Royaume-Uni) a déploré une situation des droits de l'homme de plus en plus grave à Gaza, reflet de l'échec de la communauté internationale à régler le conflit au Moyen-Orient depuis soixante ans. Chacun des deux peuples en présence souffre des violences de l'autre et cette situation perpétue le conflit, a ajouté le représentant. Il faut néanmoins se féliciter de l'adoption de la résolution 1860 du Conseil de sécurité. Il convient en effet d'instaurer un cessez-le-feu de longue durée, d'améliorer la situation des droits de l'homme et la situation humanitaire, de mettre un terme à la contrebande d'armes vers Gaza - autant de mesures susceptibles de contribuer à l'instauration d'une paix durable, a estimé le représentant du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni se félicite de l'action des Nations Unies et des travailleurs humanitaires sur le terrain, au profit de ceux qui en ont besoin. Une aide de plusieurs millions de dollars a été débloquée par le Royaume-Uni en faveur peuple palestinien, a conclu le représentant.

M. IM HAN-TAEK (République de Corée) a fait part de sa préoccupation face aux événements qui ont eu cours à Gaza ces deux dernières semaines. Il s'est tout particulièrement inquiété des pertes en vies humaines au sein de la population, ainsi que de la destruction des infrastructures qui, a-t-il précisé, aura des incidences négatives à long terme pour la paix et la stabilité dans la région. Le représentant s'est également dit préoccupé par les attaques commises contre les structures et les convois de l'Organisation des Nations Unies. Il a souligné que, quelle que soit la partie qui a commencé les hostilités, toute attaque contre des civils est inacceptable. Aussi, a-t-il appelé toutes les parties au conflit à s'abstenir de tout acte d'hostilité qui pourrait avoir des répercussions sur la population civile. Le représentant a en outre appelé au respect du droit international humanitaire et des droits de l'homme, demandant que soit accordé aux organisations humanitaires un accès sans entrave. Il a souhaité une cessation immédiate de toutes les hostilités. Enfin, il a salué l'adoption par le Conseil de sécurité d'une résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat et durable.

M. LI BAODONG (Chine) a souligné que le conflit entre Israël et la Palestine a connu une escalade ces dernières semaines, ce qui préoccupe fortement la Chine. Le représentant chinois a exhorté les parties concernées à trouver une solution à la crise et à permettre l'acheminement de l'aide humanitaire. La Chine est en contact étroit avec l'ensemble des parties concernées et apporte une aide humanitaire substantielle, a-t-il ajouté. Il a toutefois tenu à souligner qu'une solution politique est indispensable pour apporter une solution définitive et durable à cette crise.

M. AKIO ISOMATA (Japon) s'est dit très préoccupé par les violations constantes des droits de nombreux civils, palestiniens et israéliens, notamment des femmes et des enfants, qui sont privés de leur droit à la vie ainsi que de leurs droits à l'alimentation, à la santé et à l'éducation, entre autres. Les parties intéressées doivent cesser immédiatement tout recours à la force et s'engager dans un processus de paix. Le Japon félicite l'Égypte et la France pour leur initiative diplomatique. Le Japon présente en outre ses condoléances aux familles des travailleurs humanitaires victimes de tirs. Le pays s'engage d'autre part à poursuivre son aide au peuple palestinien.

M. RAJIV KUMAR CHANDER (Inde) a souligné que le soutien de son pays au peuple palestinien est bien connu de tous. Affirmant avoir suivi de près la situation dans la bande de Gaza, il a fait part de sa préoccupation face aux nombreuses pertes en vies humaines dont ont souffert des civils innocents. Il a précisé que l'Inde a toujours veillé à assurer une assistance au peuple palestinien et a indiqué que ce pays s'est aujourd'hui engagé à verser à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) un don d'un million de dollars américains.


_________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Source : ONU

La situation dans la bande de Gaza
Déclaration de Richard Falk, rapporteur spécial de l'ONU pour les territoires palestiniens occupés depuis 1967

Richard Falk:

1.

Cette déclaration se concentre sur les effets de la campagne militaire israélienne durable déclenchée le 27 décembre 2008, qui s’exercent sur la situation humanitaire de 1,5 million de Palestiniens confinés dans la bande de Gaza. Conformément à son mandat, le rapporteur limite ses commentaires aux problèmes liés aux obligations d’Israël tenu, en tant que puissance occupante, de respecter le droit humanitaire international (IHL), qui figure principalement dans la Quatrième convention de Genève de 1949, laquelle énonce en détail les obligations des puissances occupantes.

Les obligations essentielles du droit humanitaire international, qui ont également force obligatoire, résultent du droit coutumier international. Cette déclaration se rapporte à des thèmes des droits de l’homme internationaux (IHR), aussi bien qu’aux conséquences de violations flagrantes et durables du droit humanitaire international (IHL) ou des droits de l’homme (IHR), qui suscitent des questions de droit pénal international (ICL). Il s’impose également de porter un jugement sur les prétentions sous-jacentes en matière de sécurité, les Israéliens prétendant que leur incursion militaire dans la bande de Gaza était une opération «défensive» conforme au droit international et à la Charte des Nations Unies et qu’il n’y a aucune «crise humanitaire» rendant «excessives» et «disproportionnées» l’ampleur et la nature de cette opération.

2.

Bien qu’Israël prétende ne plus être une puissance occupante en raison du retrait de ses forces armées de Gaza, de larges milieux juridiques internationaux estiment que le contrôle israélien continu des frontières, de l’espace aérien et des eaux territoriales est tel qu’Israël conserve le statut juridique de puissance occupante.

3.

Il ne fait aucun doute que le manque d’observations directes de la situation humanitaire antérieure de Gaza, observations faisant l’objet d’une mission assumée par le rapporteur spécial et destinée à un rapport à présenter à la session ordinaire de mars 2009 du Conseil des droits de l’homme, nuit à la qualité du présent rapport. Une mission programmée pour le 14 décembre a été annulée quand le rapporteur spécial s’est vu refuser l’entrée en Israël et détenu environ 15 heures en cellule à l’aéroport Ben Gourion, avant d’être expulsé le lendemain. Ce traitement d’un expert de l’ONU en mission pose de sérieux problèmes à l’Organisation dans son ensemble au sujet de l’obligation des Etats membres de coopérer et de traiter ceux qui opèrent pour l’ONU avec la déférence nécessaire. Il faut espérer que le gouvernement d’Israël pourra être convaincu de renoncer à la politique d’exclusion qui a entravé l’exécution du présent mandat. La crainte de l’exclusion a été renforcée, aussi bien pendant la période qui a précédé les attaques israéliennes de Gaza que durant les opérations militaires elles-mêmes, par le fait que l’accès a été refusé à des journalistes étrangers, politique contestée avec succès devant les tribunaux israéliens, mais sans que cette contestation donne des résultats tangibles jusqu’à maintenant. Comme l’a noté le «New York Times», Israël refuse aux représentants des médias le droit de regard sur les effets humanitaires de ses opérations militaires à Gaza; simultanément, il soutient les journalistes qui examinant les effets pernicieux des attaques de missiles contre les civils en Israël. Même les demandes du Comité international de la Croix-Rouge visant à examiner les lieux de violations présumées du droit humanitaire international, telle la demande de visiter les lieux de l’opération militaire exécutée dans la ville de Zaytoun, au cours de laquelle 60 membres de la famille Samouni, dont plusieurs enfants, ont été tués d’après les rapports dont on dispose, ont été rejetées jusqu’à maintenant. La question de l’accès est décisive pour la mission du rapporteur spécial; elle mérite que le Conseil des droits de l’homme et les Nations unies en général y vouent leur attention.

4.

La présente session extraordinaire est motivée par la situation urgente qui règne dans la bande de Gaza, soit par une série de conditions mises en doute par la ministre israélienne des affaires étrangères, Mme Tzipi Livni, lors de diverses séances officielles. Selon Mme Livni, une trêve militaire ne serait pas nécessaire, car il n’y aurait pas de crise humanitaire. Elle fait valoir qu’Israël aurait permis le passage des frontières pour la distribution de vivres et de médicaments. Toutefois, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) et d’autres fonctionnaires de l’ONU ont constaté que ces livraisons ne sauraient réduire la faim et les difficultés relatives à l’alimentation que si leur distribution était possible. Or les conditions de guerre régnant dans la plus grande partie de la bande de Gaza font que tel n’est pas le cas. Il reste à constater dans quelles faibles proportions ces circonstances fatales peuvent être corrigées par la trêve quotidienne de trois heures annoncée le 7 janvier par Israël. Il convient d’observer certains aspects fondamentaux qui accentuent la crise actuelle: quelque 75% de la population n’ont pas accès à l’eau potable, ni ne disposent de courant électrique. Ces circonstances rendent encore plus difficiles les conditions de vie dans la bande de Gaza aggravées par un blocus de longue durée, qui a mis à mal la santé physique et mentale et la nutrition de l’ensemble de la population au point que quelque 45% des enfants souffrent d’anémie aiguë. Les entraves à l’approvisionnement en médicaments et matériel médical et la fermeture de la frontière ont empêché de nombreux citoyens de Gaza d’être traités lors de situations mettant leur vie en péril ou de poursuivre leur traitement. On a abouti à la certitude que le taux de chômage était monté à près de 75% et que le système sanitaire était en train de s’effondrer sous l’effet du blocus. En raison de ces conditions cadre, les observateurs internationaux impartiaux sont totalement convaincus que la population de Gaza a déjà souffert d’une crise humanitaire avant le 27 décembre.

