HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

24/10/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Ukraine : Le Parlement décide d’introniser le nouveau Président le 25 février. La perdante Timochenko conteste la validité des élections. Iouchtchenko encore indécis.


AUTEUR:  Hans-Jürgen FALKENHAGEN & Brigitte QUECK

Traduit par  Michèle Mialane


Le deuxième tour des élections présidentielles a opposé, le 7 février, les deux candidats en tête au premier tour le 17 janvier, Victor Ianoukovitch et Ioulia Timochenko. Le, résultat a été publié le mercredi 10 février après le décompte  de tous les bulletins : le vainqueur est Victor Ianoukovitch. Sa victoire a été officiellement confirmée le 14 février par la Commission électorale centrale. À partir de cette date le nouveau Président doit, conformément à l’article 104 de la Constitution ukrainienne, être intronisé dans sa charge et prêter serment dans un délai de 30 jours. Le 16 février, 238 députés au Parlement ont fixé la date du 25 février, 10 heures (heure locale), pour le début de cette cérémonie (le compte-rendu de la séance parlementaire du 16 février donne le chiffre de 238 députés). Évidemment les 172 députés du Parti des régions, les 27 du Parti communiste, les 20 du bloc de Litvine  et 7 sans-étiquette ont voté positivement. Ce qui donnait une majorité simple (226 voix). On peut supposer que les 12 voix supplémentaires émanaient de députés du « Bloc Ioulia Timochenko » (BJUT) et du « Bloc Notre Ukraine-Autodéfense populaire », qui de toute évidence n’ont pas suivi les consignes de leur direction. (Remarque : un recomptage des voix de chaque fraction peut encore être exigé.)  

Normalement la décision du Parlement relative à l’intronisation du nouveau Président aurait dû être prise à l’écrasante majorité des 450 députés. 

La date de l’entrée en fonctions du nouveau Président avait déjà été fixée le 19 janvier, mais alors la totalité des 153 députés du « Bloc Ioulia Timochenko » (BJUT) et un grand nombre des 71députés du « Bloc Notre Ukraine-Autodéfense populaire » avaient donné leur accord. 

D’un point de vue juridique la date du 25 février est inattaquable. 

Le résultat des élections est lui aussi clair comme de l’eau de roche. 

Le résultat officiel du second tour, le 7 février a été enregistré le 17 février comme définitif par la Commission centrale électorale pour les présidentielles.

En pourcentage, les scores obtenus par les deux finalistes s’établissent comme suit pour l’ensemble de l’Ukraine ainsi que pour les districts et grandes villes et la République autonome de Crimée : 

Le candidat Victor Ianoukovitch a obtenu 48,95% des voix et a été élu avec une avance de 3,48%. Madame Ioulia Timochenko a obtenu 45,47% des voix. 12 481 266 des électeurs et électrices ont voté pour Ianoukovitch 11 593 357 pour Madame Timochenko, ce qui donne une différence de 11 593 357 en faveur  de Ianoukovitch. 1 113 055 électeurs, soit 4,36%, ont voté « contre les deux candidats », ce qui est autorisé par le droit électoral ukrainien. 11,9% des bulletins étaient blancs ou nuls. 
 

Le s résultats en pourcentage s’établissent comme suit pour  les districts, la république autonome de Crimée et les deux villes importantes de Kiev et Sébastopol (ordre alphabétique ukrainien) : 
 

                                                             Timochenko                               Ianoukovitch  

Ensemble de l’Ukraine:                                45,47                                    48,45

République autonome de Crimée                17,31                                     78 ,24

Ville de Kiev                                            65,34                                           25,72                                       

Ville de Sébastopol                               84,35                                             10,38

District de Winnizia                         71,10                                                 24,26                                                   

District de Volyn’ (Volhynie)               81,85                                                  14,01

District de Dniepropetrovsk             29,13                                                   62,70                                                  

District de Donetsk                               90,44                                                    6,44

District de Chitomir (Chitimir):            

36,70                                                   57,50

District de  Zakarpatija: (Transcarpatie) 51,66                                                   41,55 

District de Zaporoje (Saporishshja)      22,22                                                   71,50                   

District d’ Ivano-Frankivsk:                    7,02                                                     88,89

District de  Kiev                                      23,61                                                   69,71

District de Kirovorad  (Kirovgrad)        54,66                                                   39,61  

District de Lugansk  (Luhansk)             7,72                                                     88,89

District de Lviv (Lvov)                            86,20                                                    8,60

District de Nikolaïev (Mikolajiv)            22, 95                                                  71,53

