HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

18/10/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

OAXACA : Juan Manuel Martinez Moreno enfin libre !


AUTEUR:  Scott CAMPBELL

Traduit par  Isabelle Rousselot. Édité par Fausto Giudice


Juan-manuel-ixcotel
Juan Manuel (T-shirt vert) quitte la prison d'Ixcotel en compagnie de sa famille

Après un dur combat, une victoire a été remportée aujourd'hui à Oaxaca au Mexique  avec la libération de la prison Santa María Ixcotel  de Juan Manuel Martínez Moreno. Juan Manuel était détenu depuis le 16 octobre 2008, soit depuis 490 jours, inculpé du meurtre de Brad Will, journaliste U.S. d'Indymedia.

Comme cela a été documenté sur ce blog et presque partout d'ailleurs, à part dans le bureau du Procureur général du Mexique, les accusations contre Juan Manuel étaient absolument sans fondement, basées sur des preuves fabriquées et contraires au témoignages, aux preuves sur les vidéos et les photographies qui montrent clairement que Brad a été tué par les paramilitaires du gouvernement alors qu'il faisait un reportage le 27 octobre 2006, sur leurs attaques contre une barricade lors du soulèvement à Oaxaca.

Mercredi, une cour fédérale a confirmé la décision du Tribunal de première instance de libérer Juan Manuel pour manque de preuve. Le Procureur général du Mexique avait initialement fait appel de la décision du tribunal de première instance. Cet appel a été rejeté et aujourd'hui Juan Manuel a été libéré, accueilli par sa famille et ses partisans à l'extérieur de la prison et marchant la tête haute, dans les rues d'Oaxaca jusqu'au centre-ville où un rassemblement avait été organisé.

D'innombrables organisations et individus ont mis en commun leurs efforts inébranlables afin de libérer Juan Manuel. Félicitations et remerciements à tous : sans leur soutien et sans la force et la persévérance de Juan Manuel, de sa femme Liliana et de sa famille, il est certain que les choses se seraient terminées autrement.

Même si la fête est à l'ordre du jour, il est également impératif de continuer à lutter pour la justice au moins pour les 26 personnes tuées par l'État pendant la révolte de 2006 : dont Brad Will mais aussi Marcos García Tapia, Andrés Santiago Cruz, Pedro Martínez Martínez, Pablo Octavio Martínez Martínez, José Jiménez Colmenares, Gonzalo Cisneros Gautier, Lorenzo Sampablo Cervantes, Daniel Nieto Ovando, Arcadio Fabián Hernández Santiago, José Manuel Castro Patiño, Jaime René Calvo Aragón, Jesús Montalvo Velasco, Alejandro García Hernández, Pánfilo Hernández, Alejandro López López, Emilio Alonso Fabián, Esteban Ruiz, Esteban López Zurita, Audacia Olivera Díaz, José Alberto López Bernal, Fidel Sánchez García, Roberto López Hernández, Raúl Marcial Pérez, Roberto Hernández Martínez, et Marcelo Jacinto Hernández.

Une enquête a été menée sur la mort de Brad et Juan Manuel a été trouvé comme bouc émissaire afin d'apaiser le Département d'état des USA et de faciliter la remise de plus de 1 milliards de $ principalement pour le soutien militaire de l'opération "Initiative de Mérida" (alias Plan Mexico). Alors que le Département d'Etat avait à l'origine demandé une "enquête complète, crédible et transparente" sur le meurtre de Brad, il est resté silencieux pendant les 16 mois d'emprisonnement de Juan Manuel. Alors que les abus sur les droits humains s'intensifient au Mexique et qu'Obama propose l'extension du Plan Mexico à 410 millions de $, les actions doivent continuer pour soutenir la clameur qui monte pour la justice à Oaxaca, pour demeurer en solidarité avec l'APPO et ses revendications révolutionnaires, et pour s'assurer que les fonds US ne facilitent pas la corruption et n'aident pas l'État mexicain aux mains tachées de sang à éliminer les nombreux mouvements sociaux de ce pays.

Juan-manuel-fists
Juan Manuel et sa famille

Zocalo-fists
Rassemblement au centre-ville

 



 


Source: My PhotoAngry White Kid-Juan Manuel Martinez Moreno is free!

Photos de Sylvia Gonzalez reprises de El Enemigo Comun et du CASA Collective.

Article original publié le 18/2/2010

Sur l’auteur

Scott Campbell, isaelle Rousselot et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau international de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10060&lg=fr


AU SUD DE LA FRONTIÈRE: 27/02/2010

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  17:7