5.

Dans les limites fixées par le droit international, l’usage de la force par la puissance occupante contre les menaces que la population occupée fait planer sur sa sécurité est autorisée. Israël argue que son attaque militaire actuelle est adéquate et nécessaire en raison de l’ampleur et de l’importance des lancements de fusées dirigés contre sa population civile des villes de Sderot et d’Ashod, dans le sud d’Israël, et attribués au Hamas. Pour juger de cette affirmation, quelques questions qui n’ont pas encore été débattues suffisamment – ni dans le cadre de la diplomatie ni dans celui des médias – doivent résolues.

6.

Il faut souligner sans équivoque qu’il n’y a aucune raison juridique (ni morale) de lancer des fusées contre des objectifs civils et que de tels tirs violent les droits de l’homme, associés au droit à la vie, et constituent aussi bien un crime de guerre. De plus, il faut considérer le contexte de la violation, à savoir l’importance de la trêve temporaire observée depuis juin 2008 jusqu’à son interruption, le 4 novembre, par une attaque israélienne mortelle contre des militants palestiniens de Gaza. Durant toute l’année qui a précédé le 27 décembre, aucun lancement de fusées à partir de Gaza n’a provoqué de décès d’Israélien. Depuis juin 2008, les deux partis ont observé un cessez-le-feu. Si quelques violations ont été enregistrées, elles n’ont pas modifié la volonté des deux parties de le respecter. On s’attendait à ce qu’Israël lève ou, à tout le moins, atténue le blocus qui a imposé de sévères restrictions à toute la population de Gaza, notamment dans l’approvisionnement en nourriture, médicaments, appareils médicaux et carburants. Il n’en fut rien. De hauts fonctionnaires des Nations Unies sur le terrain, tel le Commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), qui ont mission le plus directement de satisfaire aux besoins de la population civile, ont relevé à maintes reprises la souffrance aiguë infligée ainsi aux civils de Gaza.

7.

Ayant duré dix-huit mois, le blocus violait le droit, constituait une punition collective massive et, en tant que telle, une violation de l’article 33 de la Quatrième convention de Genève ainsi qu’une violation de l’article 55, qui dispose que la Puissance occupante assure l’approvisionnement de la population en vivres et en produits médicaux. Un tel blocus ne change rien à l’illégalité des tirs de fusées, mais aboutit à deux conclusions importantes: premièrement, l’ampleur des souffrances subies par la population civile à la suite de l’action israélienne illégale était beaucoup plus forte que celle due à l’action illégale des Palestiniens; deuxièmement, toute tentative de conclure un cessez-le-feu durable devrait impliquer qu’aussi bien Israël que le Hamas respectent le droit international humanitaire. Concrètement, cela signifie que les entraves à l’entrée de biens nécessaires au maintien de vies dans la population doivent être abolies et ne doivent pas être reprises ultérieurement comme mesures de rétorsion, si des attaques par fusées ont lieu. De même, si Israël devait décréter ultérieurement de telles restrictions, ces mesures ne légaliseraient pas des attaques contre la population civile israélienne par fusées ni toute autre forme de recours à la force par les Palestiniens. Il est malaisé d’imputer au Hamas la responsabilité de toutes les attaques par fusées. Des milices indépendantes opèrent dans la bande de Gaza, et, même avant l’apparition du Hamas, les autorités en place n’étaient pas en mesure, malgré leurs efforts les plus vigoureux, d’empêcher tous les tirs de fusées.

8.

Les dirigeants israéliens ont justifié aussi le recours aux forces armées en le qualifiant de réaction «inévitable» et «inéluctable» à la persistance des tirs de fusées. Là aussi, il convient d’examiner le contexte des justifications israéliennes, qui indique si l’action était adéquate et défensive. La plupart des descriptions de la trêve de durée définie démontrent qu’un recours israélien à la force mortelle a eu lieu le 4 novembre dernier, mettant de facto un terme au cessez-le-feu, ce qui a provoqué une augmentation immédiate de la fréquence des tirs de fusées à partir de Gaza.  Il faut aussi considérer que le Hamas a offert à plusieurs reprises de prolonger le cessez-le-feu jusqu’à 10 ans si Israël levait le blocus. Pour autant que l’on puisse en juger, Israël n’a pas examiné ces possibilités diplomatiques, bien qu’il faille admettre que le statut légal contesté du Hamas comme représentant de facto de la population de la bande de Gaza compliquait les choses. Cette situation a son importance juridique, car un principe fondamental de la Charte des Nations Unies veut que le recours à la force n’ait lieu qu’en dernier ressort, ce qui oblige Israël, en toute bonne foi, à s’appuyer sur la non-violence pour mettre fin aux attaques par fusées.

9.

Du point de vue du droit international public, il importe également de déterminer dans quelle mesure le recours à la force est proportionné à la provocation et nécessaire au maintien de la sécurité. A cet égard également, les arguments des Israéliens sont peu convaincants. Comme indiqué, les tirs de fusées, bien qu’illégaux et virtuellement dangereux, n’ont occasionné que peu de dommages et aucune perte de vie humaine. Mener une campagne militaire majeure contre une société effectivement sans défense et déjà sérieusement affaiblie par le blocus démontre combien disproportionné est le recours aux armes modernes dans une situation dans laquelle la supériorité militaire est en principe incontestée. Il est significatif que des observateurs qualifiés estiment actuellement à 640 le nombre de victimes palestiniennes tuées et à quelque 2800 le nombre de blessés, qui inclut beaucoup de blessés graves et quelque 25% de victimes civiles. En comparaison et selon les derniers rapports, quatre soldats israéliens sont morts, visiblement à la suite de tirs de leur propre camp. L’écart entre les nombres de victimes est une mesure de la disproportion. Une autre mesure est celle de l’ampleur de la dévastation et des attaques. Il est évident que la destruction d’installations de la police et de nombreux bâtiments officiels sis dans un secteur urbain surpeuplé est un recours excessif à la force, même si l’on accepte totalement les allégations israéliennes. Aussi peu convaincant que l’emploi disproportionné de la force est l’absence de connexion entre la menace provenant soi-disant de Gaza et les buts des attaques israéliennes. Cette lacune confère un poids supplémentaire aux reproches d’après lesquels le recours israélien à la force serait une forme d’agression interdite par le droit international public et excessive selon les critères de  proportionnalité et de «nécessité.

10.

En outre, des observateurs qualifiés ont émis un grand nombre d’allégations d’après lesquelles les Israéliens prendraient comme cibles des objectifs juridiquement inacceptables et recourraient à des armes juridiquement douteuses, qui violent le droit coutumier international interdisant les armes et tactiques cruelles ou causant des souffrances inutiles. Parmi les objectifs contraires au droit international humanitaire figurent l’Université islamique, les écoles, mosquées, installations médicales ainsi que le personnel médical, ambulances comprises. Parmi les armes contestables en droit humanitaire international se trouvent le phosphore sous forme de gaz en grenades et fusées, qui brûle la chair humaine jusqu’aux os, les armes DIME (Dense Inert Metal Explosives), qui coupent leurs victimes en pièces et accroissent le risque de cancer chez les survivants, ainsi que l’uranium appauvri porté par les bombes dites «Bunkerbuster», utilisées contre les tunnels de la bande de Gaza. Durant les prochaines centaines d’années, ces bombes pourraient soumettre à des radiations tous ceux qui en seraient frappés. 

11.

L’ampleur des «souffrances inutiles» liées aux opérations israéliennes présente une particularité à laquelle il n’a pas été prêté attention. Dans de nombreuses guerres actuelles, un grand nombre de civils cherchent à éviter la souffrance du danger immédiat par la fuite et deviennent des «personnes déplacées à l’intérieur du pays» ou «réfugiés». Par son strict contrôle des possibilités de sortie, Israël a privé la population civile de la bande de Gaza, directement ou indirectement, de la possibilité de devenir réfugiés, ce qui n’était jamais un choix, mais une expression de désespoir. Le refus israélien rend plus plausible que la population de la bande de Gaza est prisonnière de la politique israélienne d’occupation. En droit humanitaire international, cette suppression de la possibilité de fuite des habitants de la bande de Gaza constitue une accentuation marquée des périls auxquels une population civile est soumise et souligne l’ampleur de la crise humanitaire qui règne dans la bande de Gaza depuis le 27 décembre. Depuis le début de l’opération militaire, la situation s’est détériorée sensiblement. Un commentaire d’un porte-parole de la Croix-Rouge en ville de Gaza reflète bien la perception générale de la situation: «L’ampleur des opérations (militaires) ainsi que celle de la misère et des besoins au sol sont simplement effrayants...»

12.