District d’Odessa                     19,52                                                   74,14                                                      

District de Poltava                                     19,52                                                   71,53 

District de Rovno (Rivne)                       76,24                                                   18,91                                      

District de Sumy                                    62,89                                                    30,40                                      

District de Ternopol (Ternopil)                  88,39                                                    7,92                                     

District de Khmelnitzki                           69,74                                                     24,94                                     

District de Kharkov                                22,43                                                     71,35                                     

District de Cherson                                   33,73                                                     59,98          

District de Tcherkassy                             28,84                                                      65,37

District de Tchernivzy                           66,47                                                    27,64    

District de Tchernigov (Tchernihiv)     63,63                                                    30,95                                      

(voir aussi  www.rada.kiev.ua sous  Präsidentenwahlen 2010) 

En moyenne, les scores de Ianoukovitch sont plus élevés à ‘Est, au Nord-Est et au Sud de l’Ukraine, tandis que Madame Timochenko l’emporte à l’Ouest, au Nord-Ouest et dans le Centre.

Les élections ont été reconnues régulières et loyales par tous les observateurs nationaux et internationaux. On a même félicité l’Ukraine à l’unanimité pour le déroulement exemplaire de ses élections. Qu’y a-t-il  au juste à objecter encore aux résultats ? Il faut remarquer que le jour même des élections, le 7 février, le Président Iouchtchenko déclarait en mettant son bulletin dans l’urne : « Le peuple ukrainien devra encore avoir honte de lui cette fois-ci, plus encore que pour les élections de novembre 2004 ! », celles que Ianoukovitch avait déjà remportées avant d’être battu fin décembre lors d’un deuxième scrutin. À l’époque il l’avait été par Iouchtchenko, le poulain de l’Occident, ce qui bien sûr avait été déclaré « correct».  

Comment comprendre cette menace ? 

Bien peu d’analystes politiques avaient remarqué que le Président toujours en exercice, Iouchtchenchko, avait parlé lors d’une séance du Conseil pour la Sécurité nationale et la Défense qu’il avait convoqué le 4 février (En ont parlé entre autres Tlaxcala et Schattenblick, plus quelques autres rares organes de presse) « d’élections douteuses et non conformes aux normes de la civilisation » et qu’il devrait contester. Et presque personne ne s’est aperçu qu’il existait très vraisemblablement dès avant le 7 février un plan secret ( aussi appelé Plan B) prévoyant une déclaration de nullitéannulation des élections du 7 par le Président en exercice, ce qui permet de supposer qu’il n’envisage même pas de nouvelles élections dans l’immédiat. Ce plan devait tout d’abord prolonger le mandat du Président en exercice pour une durée indéterminée ce Président s’appeler Victor Iouchtchenko, alors qu’il a déjà été éliminé au premier tour et que la Constitution ukrainienne lui interdit de poursuivre son mandat. Normalement la Constitution ukrainienne prévoit, si le pays connaissait une situation peu claire à l’issue d’élections contestées, que le Président du Parlement (Litvine en l’occurrence) assume la charge de Président intérimaire. Ce dernier se trouverait en outre dans l’obligation de lancer sans délai de nouvelles élections, à deux tours  si à l’issue du premier tour aucun des candidats n’obtenait 50% des suffrages, et en admettant de nouveaux candidats. 

Le scénario projeté  peut sembler rocambolesque, mais en refusant d’accepter sa défaite électorale, Madame Timochenko semble déjà en dessiner les grands traits ; dans son discours à la Nation du 13 février, elle est allée jusqu’à dire qu’elle ne reconnaîtrait jamais et en aucun cas le résultat des élections, qu’elle porterait l’affaire devant les tribunaux et si nécessaire passerait par toutes les instances successives, ajoutant encore, comme si elle était sûre de son fait, que Ianoukovitch ne serait jamais Président de l’Ukraine. Il faut aussi remarquer que Iouchtchenko n’a toujours pas reconnu officiellement le  résultat des élections. On peut donc se demander si Iouchtchenko et Madame Timochenko avaient signé un accord secret , ou si Iouchchenko n’avait pas promis à sa rivale un poste intéressant si elle procédait ainsi, comme ç’a déjà été le cas lors de la « révolution orange » ? 

