HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

17/12/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
La Première Guerre mondiale des mots

Petite leçon de vocabulaire- À propos d’un article d’Alan Posener


AUTEUR:  Thomas Immanuel STEINBERG ÊæãÇÓ ÇãÇäæÆá ÔÊÇíä ÈѐÑ

Traduit par  Michèle Mialane. Édité par Fausto Giudice


Contre un délit on peut porter plainte, de préférence auprès du Parquet. C’est lui et lui seul qui peut décider d’une inculpation.  Il engage alors une procédure pénale contre l’inculpé.

Quand on est victime d’un dommage (dommage financier, matériel, commercial ou physique) on peut attaquer l’auteur présumé du dommage, on porte plainte. C’est un juge qui décide de sa recevabilité. Si la plainte est recevable, la partie lésée est le plaignant, l’auteur du dommage est le défendeur. Il s’agit d’une procédure civile.

Il existe aussi des procédures mixtes ;  si l’on porte plainte, on peut pour  certains délits être partie civile aux côtés du procureur. Il existe aussi - voir Code de procédure pénale - dans certains cas une possibilité de constitution de partie civile au pénal, mais il ne peut y avoir  d’inculpation privée.

Alan Posener  qui a applaudi au massacre de Gaza ignore tout cela ; et le rédacteur  qui a publié les dernières  obscénités  de Posener dans Die Welt* l’ignore aussi. En revanche tous deux n’ignorent pas qui  sont les antisémites : tous, sauf ceux qui ont  applaudi au massacre à Gaza.

 *L’auteur se réfère à un article d’Alan Posener intitulé À Cologne, l’apologie de la haine anti-israélienne reste impunie, à propos de la caricature ci-dessus, exposée sur le « Mur des Lamentations » créé par l’artiste militant Walter Herrmann. Posener s’insurge contre le fait que les services du procureur de Cologne ne voient pas là matière à poursuivre.


 Pour lire d'autres articles de cette Première guerre mondiale des mots, cliquez ici 

La Première guerre mondiale des mots est une initiative de Palestine Think Tank et Tlaxcala.

Les auteurs souhaitant y participer peuvent envoyer leurs contributions à 
contact@palestinethinktank.com et à tlaxcala@tlaxcala.es.



Source : L'auteur -  Kleine Begriffskunde – Zu einem Artikel von Alan Posener

Article original publié le 1/3/2010

Sur l’auteur

Michèle Mialane et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10133&lg=fr


LES FICHES DE TLAXCALA: 07/03/2010

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  5:24