Compte tenu du mandat qui lui a été confié, le rapporteur spécial fait les recommandations suivantes destinées à la session extraordinaire:

1. Rétablissement de l’accès du rapporteur spécial aux territoires palestiniens occupés, élément nécessaire de la fonction de surveillance de l’ONU

2. Demande, adressée à l’Assemblée générale, de faire examiner les allégations selon lesquelles il y aurait eu crimes de guerre

3. Trêve à long terme impliquant l’arrêt des tirs de fusées et la levée inconditionnelle du blocus 

4. Demande, adressée à la Cour internationale de Justice, de donner un avis consultatif sur l’évaluation du statut juridique du contrôle israélien de Gaza après le retrait d’Israël en 2005

Source: http://unispal.un.org/unispal.nsf/47d4e277b48d9d3685256ddc00612265/bb0c3c85fe5579bd8525753900615472!OpenDocument 

(Traduction Horizons et débats)

 

Zur Situation im Gaza-Streifen

Stellungnahme von Richard Falk,
Uno-Sonderberichterstatter für die seit 1967 besetzten palästinensischen Gebiete

zf. Der Krieg Israels gegen den Gaza-Streifen geht nun bereits in die dritte Woche. Am -9. Januar beschäftigte sich der Menschenrechtsrat in Genf mit dem Krieg in Gaza. Besonders die Rede des Uno-Sonderbeauftragten für Israel und die besetzten Palästinensischen Gebiete, Richard Falk, prangerte, unterstützt von der Hochkommissarin für Menschenrechte, -Navanethem Pillay, den Völkerrechtsbruch -Israels an, der nicht erst mit dem Krieg gegen Gaza seinen Anfang genommen hat.     
    Israel ist Mitglied der Uno und damit den Menschenrechten, dem Völkerrecht und dem Humanitären Völkerrecht verpflichtet. Es hat sich wie jedes andere Land an das Recht zu halten, und jeglicher Verstoss dagegen müss-te geahndet werden. Der Krieg gegen die Palästinenser stellt einen eklatanten Bruch des Völkerrechts, der Menschenrechte und des Humanitären Völkerrechts dar. Die Stellungnahme von Richard Falk, der am 9. Januar persönlich nicht anwesend sein konnte und von seiner Assistentin vertreten wurde, zeigt deutlich auf, in welcher krassen Art die Grundlagen der Uno und damit eines friedlichen Zusammenlebens der Völker mit Füssen getreten wurden. Neben der Stellungnahme Richard Falks lässt «Zeit-Fragen» verschiedene Autoren zu Wort kommen, die auf die verheerende Lage im Gaza-Streifen und auf die möglichen Kriegsverbrechen in Gaza aufmerksam machen.

Richard Falk:

1.

Diese Stellungnahme konzentriert sich auf die Auswirkungen, die der anhaltende, am 27. Dezember 2008 begonnene militärische Feldzug Israels in Gaza auf die humanitäre Situation hat, mit der 1,5 Millionen Palästinenser konfrontiert sind, die im Gaza-Streifen eingeschlossen sind. In Übereinstimmung mit der Aufgabe des Mandates [des Sonderberichterstatters] beschränken sich die Kommentare auf jene Punkte, die in Zusammenhang mit Israels Verpflichtungen als Besatzungsmacht zur Einhaltung des Humanitären Völkerrechtes stehen. Diese ergeben sich hauptsächlich aus den rechtlichen Verpflichtungen, wie sie in der IV. Genfer Konvention von 1949 festgelegt sind, welche Israels Pflichten als Besatzungsmacht recht ausführlich darlegt. Die grundlegenden Verpflichtungen des Humanitären Völkerrechtes werden auch als verbindliche rechtliche Pflichten betrachtet, die im Völkergewohnheitsrecht verankert sind. Diese Stellungnahme berührt Fragen der Internationalen Menschenrechts-Gesetzgebung (International Human Rights Law IHR), aber auch die Implikationen schwerer und anhaltender Verletzungen sowohl des Humanitären Völkerrechts als auch der Menschenrechts-Gesetzgebung, die Fragen des Internationalen Strafrechts (International Criminal Law ICL) aufwerfen. Ebenso erforderlich ist eine Einschätzung der zugrundeliegenden Sicherheitsansprüche Israels, wonach das militärische Eindringen nach Gaza eine «Verteidigungs»operation in Übereinstimmung mit dem Völkerrecht und der Charta der Vereinten Nationen war und gemäss dem keine «humanitäre Krise» existierte, welche den Umfang und die Art der eingesetzten militärischen Gewalt «exzessiv» und «unverhältnismässig» machte.

 

2.

Obwohl Israel die Behauptung aufstellte, es sei auf Grund des Abzuges seiner Streitkräfte aus Gaza keine Besatzungsmacht mehr, ist man sich in weiten Kreisen internationaler Rechtsexperten einig, dass die fortdauernde israelische Kontrolle der Grenzen, des Luftraumes und der Hoheitsgewässer von einer Art ist, dass Israel den rechtlichen Status einer Besatzungsmacht behält.

3.

Die Qualität dieses Berichtes wird zweifellos dadurch geschmälert, dass eigene Beobachtungen der zuvor bestehenden humanitären Situation in Gaza fehlen; sie wären das Ziel einer Mission gewesen, die der Sonderberichterstatter unternahm, um Informationen zu sammeln, die zur Erstellung eines Berichtes für die auf März 2009 angesetzte reguläre Sitzung des Menschenrechtsrates verwendet werden sollten. Die Mission schlug fehl, da dem Sonderberichterstatter am 14. Dezember die Einreise nach Israel verweigert, er für rund 15 Stunden in einer Arrestzelle am Flughafen Ben Gurion festgehalten und am nächsten Tag ausgewiesen wurde. Eine derartige Behandlung eines Uno-Experten bei der Erfüllung seines Auftrages wirft für die Organisation als Ganze ernsthafte Fragen auf, die Bezug haben zu den Pflichten eines Mitgliedstaates zu kooperieren und diejenigen, welche die Arbeit der Uno ausführen, mit entsprechender Würde zu behandeln. Es ist zu hoffen, dass die Regierung Israels davon überzeugt werden kann, ihre Politik des Ausschlusses zu überdenken, welche die Arbeit für dieses Mandat behindert hat. Diese Sorge über den Ausschluss wurde sowohl während der Periode, die den israelischen Angriffen auf Gaza vorausging als auch während der Militäroperation noch dadurch verstärkt, dass ausländischen Journalisten der Zugang verweigert wurde, eine Politik, die an israelischen Gerichten erfolgreich angefochten wurde, bis heute allerdings ohne greifbare Resultate. Wie die «New York Times» vermerkte, verweigert Israel Medienvertretern, Einblick in die humanitären Auswirkungen seiner Militäroperationen in Gaza zu nehmen; gleichzeitig unterstützt es Journalisten, die schädlichen Auswirkungen der Raketenangriffe auf Zivilisten in Israel anzuschauen. Selbst die Anfragen des Internationalen Komitees vom Roten Kreuz, Schauplätze vermuteter Verletzungen des Humanitären Völkerrechts zu untersuchen, sind bis heute abgewiesen worden, zum Beispiel der Besuch am Ort der Militäraktion in der Stadt Zaytoun, bei welcher Berichten zufolge vorsätzlich 60 Mitglieder der Familie Samouni getötet wurden, darunter mehrere Kinder. Die Frage des Zuganges ist entscheidend für die Arbeit der Sonderberichterstatter und verdient die Aufmerksamkeit des Menschenrechtsrates und der Vereinten Nationen ganz allgemein.

4.

Grund dieser Sondersitzung ist das Bestehen einer humanitären Notlage in Gaza – eine Reihe von Bedingungen, die von der israelischen Aussenministerin, Tzipi Livni, an diversen öffentlichen Sitzungen in Frage gestellt wurden. Frau Livni argumentiert, eine «militärische Waffenruhe» sei nicht notwendig, da keine humanitäre Krise bestehe. Sie macht geltend, dass Israel für Lieferungen von Nahrungsmitteln und Medikamenten den Grenzübertritt erlaubt habe, aber wie die Uno-Hilfs- und Entwicklungsorganisation UNRWA und andere UN-Beamte festgestellt haben, können diese Lieferungen den Hunger und ernährungsbedingte Schwierigkeiten erst lindern, wenn eine Verteilung möglich wird; letzteres ist angesichts der in den meisten Teilen des Gaza-Streifens herrschenden Kriegsbedingungen nicht der Fall. Es bleibt abzuwarten, in welch geringem Umfang dieser fatale Umstand durch die dreistündige Feuerpause, die Israel am 7. Januar angekündigt hat, beeinflusst werden kann. Zusätzlich zur aktuellen Krise sollten einige zugrundeliegende Aspekte erwähnt werden: Ungefähr 75% der Bevölkerung haben keinen Zugang zu Trinkwasser; sie haben auch keinen Strom. Diese Bedingungen bedeuten eine zusätzliche Erschwernis der Lebensverhältnisse der Bevölkerung von Gaza, die sich aus der langanhaltenden Blockade ergeben haben; letztere hat die physische und geistige Gesundheit und den Ernährungszustand der ganzen Bevölkerung von Gaza so verschlimmert, dass rund 45% der Kinder unter akuter Blutarmut leiden. Durch die Beeinträchtigungen bei der Versorgung mit Medikamenten und medizinischem Material und die Schliessungen der Grenze war es für viele Bürger von Gaza unmöglich, in lebensbedrohlichen Situationen behandelt zu werden oder entsprechende Behandlungen weiterzuführen. Man ist zur zuverlässigen Schlussfolgerung gekommen, dass bis zu 80% der Bevölkerung von Gaza  unterhalb der Armutsgrenze leben, dass die Arbeitslosigkeit insgesamt auf nahezu 75% gestiegen ist und dass das Gesundheitssystem unter den Auswirkungen der Blockade am Zusammenbrechen ist. Auf Grund dieser Rahmenbedingungen sind unparteiische internationale Beobachter  und Behördenmitglieder zur unbestrittenen Überzeugung gelangt, dass die Bevölkerung von Gaza bereits vor dem 27. Dezember unter einer humanitären Krise grossen Ausmasses gelitten hat.