Ses partisans disposeraient maintenant de matériel détaillé permettant de contester les élections et provenant de 900 circonscriptions électorales, a poursuivi Madame Timochenko dans son discours. Des suffrages auraient été achetés et des entraves mises au travail des observateurs. En outre un grand nombre de votes par correspondance (faciles à manipuler) auraient été rédigés de la même main. Dans son discours du samedi 13 février, Madame Timochenko a parlé de plus d’un million de suffrages truqués en faveur de Ianoukovitch. Des observateurs  mandatés par  l’OCDE se seraient déclarés prêts à confirmer les fraudes devant les tribunaux au moyen d’enregistrements vidéo. (voir www.kmu.gov.ua/control/uk/publish/article,art_id=243279445&cat_id156156156902) 

Rien ne confirme ces allégations. Mais de nombreux témoins ont en revanche confirmé que dans certaines circonscriptions d’Ukraine occidentale on a été jusqu’à lancer des appels au meurtre et des chasses à l’homme rappelant les pogroms contre les partisans de Ianoukovitch. 

Il faut cependant reconnaître que les commissions électorales ont partout fait du bon travail, très consciencieux, et qu’il n’y a pas eu de fraudes dignes de ce nom. Les bulletins ont été décomptés très consciencieusement. Les irrégularités que dénonce Madame Timochenko dans son discours du 13 février avaient déjà été corrigées dès le 8 février, soit le lendemain du vote, par des recomptages répétés et des vérifications de la rectitude des votes. Madame Timochenko ne possède donc aucune preuve qu’il y ait eu des fraudes massives  et il est donc évident qu’elle  ment

Ce discours, que les médias occidentaux ont qualifié avec satisfaction « d’offensif », a même été retransmis dans son intégralité par la BBC et CNN. L’Occident, après avoir reconnu au début que la victoire de Ianoukovitch ne pouvait être mise en doute, se range derrière Madame Timochenko. Bien des indices annoncent que le « plan B » subtilement élaboré est en voie de réalisation. Timochenko avait même demandé la tenue immédiate d’un troisième tour. Mais il semble que le plan secret  ne prévoyait rien de tel. C’est le plan de Iouchtchenko qui doit s’appliquer : ni Madame Timochenko, ni Ianoukovitch ne doit être élu(e) Président(e).

Les élections n’auraient donc rien changé. Iouchtchenko devait rester Président et Madame Timochenko Premier ministre. Iouchtchenko avait même déjà, pour le cas où il aurait fallu réprimer par la force une résistance à ses menées, déposé le 10 février 2010 une requête auprès de la  Cour constitutionnelle visant à interpréter les articles de la Constitution qui réglementent ses compétences relatives à la proclamation de l’état d’urgence et au recours à la force armée et à mettre dans son  collimateur le point de l’article de la Constitution qui réglemente le stationnement de troupes étrangères en Ukraine. (voir www.president.go.ua/news/16548.html)

Concrètement, la requête auprès de la Cour constitutionnelle concerne les questions d’interprétation des articles 17 et 118, points 19-21 de la Constitution ukrainienne ainsi que du point 14  du paragraphe XV (modalités de transition ( ?) de la Constitution ukrainienne.)

Article 17 de la Constitution : « La défense de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine ainsi que la garantie de sa sécurité économique et informelle ( ?) est la principale fonction de l’État et l’affaire de tout le peuple ukrainien.

La défense de l’Ukraine, la protection de sa souveraineté de son intégrité et de son intangibilité territoriale est placée sous la responsabilité des forces armées ukrainiennes. La garantie de la sécurité de l’État et la défense du territoire national ukrainien est du ressort des formations militaires compétentes et des organes de protection juridique de l’État, dont l’organisation et les activités sont fixées par la loi.

Les forces armées ukrainiennes et autres formations militaires ne doivent pas être employées à limiter les droits et libertés des citoyens ou dans le but de renverser l’ordre constitutionnel, d’écarter les organes de gouvernement ou d’entraver ou perturber leurs activités.

L’État assure la protection sociale des citoyens ukrainiens qui servent dans les forces armées ou autres formations militaires ukrainiennes, ainsi que celle des membres de leur famille.

Sur le territoire de l’Ukraine toute création ou activité d’une formation militaire non prévue par la loi est interdite.

L’Ukraine n’autorise pas l’installation de bases militaires étrangères sur son territoire.» 

