HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

31/08/2016
EspaÑol Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
30 € par mois

Égypte: des grèves secouent le régime Moubarak


AUTEUR:  Hossam EL HAMALAWY

Traduit par  Fausto Giudice


Des dizaines de milliers de travailleurs défient le dictateur 


 Les travailleurs de l’usine de textile Ghazl El-Mahalla en Égypte ont organisé une manifestation de masse dimanche dernier (17 février 2008), appelant à la fin du régime, appuyé par les USA, de Hosni Moubarak.
 L'usine de textile est la plus grande du Moyen-Orient.  Ses  27 000 travailleurs ont joué un rôle déterminant pour amener le régime à des concessions économiques.
 Les travailleurs sont sortis en masse de leur usine en chantant : "À bas, à bas Moubarak!  Ton régime, c’ est la merde! ".Tandis qu’ils se répandaient dans cette ville du Delta du Nil, ils ont été rejoints par environ 10 000 habitants.


"À bas, à bas Moubarak! Ton régime, c’ est la merde! "(Photo: Kareem el-Beheiri)


 La protestation a commencé dans l'usine par une revendication d’augmentation du salaire minimum national.  La manifestation a été appelée la veille de la réunion du Conseil national pour les salaires - l'organe gouvernemental chargé de fixer le salaire minimum* – qui se réunissait pour la première fois depuis le milieu des années 1980.
 Le salaire minimum en Égypte a été gelé à 30 € par mois depuis 1984 -, tandis que l'inflation a flambé.  Les travailleurs demandent au gouvernement hausser le salaire minimum à 148 € par mois.
 La protestation a été organisée en secret par des militants d'extrême-gauche dans l'usine.  Les patrons ont appelé la police anti-émeute.  Les travailleurs ont alors pris d'assaut les portes de l’usine et ont chassé les policiers.
 Ils ont défilé dans les rues en brandissant des miches de pain et en scandant: "Nous en avons marre de manger de fèves pendant que les riches mangent du poulet et des pigeons**." D’autres chantaient en s’adressant au fils et héritier de Moubarak : "Gamal Moubarak, dis à ton papa que nous le nous haïssons!"
 Kamal al-Fayoumi, un organisateur syndicat et militant du syndicat non-officiel de travailleurs du textile, a déclaré à la foule: «Nous exigeons la justice sociale pour tous les travailleurs d’Égypte.  Nous voulons que toutes les ressources soient partagées également entre les travailleurs et les paysans, et non pas pour ce gouvernement d'hommes d'affaires. "
 Le régime de Hosni Moubarak est un allié clé des USA dans la région.  Le mois dernier, des centaines de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza ont afflué en Égypte après la démolition de la clôture construite à la frontière par Israël.  Moubarak avait fermé la frontière dans le cadre d'un siège israélo-US du territoire palestinien visant à détruire le Hamas - le mouvement de résistance qui a remporté les élections de 2006.
 Les tentatives faites par les forces de sécurité égyptiennes d’arrêter ce flot ont échoué lorsqu’elles se sont trouvées confrontés aux Palestiniens et aux combattants de la résistance.
Des images de la police anti-émeute égyptienne tabassant des Palestiniens ont circulé dans toute l’ Égypte, alimentant des protestations de colère au Caire.  Moubarak a été forcé de reculer et d'entamer des négociations avec le Hamas.
 Maintenant, le combat s'est déplacé de nouveau vers la classe ouvrière égyptienne.
La manifestation de dimanche marque  une extension de la vague de luttes industrielles qui a commencé à Ghazl El-Mahalla en décembre 2006.
Cette grève pour des primes a établi les normes d'une vague de conflits similaires, dont ceux des cheminots, des infirmières, des travailleurs du ciment et des collecteurs d'impôts.
 La manifestation de dimanche marque également un changement dans le rythme du combat.  Lors des précédents conflits les travailleurs de Mahalla mettaient en avant des revndications économiques locales et demandaient à Moubarak d'intervenir contre les patrons de l'usine.
 Les chants contre Moubarak et sa famille indiquent une cristallisation politique de l'actuel mouvement.  Cette manifestation était la première fois depuis les émeutes du pain en 1977 où des revendications nationales ont été exposées dans des manifestations de masse.
 Cette vague actuelle de lutte a commencé avec les manifestations pro-palestiniennes de 2000, qui ont débouché sur la manifestation de 30 000 personnes au Caire, contre la guerre d’Irak, les 20-21 mars 2003.
 Cette manifestation, surnommée «l’Intifada de la Place Tahrir" a semé la peur au sein du régime de Moubarak.
 La résistance à la guerre et au néolibéralisme est en train de transformer le mouvement en faveur du changement au Moyen-Orient.


* Lors de sa réunion, le Conseil a décidé magnaniment d'augmenter le salaire minimum de 30 à...37 € (communication personnelle de l'lauteur au traduucteur du 26 février 2008)

** "Houma yaklou hammam ouifrakh/Ouahna el foul daouakhna widakh" :  Refrain d'un poème de Fouad Ahmed Najem, chanté pa Cheikh Imam, commençant par "Houma min, ouahna min ?" ("Qui sont-ils ? Qui sommes-nous?") et continuant ainsi :"Eux, ce sont les émirs et le sultans, et nous les pauvres gens" (NdT sur les indications du frère Abou Moustoussou)

 
 
Les délégués du mouvement ouvrier autonome de Mahalla Al Kubra se sont rendus le 10 février au siège du syndicat officiel pour obtenir une prise de position de celui-ci sur leurs revendications (lire leurs revendications ici). Ils ont donné aux bureaucrates un ultimatum de 15 jours pour répondre. Photos de Kareem el-Beheiri.

 

F Pour en savoir plus, lire Mahalla Al Kubra (Égypte) : une classe ouvrière militante, par Joel Beinin

L'intifada du 23 Septembre 2007 à Mahalla Al Koubra, par Kareem el-Beheiri


Source : http://www.socialistworker.co.uk/art.php?id=14239

Article original publié le 19 février 2008

Sur l’auteur

Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=4700&lg=fr

Deutsche Fassung Ägypten: Streiks erschüttern den Alliierten der USA


OUMMA: 24/02/2008

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  6:17