5.

Die Gewaltanwendung durch eine Besatzungsmacht gegen die Bedrohungen der Sicherheit, die von einer besetzten Bevölkerung ausgehen, ist innerhalb der Beschränkungen, die das Völkerrecht festlegt, erlaubt. Israel macht geltend, sein jetziger militärischer Feldzug sei angemessen und notwendig auf Grund des Umfangs und der Schwere der Raketenangriffe, die gegen die israelische Zivilbevölkerung in den Städten Sderot und Ashdod im Süden Israels gerichtet sind und der Hamas zugeschrieben werden. Um diese Behauptung zu beurteilen, müssten einige Fragen geklärt werden, die bis heute nicht ausreichend diskutiert wurden – weder im Rahmen der Diplomatie noch in den Medien.

6.

Es soll unmissverständlich darauf hingewiesen werden, dass es keine rechtliche (oder moralische) Begründung gibt, Raketen auf zivile Ziele abzuschiessen und dass ein solches Verhalten eine Verletzung der Internationalen Menschenrechtsgesetzgebung IHR bedeutet, die mit dem Recht auf Leben einhergeht, genauso wie es ein Kriegsverbrechen darstellt. Zugleich muss die Art des Verstosses im Kontext seines Zustandekommens bewertet werden; unter Beachtung der Bedeutung des temporären Waffenstillstandes, der seit Juni 2008 eingehalten wurde, bis er am 4. November 2008 durch einen tödlichen israelischen Angriff auf militante Palästinenser in Gaza ernsthaft unterbrochen wurde. Im ganzen Jahr vor dem 27. Dezember resultierte kein einziger israelischer Todesfall durch Raketen, die aus Gaza gefeuert wurden. Überdies wurde seit Juni 2008 von beiden Seiten ein Waffenstillstand eingehalten, es fanden einige Verletzungen statt, ohne jedoch am Willen beider Seiten, den Waffenstillstand aufrechtzuerhalten, etwas zu ändern. Man erwartete, dass Israel während dieser Zeit die Blockade aufheben oder zumindest erleichtern würde, die der ganzen Bevölkerung Gazas schwere Entbehrungen auferlegt hatte, insbesondere durch Einschränkungen in der Versorgung mit Nahrung, Medikamenten, medizinischen Geräten und Benzin. -Israel tat das nicht. Führende Uno-Beamte vor Ort haben wiederholt auf das akute Leid, das damit dem zivilen Gaza zugefügt wurde, hingewiesen, so auch der  Generalbevollmächtigte der Uno-Hilfs- und Entwicklungsorganisation (UNRWA), die am unmittelbarsten mit der beängstigenden Aufgabe beschäftigt ist, die humanitären Bedürfnisse der Bewohner Gazas abzudecken.

7.

Die seit 18 Monaten anhaltende Blockade war rechtswidrig, eine massive Form der kollektiven Bestrafung und als solche ein Verstoss gegen Artikel 33 der Vierten Genfer Konvention, ebenso ein Verstoss gegen Artikel 55, welcher verlangt, dass die Besatzungsmacht die Nahrungsmittelversorgung der Zivilbevölkerung und ihre medizinische Versorgung sicherstellt. Eine solche Blockade ändert den unrechtmässigen Charakter von Raketenangriffen nicht, aber sie weist auf zwei wichtige Schlussfolgerungen aus rechtlicher Sicht hin: Zum einen, dass das Ausmass des zivilen Leids, welches durch Israels ungesetzliches Handeln entstand, viel grösser war als das, welches aus dem ungesetzlichen Handeln der Palästinenser entstand; zum andern, dass jeglicher Versuch, einen tragfähigen Waffenstillstand auszuhandeln, sicherstellen sollte, dass sowohl Israel wie die Hamas das Humanitäre Völkerrecht respektieren. Ganz konkret bedeutet dies, dass Behinderungen beim Einlass von Gütern, die zur Aufrechterhaltung des zivilen Lebens benötigt werden, beendet werden müssen und nicht wiederaufgenommen werden können als Vergeltungsmassnahme, wenn in der Zukunft irgendein Raketenangriff stattfindet. In gleicher Weise ergibt sich für den Fall, dass Israel zukünftig solche Beschränkungen verhängen sollte, keinerlei Rechtsschutz für die Wiederaufnahme von Raketenangriffen oder andere Formen palästinensischer Gewalt, die sich gegen israelische Zivilisten richtet. Es bestehen einige Schwierigkeiten, die Verantwortung für alle Raketenangriffe der Hamas zuzuschreiben. In Gaza operieren unabhängige Milizen, und sogar vor der Hamas waren regierende Behörden trotz grösster Anstrengungen nicht in der Lage, alle Raketenabschüsse zu verhindern.

8.

Der israelische Militäreinsatz wurde durch die israelischen Führer auch als eine «zwangsläufige» und «unvermeidbare» Reaktion auf das Andauern der Raketenangriffe gerechtfertigt. Wieder ist es auch hier von Bedeutung, das tatsächliche Umfeld der israelischen Rechtfertigungen zu überprüfen, die mit der Angemessenheit einer solchen Aktion und ihrem defensiven Charakter zu tun haben. Die meisten Darstellungen des befristeten Waffenstillstands weisen darauf hin, dass es ein massiver israelischer Einsatz tödlicher Gewalt am 4. November 2008 war, der den Waffenstillstand de facto beendet hat, was zu einem unmittelbaren Ansteigen der Häufigkeit des Raketenbeschusses aus Gaza führte. Relevant ist auch, dass die Hamas wiederholt angeboten hat, den Waffenstillstand zu verlängern, sogar bis zu 10 Jahren, vorausgesetzt, dass Israel die Blockade aufheben würde. Diese diplomatischen Möglichkeiten wurden, soweit das beurteilt werden kann, von Israel nicht geprüft, obwohl dies durch den umstrittenen legalen Status der Hamas als De-facto-Vertretung der Bevölkerung des Gaza-Streifens zugegebenermassen erschwert war. Dies ist von juristischer Relevanz, denn ein Grundprinzip der Uno-Charta ist, dass der Rückgriff auf Gewalt nur als letzter Ausweg möglich ist, was Israel verpflichtet, in gutem Glauben auf gewaltlose Mittel zur Beendigung der Raketenangriffe zu bauen.

9.

Aus völkerrechtlicher Sicht ist es weiter von Bedeutung, das Ausmass zu bestimmen, in welchem das Angewiesensein auf Gewalt der Provokation gegenüber verhältnismässig und für die Wahrung der Sicherheit notwendig ist. Auch hier scheinen die israelischen Argumente nicht überzeugend. Wie bereits erwähnt, haben die Raketenangriffe, obwohl gesetzeswidrig und potentiell gefährlich, wenig Schaden und keinen Verlust von Menschenleben verursacht. Einen grossen Militäreinsatz gegen eine eigentlich wehrlose Gesellschaft zu initiieren, die bereits von der Blockade ernsthaft geschwächt war, akzentuiert das Missverhältnis des Angewiesenseins auf moderne Waffen in Kampfsituationen, in denen die militärische Überlegenheit weitgehend unbestritten war. Es scheint bezeichnend, dass die palästinensischen Opfer von qualifizierten Beobachtern zurzeit auf 640 Tote und etwa 2800 Verwundete geschätzt werden, darunter viele kritische Fälle, wobei die zivilen Opfer auf etwa 25% veranschlagt werden. Demgegenüber sind gemäss letzten Berichten vier israelische Soldaten gestorben, offensichtlich alle auf Grund von «friendly fire», d.h. durch fehlgeleitetes israelisches Feuer. Die Einseitigkeit der Opferzahlen ist ein Mass für das Missverhältnis. Ein weiteres ist das Ausmass der Verwüstung und die Grössenordnung der Angriffe. Es ist offensichtlich, dass die Zerstörung der Polizeieinrichtungen und zahlreicher öffentlicher Gebäude in überfüllten städtischen Gebieten einen exzessiven Einsatz von Gewalt darstellt, selbst wenn man die israelischen Behauptungen für bare Münze nimmt. Ebenso diskreditierend wie das Abstützen auf die unverhältnismässige Anwendung von Gewalt ist das Fehlen eines Zusammenhangs zwischen der behaupteten Bedrohung durch Raketen aus Gaza und den Zielen der israelischen Angriffe. Dies gibt den Vorwürfen zusätzliches Gewicht, wonach der israelische Einsatz von Gewalt eine Form von «Aggression» darstellt, die durch das Völkerrecht verboten ist und die hinsichtlich der Kriterien «Verhältnismässigkeit» und «Notwendigkeit» mit Bestimmtheit unverhältnismässig ist.

10.