Point 14 du paragraphe XV, (Modalités de transition pour l’Ukraine) :

« L’utilisation de bases militaires étrangères en territoire ukrainien pour le stationnement provisoire de formations militaires étrangères est possible dans les conditions du bail consenti et selon des modalités réglementées par les Traités internationaux signés par l’Ukraine et ratifiées par son Parlement . »

La Constitution contient des dispositions qui limitent les compétences du Président relatives à l’emploi de forces armées intérieures et étrangères en Ukraine. Le Parlement a en cette matière un droit de codécision capital. L’article 118, point 19 de la Constitution permet au Président de demander au Parlement, en cas d’agression armée extérieure, l’autorisation de proclamer l’état de guerre et l’article 118, point 20 à prendre de prendre, en accord avec la loi, la décision de mobilisation générale ou partielle et de la proclamation de l’état de guerre dans tout ou partie du territoire ukrainien en cas de menace d’agression ou d’agression effective ainsi que de mise en péril de l’indépendance de l’Ukraine. L’article 118, point 21 lui donne le droit, en cas de nécessité, de proclamer l’état d’urgence dans tout ou partie du territoire ukrainien,et aussi de déclarer certaines régions ukrainiennes zones d’urgence écologique. La Constitution exige que les décisions du Président soient ensuite ratifiées par le Parlement. La Constitution établit donc clairement que le Président ukrainien n’a pas les pleins pouvoirs pour proclamer l’état d’urgence sans approbation du Parlement. Mais que signifie « approbation » ? Une question se pose : l’instauration de l’état d’urgence doit-il être immédiatement proclamé, puis approuvé sans délai par le Parlement ou peut-on attendre un certain temps pour le faire, alors que l’état d’urgence est déjà instauré et effectif ? La Constitution interdit au Président de limiter ou de suspendre les droits qu’elle garantit aux citoyens. Le Président ne peut de son propre chef prolonger son mandat. Mais qu’advient-il de cette disposition s’il a instauré l’état d’urgence? De toute évidence le Président souhaitait obtenir une couverture juridique de la Cour constitutionnelle sous ce rapport-là aussi. Voilà pour les règles constitutionnelles.  

Mais - chose étrange !- la requête déposée par le Président auprès de la Cour constitutionnelle peu avant l’expiration de son mandat (le Président est désormais rejeté par le peuple) concernait aussi le droit à exercer ses compétences en matière  «de garantie de la souveraineté et de l’intégrité du pays, de maintien de l’ordre public, de la sécurité économique et de l’information, de l’emploi de la force armée ainsi que de l’appel à des troupes étrangères sur le territoire ukrainien ». Évidemment, il pense ici à parer aux conséquences qu’entraîne la présence d’une flotte soviétique à Sébastopol. Ce que veut Iouchtchenko, c’est non seulement que le traité par lequel l’Ukraine accorde à la Russie l’usage de Sébastopol comme base militaire russe ne soit pas prolongé en 2017, mais encore que ce bail soit résilié sans attendre 2017.

Il ne doit pas empêcher l’Ukraine d’entrer rapidement dans l’OTAN.

En bref : le Président encore en exercice, Iouchtchenko, a cherché, c’est évident, à obtenir une couverture juridique de la Cour constitutionnelle pour pouvoir éventuellement infléchir le cours de la politique, y compris au moyen de la force armée et même du recours à une intervention extérieure, essentiellement de l’OTAN, si les troupes russes empêchaient cette intervention. Un scénario au fond extrêmement habile. Si Iouchtchenko instaure l’état d’urgence en Ukraine, de facto ou de jure, et de plus emploie la force armée, voire fait entrer en Ukraine les troupes de l’OTAN, il préfère ne pas donner l’impression de violer la Constitution.

Il semble que pour plusieurs raisons Iouchtchenko aura les plus grandes difficultés à réaliser ce plan secret, mais il faut rester vigilant pour protéger la démocratie ukrainienne des dangers qui la menacent. Cette vigilance reste de mise après la décision parlementaire du 16 février d’introniser le nouveau Président  le 25 février avec toutes les modalités d’entrée en fonction.

Il faut reconnaître à l’honneur de Madame Timochenko qu’elle n’a pas jusqu’ici appelé à des manifestations de rue et encore moins à des soulèvements populaires. Mais il faut bien dire qu’elle ne devait  pas s’attendre à voir beaucoup de gens manifester ou se jeter au feu pour elle et qu’en outre son propre bloc, le BJUT, n’était pas favorable en totalité à ce type d’actions ni même à la contestation des résultats électoraux. Parmi les dirigeants du BJUT aussi on trouve des réalistes qui perçoivent les dangers que court la démocratie ukrainienne.

