HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

17/12/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

COLOMBIE : Un des douze apôtres en prison. Mais tous les chemins mènent à Uribe


AUTEUR:   ANNCOL

Traduit par  Esteban G.


Le cousin du narco-président Uribe, ne peut être rien d’autre qu’un autre narco-paramilitaire, Mario Uribe Escobar(1). La famille ne se perd pas, les liens de parenté se conservent, les vices et les ruses de ce bas-monde également. Il n’y rien d’irrationnel que le président ait eu la chance d’avoir parmi ses conseillers un autre cousin, mais dans ce cas, c’est un cousin de Pablo Escobar (5), le José Obdulio (2), l’homme de l’ombre du dernier pacte de non-agression entre bandes criminelles de Medellín.

Mario_UribeSe sachant vulnérable, Mario Uribe, ne voulait pas tomber dans les griffes de la justice, il a donc tenté de fuir en se réfugiant à l’ambassade du Costa Rica, avec le cynisme de demander l’asile politique. Ce criminel des bas-fonds demandant protection, cette même protection que n’ont jamais eue ses victimes. C’est à ce Mario Uribe qu'est attribuée la paternité de la phrase : « Monsieur, ou vous nous vendez la ferme ou nous l’achetons à votre veuve », et c’est avec cette phrase macabre que beaucoup de fermes et de propriétés ont été expropriées au bénéfice des paramilitaires et leurs sbires : les para-politiques

Pour l’oligarchie colombienne, lorsqu’un criminel déclare quelque chose contre la rébellion, nous devons le croire. Mais lorsqu’un criminel dénonce un politique de la coalition du gouvernement, il ne faut pas croire les témoignages des criminels. Dans le droit, la déclaration de n’importe quelle personne, tueur ou pas, est acceptable. Par contre la justice colombienne corrompue est autre chose, une justice avec ses prête-noms comme le feu bouclier d’Uribe, le larbin, Fernando Londoño Hoyos alias « Ladroño ».

La Cour Suprême - instance judiciaire elle aussi parcellisée – avait considéré que Pitirri (3) avait dit des choses irréfutables. Et finalement, un des douze apôtres ira en prison, il est évident qu’il ne souffrira pas de la promiscuité des cachots, l’INPEC* ne viendra pas le déranger, ses droits de remise de peine ne lui seront pas violés, dans la prison il mangera copieusement, mais la prison est une prison et ce HP** doit payer tous ses crimes.

L’information est diffusée et Juan Manuel Santos (4) boit le sang frais du cadavre de son chef politique, Uribe Vélez. Avec son sourire de hyène, Santos prend déjà le trône en main sans toucher encore la bête, mais il ne sait pas que le fantôme d'Álvaro Gómez le suit de près.

En Colombie, les gens détestent Juan Manuel Santos, pendant que celui-ci boit le sang du Messie à petites gorgées, convaincu d’être l’élu, il sourit. Demain il fera jour et nous verrons, disait l’aveugle.

Notes

(1) Mario de Jesús Uribe Escobar : Homme politique, leader du Parti Colombie Démocratique, cousin du président Uribe, ayant des démêlés avec la justice pour ces ramifications avec les paramilitaires (AUC) et leurs massacres.
(2) José Obdulio Gaviria : très proche conseiller (et lointain familier) d’Uribe, cousin de Pablo Escobar, frère de Luis Mario Gaviria et Jorge Fernando Gaviria, beau-frère de Carlos Alfonso Cock, tous trois ayant des antécédents de trafics de drogue et arrêtés aux USA.
(3) Jairo Castillo Peralta (Pitirri) : Trafiquant de drogue, paramilitaire, connaissant les politiques qui trempent dans le narco para-militarisme, après avoir essuyé plusieurs tentative d’assassinat de la part de ses anciens « employeurs » il se vengera en dénonçant tous les liens de la politique avec le para-militarisme. Ses révélations de presque une centaine de députés et autres mettront la justice à rude épreuve.
(4) Juan Manuel Santos : ministre de la Défense de Colombie de juin 2006 à mai 2009, date à aquelle il a quitté ses fonctions dans la persective de sa candidature à la prochaine élection présdentielle.
(5) Pablo Emilio Escobar Gaviria : Trafiquant colombien de drogue le plus recherché au monde. Chef du Cartel de Madellin (Colombie), tué en 1993.

* INPEC: Institut National Pénitentiaire et Correctionnel

** HP : Hijo Puta / Fils de Pute


 


Source : À la cárcel uno de los doce apósteles...

Article original publié le 24/2/2010

Sur l’auteur

Esteban G. est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10107&lg=fr


AU SUD DE LA FRONTIÈRE: 04/03/2010

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  16:53