Zudem erhoben qualifizierte Beobachter eine Vielzahl von Anschuldigungen, wonach die Israeli auf rechtlich inakzeptable Ziele ihrer Angriffe und auf die Anwendung rechtlich anrüchiger Waffen setzten, die das Verbot des Völkergewohnheitsrechtes von Waffen und Taktiken, die «grausam» sind oder «unnötiges Leiden» hervorrufen, verletzen. Unter den Zielen, deren Beschuss gemäss Humanitärem Völkerrecht als rechtswidrig gilt, finden sich: die islamische Universität, Schulen, Moscheen, medizinische Einrichtungen und medizinisches Personal (einschliesslich Ambulanzen). Unter den Waffen, die gemäss Völkerrecht rechtlich fragwürdig sind, finden sich: Phosphorgas in Granaten und Raketen, welches das Fleisch bis auf die Knochen niederbrennt; Dense Inert Metal Explosives (sog. DIME-Waffen), die ihre Opfer in Stücke schneiden und bei den Überlebenden das Risiko von Krebserkrankungen erhöhen; abgereichertes Uran, verbunden mit tief eindringenden sogenannten «Bunker buster»-Bomben, die gegen die Tunnel im Gaza-Streifen eingesetzt werden. Diese verursachen in den nächsten Jahrhunderten möglicherweise Strahlenkrankheiten bei jedem, der ihnen ausgesetzt wird.

11.

Dem Ausmass «unnötigen Leidens», das mit dem israelischen Einsatz verbunden ist, haftet eine Besonderheit an, der keine Beachtung geschenkt wurde. In vielen gegenwärtigen Kriegssituationen sucht eine grosse Anzahl von Zivilisten dem Leid durch Flucht vor der unmittelbaren Gefahr zu entkommen und wird dadurch zu «intern Vertriebenen» oder «Flüchtlingen». Mit seiner strengen Kontrolle der Ausreisemöglichkeiten hat Israel aber der zivilen Bevölkerung des Gaza-Streifens direkt oder indirekt die Möglichkeit verweigert, «Flüchtlinge» zu werden – was nie eine Möglichkeit echter Wahl ist, sondern immer ein Ausdruck der Verzweiflung. Diese israelische Verweigerung macht glaubwürdiger, dass die Bevölkerung des Gaza-Streifens im Grunde genommen Gefangene israelischer Besatzungspolitik sind. Aus der Perspektive des Völkerrechts bedeutet diese Aufkündigung der Möglichkeit für die Bewohner des Gaza-Streifens zu flüchten, eine schwerwiegende Zuspitzung der Gefahren, denen eine Zivilbevölkerung ausgesetzt ist, und unterstreicht die Schwere der humanitären Krise, die im Gaza-Streifen seit dem 27. Dezember herrscht. Seit dem Militäreinsatz hat sich diese Situation dramatisch verschlechtert. In einem Kommentar eines Sprechers des Roten Kreuzes in Gaza Stadt kommt die allgemeine Auffassung der Situation zum Ausdruck: «Das Ausmass der (militärischen) Operationen und das Ausmass des Elends und der Not am Boden ist einfach erdrückend …

12.

Aus Sicht des Mandats für die Besetzten Palästinensischen Gebiete würden die folgenden Empfehlungen die Aufmerksamkeit dieser Sondersitzung verdienen:

1. Die Forderung nach Wiederherstellung des Zugangs des Sonderberichterstatters als notwendigen Bestandteils der Uno-Überwachungsfunktion;

2. das Beantragen von Initiativen der Generalversammlung, welche Vorwürfe von Kriegsverbrechen untersuchen sollen;

3. das Vorschlagen eines langfristigen Waffenstillstandes auf der Grundlage einer Beendigung des Raketenbeschusses von Gaza und unbeschränkter Aufhebung der Blockade;

4. das Einholen eines Gutachtens beim Internationalen Gerichtshof zur Beurteilung des rechtlichen Status der israelischen Kontrolle in Gaza nach dem israelischen Rückzug von 2005.

Quelle: UNO
Übersetzung : Zeit-Fragen


Violaciones flagrantes del derecho humanitario international

Declaración de Richard Falk del 9 de enero Reportero especial de la ONU para las zonas ocupadas en Palestina desde 1967

hd. El 12 de enero el Consejo de derechos humanos cerró la novena sesión extraordinaria consagrada a las «graves violaciones de los derechos humanos en el territorio palestino ocupado, incluyendo la reciente agresión en la Franja de Gaza». El 9 de enero fue motivo de deliberación en el Consejo de derechos humanos en Ginebra. Sobre todo el informe de Richard Falk, enviado especial de la ONU para Israel y las zonas palestinas ocupadas, apoyado por la alta comisaria para derechos humanos, Navanethem Pillay, puso a Israel en la picota por la violación del derecho internacional, lo cual había comenzado ya antes de la guerra en contra de Gaza.
Israel es miembro de la ONU y, por lo tanto, está obligado al igual que todos los otros países, a respetar los derechos humanos, el derecho internacional y humanitario, y cada contravención de su parte debería ser sancionada. La guerra contra Palestina es una ruptura flagrante del derecho internacional, de los derechos humanos y del derecho internacional humanitario.
El informe de Richard Falk, quien no pudo estar presente el 9 de enero y fue representado por su asistente, muestra claramente hasta qué punto son pisoteados los principios de la ONU y con ello la posibilidad de una existencia pacífica entre los pueblos.

Richard Falk:

1. Este informe se refiere especialmente a las repercusiones que tiene el ataque militar de Israel en Gaza, que dura desde el 27 de diciembre hasta hoy, sobre la situación humanitaria de 1,5 millones de palestinos encerrados en la franja de Gaza. De acuerdo a la misión de un enviado especial, los comentarios se limitan a todo lo relacionado con la obligación de Israel, como potencia de ocupación, a respetar el derecho internacional humanitario. Ésto resulta, en primer lugar, de las obligaciones fijadas en la lV Convención de Ginebra de 1949, la cual expone detalladamente las obligaciones de Israel como potencia ocupante.
Las obligaciones esenciales del derecho humanitario internacional se consideran como obligaciones que están cimentadas en el derecho consuetudinario. Este informe toca cuestiones de las leyes internacionales de derechos humanos (International Human Rights Law IHR) pero también violaciones tanto del derecho humanitario internacional como de las leyes de derechos humanos que implican también al Derecho Penal internacional (International Criminal Law ICL). Es además indispensable, evaluar las exigencias de seguridad de Israel: según éstas, la intervención militar en Gaza fue acorde con el derecho internacional y la Carta de la ONU, por ser una operación de «defensa» y porque no existía una «crisis humanitaria» que hiciera aparecer a la violencia militar empleada como «excesiva» o «desproporcionada».
2. Si bien Israel sostenía que al retirar sus tropas de Gaza dejaba de ser una potencia de ocupación, en numerosos círculos de expertos en derecho internacional se coincide que Israel sigue teniendo el status de potencia ocupante dada la persistencia del control que mantiene sobre las fronteras, el espacio aéreo y las aguas territoriales.
3. Seguramente le quitará importancia a este informe el hecho de que falta una apreciación de la situación humanitaria existente anteriormente en Gaza; ese era el objetivo de una misión del enviado especial para reunir información para un informe destinado a una sesión regular del Consejo de derechos humanos en marzo de 2009. La misión fracasó porque al enviado especial se le negó la entrada a Israel el 14 de diciembre, se lo tuvo detenido 15 horas en una celda de arresto en el aeropuerto Ben Gurion y al día siguiente fue expulsado. Un trato semejante hacia un experto de la ONU en cumplimiento de una misión, cuestiona seriamente, para la organización en general, las obligaciones de un estado miembro de cooperar y tratar dignamente a aquellos que realizan un trabajo para la ONU. Es de esperar que sea posible convencer al gobierno de Israel de repensar su política de exclusión, con la que ha impedido el trabajo para esa misión. La preocupación sobre esa política se acentuó por el hecho de que se les negó la entrada a periodistas extranjeros, tanto en el período anterior al ataque israelí a Gaza, como durante la operación militar. Esa política fue disputada con éxito en los tribunales israelíes pero hasta ahora sin resultados concretos. Según informó el «New York Times», Israel impide que representantes de los medios puedan hacerse una imagen de las consecuencias de sus operaciones militares en Gaza; al mismo tiempo, apoya a periodistas para que vean los daños producidos por los misiles en la población civil de Israel. Incluso pedidos del Comité internacional de la Cruz Roja para investigar posibles violaciones del derecho internacional humanitario, han sido rechazados hasta hoy: por ejemplo, la visita a la ciudad Zaytoun, lugar de una acción militar en la que, según informes, fueron asesinados 60 miembros de la familia Samouni, entre ellos numerosos niños.
La cuestión del acceso es decisiva para el trabajo del reportero especial y merece el interés del Consejo de derechos humanos y de las Naciones Unidas en general.
4. El motivo de esa sesión especial es la existencia de una situación de emergencia humanitaria en Gaza – una serie de condiciones que fueron cuestionadas en diversas sesiones públicas por la ministra del exterior israelí Tzipi Livni. Según la Sra. Livni, una «tregua militar» no es necesaria ya que no existe una crisis humanitaria. Su argumento es, que Israel ha permitido el acceso por la frontera de los envíos de alimentos y medicamentos, pero la Organización de Ayuda y Desarrollo de la ONU (UNRWA) y otros colaboradores han constatado que esos envíos pueden aliviar el hambre y todos los problemas que resultan de la alimentación, siempre y cuando sea posible su reparto; ésto no es posible por el estado de guerra en que se encuentra la mayor parte de la franja de Gaza. […] A la crisis actual se suman otros aspectos que deben ser mencionados: casi un 75% de la población no tiene acceso al agua potable, y tampoco tiene electricidad. Éstas son circunstancias agravantes para la subsistencia de la población en Gaza las cuales han resultado del largo bloqueo; éste además ha dañado la salud física y mental y ha empeorado la alimentación de toda la población en Gaza de tal manera, que un 45% de los niños sufren de anemia aguda.
A raíz de las trabas para el aprovisionamiento de medicamentos, de suministros médicos y el cierre de las fronteras, para muchos habitantes de Gaza era imposible recibir atención médica en caso de enfermedades graves, o de poder continuar con un tratamiento. Se ha llegado a la conclusión que, con seguridad, un 80% de la población en Gaza vive en estado de indigencia, que la desocupación alcanza a un 75% y que el sistema de salud está a punto de colapsar a raíz del bloqueo.Teniendo en cuenta estas condiciones, observadores internacionales independientes están convencidos de que la población en Gaza antes del 27 de diciembre ya sufría una grave crisis humanitaria.
5. El uso de la violencia por parte de una potencia de ocupación para defender su seguridad amenazada por la población ocupada, está permitida dentro de los límites fijados en el derecho internacional. Israel alega que su acción militar actual es necesaria y adecuada dadas las dimensiones y la gravedad de los ataques con misiles contra la población civil en las ciudades de Sderot y Ashdod en el sur de Israel, los cuales son atribuídos a Hamas. Para valorar esa afirmación es necesario aclarar ciertos puntos que no han sido suficientemente discutidos ni en el marco de la diplomacia, ni en los medios.
6. Debe darse claramente por sentado, que no existe una justificación legal (o moral) para lanzar misiles a objetivos civiles, y que una acción tal viola las leyes internacionales de los derechos humanos (IHR) incluyendo el derecho a la vida, y que es considerada como un crimen de guerra. Al mismo tiempo, la infracción debe estimarse dentro del contexto en el que tuvo lugar: es decir, considerando la importancia del armisticio temporario que fue respetado desde junio de 2008, hasta ser gravemente interrumpido por un ataque israelí que causó la muerte de militantes palestinos el 4 de noviembre de 2008 en Gaza. Durante todo el año, antes del 27 de diciembre, no hubo un solo caso de un israelí muerto por misiles arrojados en Gaza. Además, desde junio de 2008, las dos partes respetaron el armisticio; hubo algunas infracciones, pero no se cuestionó la voluntad de ambas partes de mantenerlo. Se esperaba que Israel durante ese tiempo levantara el bloqueo o por lo menos lo aligerara; éste había sometido a la población de Gaza a graves privaciones, sobre todo en el aprovisionamiento de alimentos, medicamentos, suministros médicos y combustible. Israel no lo hizo. Altos miembros de la ONU en el lugar de los hechos, así como el mandatario general de la Organización de Ayuda y Desarrollo de la ONU (UNRWA) que se ocupa de suplir en forma directa las necesidades humanitarias de la población de la franja, han llamado la atención repetidamente sobre el sufrimiento que ese bloqueo añade a la población civil en Gaza.
7. El bloqueo existente desde hace 18 meses era ilegal; se trata de una forma masiva de castigo colectivo y, como tal, es una infracción del artículo 33 de la IV Convención de Ginebra, y también del artículo 55, el cual exige que la potencia ocupante asegure el aprovisionamiento de alimentos y asistencia médica para la población civil. Un bloqueo tal, no cambia el carácter ilegal de los ataques con misiles, pero lleva a dos conclusiones importantes desde el punto de vista del derecho: primero, que la dimensión del sufrimiento para la población civil a raíz de las acciones ilegales de Israel, es mucho más grande que la ocasionada por las acciones ilegales de los palestinos; por otro lado, que toda iniciativa de negociar un armisticio sólido, debería asegurar que tanto Israel como Hamas respeten el derecho humanitario internacional. Concretamente, ésto significa que debe ponerse fin a las trabas para la entrada de provisiones necesarias para mantener la vida civil, y que éstas no puedan volver a ponerse en práctica como represalia en caso de un ataque con misiles en el futuro. De igual manera, en caso que Israel recurra en el futuro a esas restricciones, entonces no tendrá ninguna protección legal frente a nuevos ataques con misiles u otra forma de violencia por parte de los palestinos en contra de la población civil israelí. Existen ciertas dificultades para hacer responsables a Hamas por todos los ataques con misiles. En Gaza operan milicias independientes, e incluso, antes de Hamas, autoridades del gobierno no lograron evitar los lanzamientos de misiles a pesar de todos sus esfuerzos.
8. La acción militar de Israel fue justificada por los dirigentes israelíes como una reacción «necesaria» e «inevitable» a los ataques repetidos de misiles. También aquí es importante analizar el entorno real de las justificaciones israelíes; en qué medida esas acciones son proporcionadas y su carácter defensivo. La mayor parte de los informes sobre el armisticio limitado, indican que una matanza israelí, de facto, puso fin al armisticio el 4 de noviembre de 2008; ésto llevó automáticamente a un crecimiento de los ataques con misiles a Gaza. Es también relevante el hecho que Hamas había propuesto repetidamente prolongar el armisticio, incluso hasta 10 años, a condición de que Israel levantara el bloqueo. Esas posibilidades diplomáticas, por lo que se sabe, no fueron consideradas por Israel. Si bien el controvertido status legal de Hamas como representante De-facto de la población de Gaza puede ser una dificultad, la propuesta tiene relevancia jurídica, ya que un principio fundamental de la Carta de la ONU es que el recurso de la violencia es sólo posible como última posibilidad. Ésto obliga a Israel a buscar por medios pacíficos el fin de los ataques con misiles.
9. Desde el punto de vista del derecho internacional, es importante determinar en qué medida el recurso de la violencia para salvaguardar la seguridad frente a la provocación, es proporcionado y necesario. Aquí tampoco resultan convincentes los argumentos de Israel. Como ya se mencionó, los ataques con misiles, si bien ilegales y peligrosos, han producido pocos daños y ningún muerto. […]
Según observadores calificados, hasta el momento el número de palestinos muertos se estima en 640 y unos 2800 heridos, muchos de gravedad, de los que aproximadamente un 25% son civiles. Del lado contrario, según últimos informes, murieron cuatro soldados israelíes a raiz de «friendly fire» es decir causado por disparos propios. El desequilibrio del número de víctimas es una medida para la desproporción. Otra es el grado de destrucción y la dimensión del ataque. […]
10. A ésto se agrega una serie de inculpaciones por parte de observadores cualificados, tanto con respecto a los ataques israelíes a objetivos legalmente inaceptables, como al uso de armas también ilegales. Ésto viola el derecho internacional consuetudinario, que prohibe armas y tácticas que son «crueles» o que provocan un «sufrimiento innecesario». Entre los objetivos, cuya destrucción es ilegal según el derecho humanitario internacional, se encuentran: la Universidad islámica, escuelas, mezquitas, instalaciones médicas y personal, (incluyendo ambulancias). Entre las armas, que según el derecho internacional son cuestionables, se encuentran: gas de fósforo en granadas y misiles, que queman el cuerpo humano hasta los huesos; Dense Inert Metal Explosives (las armas DIME) que despedazan a las víctimas y para los sobrevivientes aumentan el riesgo de cáncer; uranio empobrecido, utilizado en las llamadas «Bunker buster», bombas con gran capacidad de penetración, utilizadas contra el túnel en la franja de Gaza. Éstas pueden provocar enfermedades por radiación en los próximos siglos a todo el que esté expuesto a ella.
11. La dimensión del «sufrimiento innecesario» relacionado con el ataque israelí, tiene un aspecto especial, al que no se le ha prestado atención. En muchos conflictos bélicos actuales, gran parte de la población civil busca huir para escapar del peligro inminente, convirtiéndose así en «desplazados» o «refugiados».
Con el estricto control de las salidas, Israel le niega, directa o indirectamente, a la población civil la posibilidad de devenir «refugiados» – lo que no es una verdadera opción sino siempre un acto de desesperación. Esa negación de los israelís hace evidente que, en definitiva, la población de la franja de Gaza, es prisionera de la politica de ocupación israelí. […]
12. Según el mandato para las zonas palestinas ocupadas, en esta sesión extraordinaria tendrían que ser consideradas especialmente las recomendaciones siguientes:
1.    Exigir el restablecimiento del acceso para los reporteros especiales como parte imprescindible de la función de control de la ONU.
2.    solicitar iniciativas de la Asamblea general para la inspección de inculpaciones de crímenes de guerra.
3.    proponer un armisticio a largo plazo sobre las bases del término de los lanzamientos de misiles en Gaza, y el levantamiento ilimitado del bloqueo.
4.    solicitar un dictámen del Tribunal internacional para juzgar el estatus jurídico del control de Israel en Gaza después de su retirada en 2005.  

Fuente: ONU
Traducción Horizons et débats

 


Заявление о ситуации в ГАЗЕ

 

Ричард Фолк

 

Насилие должно прекратиться

 

 

 

        В резолюции, принятой 12 января, Совет по правам человека решил  направить срочную независимую международную миссию по расследованию фактов нарушения международных прав человека и гуманитарного права в секторе Газа.  