Par exemple l’un des vice-présidents du Parlement, Tomenko, membre du BJUT, a demandé que l’on reconnaisse les résultats électoraux. De toute évidence Tomenko est l’un des députés du BJUT qui élaborent déjà une sorte d’accord de cohabitation avec les députés du Parti des régions de Ianoukovitch : sous la présidence de ce dernier, Madame Timochenko resterait Premier ministre ou ce poste reviendrait à un autre,  agréé par la fraction parlementaire du BJUT. Le premier vice-président du Parlement, Lavrinovitch, représentant le Parti des régions, a fait  le 15 février une déclaration où il souligne les difficultés que présente la formation d’un nouveau gouvernement disposant d’une majorité parlementaire. Finalement aucun des deux blocs principaux, que ce soit le Parti des régions ou le BJUT, ne dispose à l’heure actuelle d’une majorité parlementaire. Ils sont donc contraints de former un gouvernement de compromis jusqu’aux prochaines législatives. La majorité du Parlement est clairement opposée à de nouvelles élections anticipées comme cela s’est fait en 2007. De toute évidence le Parlement actuel (Verchovna Rada) restera en place jusqu’en 2011. 

Communiqué  de l’agence ITAR-TASS en date du 15 février 2010, 18h03

Timochenko tente de contester les résultats des élections présidentielles

Madame Timochenko, Premier ministre, a déposé auprès du Tribunal administratif suprême une plainte à l’encontre de la Commission électorale centrale relative à l’illégalité du protocole établissant les résultats des élections présidentielles. Cette plainte sera soumise au Tribunal le 16 février, a déclaré le directeur de son État-major électoral, le vice-Premier ministre Tourtchinov. Il a précisé que « la plainte serait déposée au nom de la candidate aux élections présidentielles, Timochenko. » 

Selon les termes employés par Tourtchinov, le Premier ministre, Madame Timochenko, demande que sa plainte « soit examinée et traitée dans sa totalité par le collège des juges du Tribunal administratif suprême et que la procédure soit retransmise en direct par la radio et la télévision. Ceci garantira le caractère public de la procédure juridique et le pays tout entier pourra connaître les arguments et la position des deux parties.»

Il a informé  que la plaignante avait fourni au tribunal des vidéos attestant la présence de falsifications des résultats électoraux dans les districts. Selon Tourtchinov, prendront part au procès de  « nombreux témoins prêts à fournir des témoignages oraux et indications relatifs à des falsifications de résultats électoraux en faveur de Victor Ianoukovitch.» Toujours selon lui, Madame Timochenko sera représentée au tribunal par l’ex-Président ukrainien, Léonid  Kravtchouk, Roukh, le dirigeant du Mouvement populaire ?, l’ex-ministre des Affaires étrangères Boris Tarasiouk, plus quatre députés du bloc Ioulia Timochenko (BJUT) 

Source : www.itar-tass.com/level2.html?NewsID=14825669&PageNum=0

Et juste à point arriva une autre information : le Procureur général Medvedko - un partisan déclaré de Iouchtchenko, que celui-ci avait invité à une séance importante du Conseil pour la sécurité nationale et la défense, bien qu’il n’en fasse pas partie ; ainsi qu’on pouvait le lire sur le site web du Président, l’objet de cette réunion était la mise sous surveillance de bureaux de vote, par des fidèles de Iouchtchenko, et en violation de la Constitution ukrainienne - a intenté 42 procès pour irrégularités lors des élections présidentielles.

La décision du Parlement d’introniser Ianoukovitch le 25 février dans ses fonctions présidentielles a sans aucun doute énormément affermi la position des forces démocratiques. Il faut désormais attendre les réactions de la perdante, Madame Timochenko, et aussi du Président toujours en exercice, Iouchtchenko. Et enfin la suite donnée à la procédure par le Tribunal administratif suprême. Si celui-ci applique normalement la Constitution, la plainte de Madame Timochenko devrait être rejetée, puisqu’il n’y a absolument plus rien à objecter à la validité des résultats électoraux du 7 février. Le gagnant clairement établi est Victor Ianoukovitch. Élu par la majorité du peuple, il a reçu de par la Constitution la charge d’exercer  le mandat présidentiel pendant 5 ans. 
 
 



Source : Ukraine: Parlament beschließt Amtseinführung des neu gewählten Präsidenten am 25. Februar. Wahlverliererin Timoschenko ficht die Gültigkeit der Wahl an. Haltung Juschtschenkos noch unklar

Article original publié le 17 février 2010

Sur les auteurs

Hans-Jürgen Falkenhagen et Brigitte Queck sont des auteurs associés à Tlaxcala, le réseau international de traducteurs pour la diversité linguistique, dont Michèle Ñialane est membre. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10043&lg=fr


DANS LE VENTRE DE LA BALEINE: 20/02/2010

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  0:24