        По окончании 9-го специального заседания, на котором обсуждались «серьезные нарушения прав человека на оккупированных палестинских территориях, включая недавнюю агрессию в оккупированном секторе Газа»,  Совет, состоящий из 47 членов, принял резолюцию 33-мя голосами при 1 голосе против и 13 воздержавшихся.  

        Резолюция призывает к «немедленному прекращению израильских военных атак на всех оккупированных палестинских территориях, в частности в оккупированном секторе Газа, в результате которых до настоящего времени насчитывается более 900 убитых палестинцев и более 4 000 раненых палестинцев, включая большое сило женщин и детей.  

        Она также призывает к «прекращению ракетного обстрела израильского гражданского населения, что привело к гибели 4 гражданских лиц и нанесению ранений нескольким лицам».

«Срочная независимая международная миссия по расследованию фактов», которая будет назначена председателем Совета по правам человека, должна будет «расследовать все нарушения международного закона по правам человека и международного гуманитарного права оккупирующим государством – Израилем – по отношению к палестинскому ароду на всех оккупированных палестинских территориях, в частности в оккупированном секторе Газа в результате происходящей агрессии», - говорится в документе.

        Обращаясь к специальному заседанию 9 января, верховный комиссар по правам человека Нави Пиллей сказала, что «ситуация невыносима. Прекращение огня, к которому призвал Совет Безопасности ООН, должно быть немедленно осуществлено. Насилие должно прекратиться».

        Она недвусмыленно подчеркнула, что международный закон по правам человека должен применяться при всех обстоятельствах и во всех случаях, и усиленно призвала стороны, участвующие в конфликте, «выполнить свои обязательства согласно международному гуманитарному праву, заключающиеся в том, чтобы собрать раненых, позаботиться о них и эвакуировать их и защищать и уважать работников здравоохранения, больницы и медицинские подразделения и санитарный транспорт».

        «За нарушения международного права непременно надо отвечать», - сказала верховный комиссар и предложила Совету обсудить возможность направить миссию для оценки нарушений, совершенных обеими сторонами конфликта, чтобы выявить существенные факты и обеспечить несение ответственности.   

«Напоминаю этому Совету, что нарушения международного гуманитарного права могут явиться  военным преступлением, за которые может быть потребована индивидуальная ответственность преступников», сказала она. Верховный комиссар также призвала стороны конфликта разрешить работу независимых инспекторов по правам человека как в Израиле, так и на оккупированных палестинских территориях, чтобы документировать любые нарушения международных законов по правам человека и гуманитарного права. Она призвала, чтобы обладателям мандата по специальным процедурам был обеспечен неограниченный доступ в Газу и на Западный берег.   
        В своей резолюции Совет также обратился с просьбой к Генеральному секретарю ООН Пан Ги Муну «расследовать последний обстрел помещений БАПОР в Газе, включая школы, в результате чего погибли десятки палестинских гражданских лиц, включая женщин и детей». Чтобы созвать специальное заседание, требуется поддержка одной трети членов Совета (16 членов или более). В целом 32 члена Совета поддержали проведение специального заседания.

        Специальное заседание было проведено по просьбе Египта от имени Арабской группы и Африканской группы, Пакистана от имени Организации исламской конференции и Кубы от имени Движения неприсоединения.

        Это девятое специальное заседание Совета по правам человека. Предыдущие специальные заседания Совета рассматривали проблемы, связанные с Ливаном, Дарфуром, Мианмаром, глобальный кризис продуктов питания, тему Демократической Республики Конго и тему оккупированной палестинской территории.

Источник: http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/ViolenceMustStop.aspx

 

 

 

ЗАЯВЛЕНИЕ СПЕЦИАЛЬНОГО ДОКЛАДЧИКА ПО ПАЛЕСТИНСКИМ ТЕРРИТОРИЯМ, ОККУПИРОВАННЫМ С 1967 ГОДА, ДЛЯ ПРЕДСТАВЛЕНИЯ НА СПЕЦИАЛЬНОМ ЗАСЕДАНИИ СОВЕТА ПО ПРАВАМ ЧЕЛОВЕКА, КАСАЮЩЕМСЯ СИТУАЦИИ В СЕКТОРЕ ГАЗА,

 9 ЯНВАРЯ 2009 ГОДА

 

1. Это заявление делает упор на воздействие продолжающей израильской военной кампании против Газы, начатой 27 декабря 2008 года, на гуманитарную ситуацию, в которой находятся 1,5 миллиона палестинцев, запертых в секторе Газа. В соответствии с мандатом, комментарии ограничены вопросами, связанными с обязательствами Израиля как оккупирующего государства уважать международное гуманитарное право (МГП), в котором идет речь главным образом о правовых обязательствах, содержащихся  в Четвертой Женевской конвенции от 1949 года, где устанавливаются с определенными  деталями правовые обязанности Израиля как оккупирующего государства. Основные обязанности согласно МГП также рассматриваются как обязывающие юридические обязанности в рамках обычного международного права. Заявление касается вопросов международного закона о правах человека (МЗПЧ), а также последствий серьезных и постоянных нарушений как МГП, так и МЗПЧ в качестве вопросов, подпадающих под действие международного уголовного права (МУП). Также необходимо учесть лежащие в основе израильские требования в смысле безопасности, то есть что военное вторжение в Газу было «оборонительной» операцией, соответствующей международному праву и Хартии ООН и что не существует никакого «гуманитарного кризиса», который сделал бы масштаб и природу использованных военных сил предположительно «чрезмерными» и «диспропорциональными». 

2. Хотя Израиль утверждает, что он более не является оккупирующим государством ввиду отвода своих войск из сектора Газы, эксперты по международному праву продолжают придерживаться мнения, что характер продолжающегося контроля Израилем границ, воздушного пространства и территориальных вод заставляет считать статус Израиля с правовой точки зрения статусом оккупирующего государства.     

3. Качество этого доклада несомненно снижается из-за отсутствия непосредственного наблюдения предварительно существовавшей в Газе гуманитарной ситуации, которая должна была быть целью миссии, предпринятой специальным докладчиком для сбора информации с цель составления доклада для очередного заседания Совета по правам человека (СПЧ), намеченного на март 2009 года. Эта миссия была отменена, когда специальному докладчику было отказано во въезде в Израиль 14 декабря 2008 года, он был задержан примерно на 15 часов в камере аэропорта «Бен Гурион» и выслан на следующий день. Такое обращение с экспертом ООН, выполняющим порученную ему миссию, должно было бы стать серьезной проблемой для организации в целом, ставя под сомнение долг государства-члена сотрудничать и обращаться с лицами, выполняющими работу ООН, с должным достоинством. Следует надеяться, что можно будет убедить правительство Израиля пересмотреть свою политику исключения, подрывающую работу этого мандата. Это беспокойство относительно недопуска сочеталось в период, предшествовавший нападению Израиля на Газу, а также в ходе военных операций, с отказом допускать иностранных журналистов – политика, которая была с успехом оспорена в израильских судах, но еще до сих пор без ощутимых результатов. Как отметила газета «Нью-Йорк Таймс», Израиль отказывает представителям СМИ в доступе к оценке гуманитарного воздействия его военных операций в Газе, в то же время стимулируя журналистов знакомиться с любыми губительными результатами ракетных атак по гражданским лицам в Израиле. Даже требования Международного комитета Красного Креста посетить сцены предположительных гуманитарных злоупотреблений встречались до сих пор с отказом – например, посетить место военной операции в городе Зейтан сектора Газа, в ходе которой было по сообщениям умышленно убито 60 членов семьи Самуни, включая нескольких детей. Этот вопрос доступа является ключевым для работы специальных докладчиков и требует внимания Совета по правам человека и ООН в целом.      

  
4. Основной причиной этого специального заседания является существование чрезвычайного гуманитарного положения в Газе, набор условий, которые были поставлены под сомнение на многих публичных встречах министром иностранных дел Израиля Ципи Ливни. Г-жа Ливни утверждает, что нет необходимости для «гуманитарного перемирия», потому что нет гуманитарного кризиса. Она уверяет, что Израиль позволял пересечь границу партиям продуктов питания и медикаментовми, однако, как отмечали сотрудники БАПОР и других организаций ООН, эти партии не облегчат голода и трудностей с питанием, пока не станет возможным их распределение, чего не происходит ввиду военных условий, превалирующих на большей части сектора Газа. До какой малой степени может повлиять на это ужасающее обстоятельство трехчасовой перерыв в боевых действиях, объявленный Израилем 7 января, - это еще предстоит увидеть. Помимо непосредственного кризиса следует отметить некоторые важные черты: примерно 75% населения не имеет доступа к чистой воде и живет без электроэнергии. Эти условия накладываются на обстоятельства, в которых живут жители Газы в результате длительной блокады, которая сказалась на их физическом и умственном здоровье, и на положение с питанием населения Газы в целом, в силу чего 45% детей страдают от острой анемии. Вследствие вмешательства в поставки лекарств и медицинского оборудования  и закрытия границ многие жители сектора не в состоянии получать или продолжать лечение при болезнях, угрожающих их жизни. Также надежным образом подтверждено, что 80% населения Газы живет ниже уровня бедности, что полная безработица приближается к 75% и что система здравоохранения находится почти что в состоянии краха вследствие блокады. Это сочетание условий наверняка приводит беспристрастных международных наблюдателей и гражданских работников к неоспоримому заключению, что население Газы уже испытывало гуманитарный кризис большого масштаба до 27 декабря.       


5. Применение силы оккупирующим государством при угрозах безопасности, исходящих от находящегося под оккупацией населения, допустимо в границах, установленных международным правом. Израиль утверждает, что его настоящая военная кампания является обоснованной и необходимой ввиду масштаба и серьезности ракетных атак, направленных на ихраильское гражданское население, проживающее в южноизраильских городах Сдерот и Ашдот, и приписываемых Хамас. Имеется ряд вопросов, которые потребуется решить, оценивая эти утверждения, и которые не были до настоящего времени должным образом обсуждены как в дипломатических кругах, так и в СМИ. 


6. Следует недусмысленно указать, что не имеется правового (или морального) оправдания ракетному обстрелу гражданских объектов и что такое поведение является нарушением МЗПЧ, связанным с правом на жизнь, а также представляет собой военное преступление. В то же время следует оценить природу нападения в контексте, в каком оно происходит, включая важность временного прекращения огня, которое соблюдалось с июня 2008 года, пока не было серьезно нарушено смертоносным израильским нападением на палестинских боевиков в Газе 4 ноября 2008 года.  В течение года до 27 декабря не имело места гибели ни одного израильтянина от ракет, выпущенных из сектора Газа. Далее, с июня 2008 года прекращение огня соблюдалось обеими сторонами, имели место отдельные нарушения, но они не изменяли желания обеих сторон сохранять прекращение огня. В течение этого периода ожидалось, что Израиль снимет или, по крайней мере, облегчит блокаду, причинявшую огромные трудности всему населению сектора Газа, в особенности из-за ограничений в поставках продовольствия, лекарств и медицинского оборудования, а также топлива, но этого не произошло. Большой ущерб, причиненный гражданскому населению Газы, неоднократно указывался ведущими официальными сотрудниками ООН на месте, включая генерального комиссара БАПОР, который наиболее прямо занимается обескураживающим делом удовлетворения гуманитарных нужд населения Газы.   

7. Эта блокада, действующая в течение 18 месяцев, была незаконной, она была массовой формой коллективного наказания и в качестве такового является нарушением Статьи 33 Четвертой Женевской конвенции, а также нарушением Статьи 55, которая требует, чтобы оккупирующая держава обеспечила гражданскому населению достаточно продуктов питания и чтобы его нужды в области здравоохранения было удовлетворены. Подобная блокада  не меняет неоправданного характера ракетных атак, но приводит к двум важным в правовой перспективе выводам: первый, что масштаб гражданского ущерба в результате израильского незаконного поведения был намного больше, что результат палестинского незаконного поведения, и второй, что любые усилия, чтобы добиться устойчивого прекращения огня, должны обеспечить, что как Израиль, так и Хамас уважали МГП, что более конкретно означет, что препятствия к доступу товаров для поддержания нормальной гражданской жизни должны прекратиться и не могут быть возобновлены как мера наказания, если в будущем произойдет какая-либо ракетная атака. Равным образом, если Израиль будет навязывать подобные ограничительные меры в будущем, это не будет означать какое-либо правовое оправдание возобновлению ракетных атак или иных форм насилия с палестинской стороны, направленного против израильских гражданских лиц. Существуют определенные трудности в том, чтобы приписывать Хамас ответственность за все ракетные атаки. В Газе есть независимые боевые подразделения, они действовали даже ранее Хамас, правящие власти были неспособны предотвратить всю ракетную стрельбу. несмотря на все свои усилия.

     
8. Израильская военная кампания также оправдывалась израильскими лидерами как «неизбежный» и «вынужденный» ответ на настойчивые ракетные атаки. Здесь опять важно рассмотреть фактическую сторону израильских оправданий, ссылающихся на разумность подобных акций и их оборонительный характер. Большинство отчетов о временном прекращении огня указывают, что именно применение Израилем больших смертоносных сил 4 ноября 2008 года привело прекращение огня к окончанию де-факто, прямо вызвав увеличение частоты ракетного огня с территории Газы. Также важно, что Хамас неоднократно предлагал продлить прекращение огня, даже на период до десяти лет, в случае если Израиль снимет блокаду. Насколько это можно утверждать, эти дипломатические возможности были не рассмотрены Израилем, хотя, правда, были усложнены спорным юридическим статусом Хамас как фактического представителя населения Газы. Это имеет правовую важность, так как кардинальный принцип Хартии ООН – прибегать к силе в самую последнюю очередь, обязывая Израиль честно полагаться на ненасильственные меры для прекращения ракетных атак.

  
9. Также важно согласно международному праву определить, до какой степени опора на силу пропорциональна провокации и необходима для сохранения безопасности. Здесь тоже аргументы Израиля кажутся неубедительными. Как упоминалось выше, ракетные атаки, хотя и незаконные и потенциально опасные, причинили небольшой ущерб и не привели к гибели людей. Организовать большую военную кампанию против в освновном беззащитного общества, уже серьезно ослабленного блокадой, усиливает диспропорцию применения современного оружия в боевых ситуациях, где военное господство в большой степени неоспоримо. Представляется существенным, что общие потери палестинцев на данный момент оцениваются в 640 убитых и примерно 2800 раненых, включая многих в критическом состоянии, причем квалифицированные наблюдатели указывают, что гражданские жертвы составляют примерно 25%. И напротив, согласно последним отчетам, было убито четыре израильских солдата, повидимому все из них в результате «дружественного огня», то есть вследствие ошибок в прицелах со стороны израильских огневых точек. Односторонность цифр потерь – одно измерение диспропорции. Другое – масштаб разрушений и широта атак. Очевидно, что разрушение полицейских сооружений, а также многих общественных зданий в многонаселенных городских кварталах является чрезмерным использованием силы, даже если полностью принимать израильские утверждения. Каким бы дискредитирующим ни являлось полагаться на диспропорциональные силы, существует отсутствие связи между предположительной угрозой, связанной с ракетами из Газы, и целями израильских атак, что придает дополнительный вес утверждениям, что использование силы Израилем является формой «агрессии», запрщенной международным правом, и наверняка чрезмерным в свете критерия «пропорциональности» и «необходимости».   


10. Также имели место разнообразные ссылки, сделанные квалифицированными наблюдателями, на атаки Израиля на не допустимые законом цели и применение сомнительных с правовой точки зрения  видов оружия, что нарушает обычное запрещение установленных международным правом видов оружия и тактик, которые являются «жестокими» или причиняют «ненужные страдания». В числе целей, рассматриваемых как недопутимые согласно МГП, Исламский университет, школы, мечети, медицинские учреждения и персонал (включая машины скорой помощи). В числе оружия, являющегося сомнительным согласно МГП, - фосфорный газ в снарядах и ракетах, который сжигает мясо до костей; взрывчатые вещества с плотной металлической начинкой (так называемые DIME), которые разрезают жертву на куски и повышают риск раковых заболеваний у оставшихся в живых; истощенный уран, связанный с глубоким проникновением, так называемые бункероразрушающие бомбы,  использованные против туннелей в Газе, возможно причиняющие болезнь, связанную с облучением, любому, кто подвергся его действию в течение веков.      


11. Это измерение «ненужных страданий», связанное с израильской кампанией, имеет важную черту, на которую не было обращено внимания. Во многих современных военных ситуациях большое число гражданских лиц стремится спастись, удаляясь от непосредственной опасности, становясь «внутренне перемещенными лицами» или «беженцами». Но Израиль путем строго контроля выхода из сектора прямо или косвенно отказал гражданскому населению Газы в возможности стать «беженцами» - это никогда не происходит по выбору, но является отражением отчаяния. Ввиду его отказа представляется достоверным, что население Газы оказалось в основном заключенным в силу израильской оккупационной политики. С точки зрения МГП это лишение жителей Газы права стать беженцами серьезно обостряет опасности, которым подвергается гражданское население, и подчеркивает серьезность гуманитарного кризиса, существующего в Газе с 27 декабря. С началом военной кампании эта ситуаиця драматически ухудшилась. Комментарии представителя Красного Креста в городе Газа выражает то, что понимают все: «Размер операций и размер нищеты на месте просто непомерен…»       


12. С точки зрения мандата для оккупированных палестинских территорий, вниманию этого Специального заседания стоит представить следующие рекомендации:

1. Потребовать восстановить доступ на оккупированные палестинские территории специальному докладчику в качестве основной черты контролирующей роли ООН;

2. Добиваться инициатив Генеральной Ассамблеи в отношении расследования обвинений в военных преступлениях;

3. Предложить долговременное перемирие, основанное на прекращении ракетного обстрела с территории Газы и безоговорочном снятии блокады;

4. Потребовать консультативное заключение со стороны Международного суда, чтобы установить законный статус израильского контроля в Газе вслед за израильским «выходом» в 2005 году.

 

Источник: ООН

Перевод Вероники Спасской, Тлакскала

 

URL: http://tlaxcala.es/detail_artistes.asp?lg=es&reference=266


13/01/2009
 
 
 PRINT THIS PAGE PRINT THIS PAGE  

 SEND THIS PAGE SEND THIS PAGE

 
BACK TO LAST PAGE BACK TO LAST PAGE  

 tlaxcala@tlaxcala.es

PARIS TIME  21:55