HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

18/12/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Que s’est-il passé à Mumbai ?


AUTEUR:  Elias DAVIDSSON

Traduit par  Michèle Mialane, révisé par Fausto Giudice


 Il est maintenant hors de doute qu’un attentat a été perpétré ces derniers jours à Mumbai et a causé la mort de plus de 100 personnes. Il faut prendre avec beaucoup de précaution ce qu’en racontent les médias, car nombre de ces informations proviennent de sources militaires ou policières opaques, ou encore « d’experts » dont on ignore le nom. Beaucoup se demandent ce qui s’est réellement passé à Mumbai. Qui étaient les auteurs de l’attentat ? D’où venaient-ils ? Quel était leur but ? Qui les a préparés et financés ? Quelles pourront être les conséquences de ces attentats ? 

Au cours de ces dernières années nous avons beaucoup entendu parler d’attentats de toute sorte - entre autres à New-York, Londres, Madrid, Casablanca- dont les buts étaient vagues ou n’ont pas été élucidés, dont les responsables sont restés dans l’ombre ou - selon les médias - ont péri dans les attentats, et qui n’ont pas été accompagnés de revendications particulières. De véritables terroristes en revanche - par exemple dans le conflit israélo-palestinien - revendiquent leurs actes, sont honorés comme « martyrs » par la population, et ont des revendications  politiques claires que la population présente elle aussi, par des voies pacifiques.

Pour poser les bonnes questions relatives aux attentats de Mumbai, il faudrait examiner les évènements du 11 septembre 2001, car plus que tout autre attentat terroriste ils livrent des clés pour déchiffrer les divers attentats commis dans le monde. Celui du 11 septembre a fait environ 3000 victimes. Bien que ce n’ait pas été le premier à frapper les USA (des bombes avaient déjà explosé au World Trade Center en 1993), non seulement ce fut le pire de tous aux USA depuis plus de 100 ans, mais encore il servit de prétexte à de graves mesures politiques et militaires prises par les USA, l’Europe et d’autres pays, qui ont profondément changé notre monde. C’est au nom de ces attentats, supposés commandités par des puissances étrangères, que les USA ont bombardé l’Afghanistan et même tenté de justifier la guerre contre l’Irak. Parallèlement les USA ont démarré une prétendue guerre cotre le terrorisme dont le but ultime et la durée n’ont toujours pas été précisés. À l’intérieur, de nombreuses lois contraires aux droits élémentaires de l’individu et à la Constitution usaméricaine ont été édictées. De même sont entrées en vigueur dans les pays européens des lois qui abrogent des droits civils et traitent toute la population comme des criminels potentiels.

Quelles leçons tirées des réflexions sur les évènements du 11 septembre pourraient nous aider à analyser ceux qui viennent de se produire à Mumbai ?

La première : Méfie-toi des médias.

La deuxième : Méfie-toi des politiciens.

La troisième : En cas de doute, demande-toi « à qui profite le crime ». Qui a intérêt à certaines évolutions ?

De nombreux citoyens usaméricains se sont déjà approprié ces axiomes. Selon des sondages, environ un tiers de la population usaméricaine - soit environ 80 millions de personnes - pensent que leur gouvernement est impliqué dans les attentats du 11 septembre. Au nombre des sceptiques (envers la version officielle, NdT))figurent d’anciens hauts fonctionnaires de l’administration Bush, des officiers, d’anciens membres des services secrets et des milliers d’universitaires, de scientifiques, d’ingénieurs, de pilotes ainsi que des acteurs célèbres. Ces soupçons montrent qu’en dépit d’une propagande médiatique effrénée à l’encontre du « terrorisme islamique » et le silence systématique fait sur de nombreux éléments d’enquête relatifs au 11 septembre, ces 80 millions de personnes ne font plus confiance ni aux médias, ni à la classe politique.

Il ne va pas de soi qu’un tel hiatus devait apparaître entre ce que disent les médias et ce que croient les gens. Des citoyens « normaux »1 n’acceptent pas « en masse »2 des théories du complot aberrantes, surtout si elles mettent en question le système politique en vigueur. Les raisons du scepticisme croissant envers les tenants et aboutissants  du 11 septembre ne sont pas d’ordre  parapsychologique, mais reposent sur des éléments empiriques que j’énumère ci-après :

   - 1/ Bien que les attentats du 11 septembre aient constitué le plus grand massacre de masse de l’histoire des USA3, l’administration usaméricaine s’est refusée à toute enquête à ce sujet.

   - 2/ Personne n’a été mis en accusation ni traduit en justice pour complicité dans ce massacre.

   - 3/ L’administration usaméricaine a laissé détruire sans réagir d’importantes pièces à conviction dans l’enquête sur ce crime, notamment l’acier des tours jumelles et des enregistrements de témoignages.

   - 4/ L’administration usaméricaine n’a jamais fourni une quelconque preuve de l’implication de l’Afghanistan dans le crime du 11 septembre.

   - 5/ L’administration usaméricaine ne s’est pas donné beaucoup de peine pour capturer le commanditaire présumé de l’attentat, Oussama ben Laden. Ce dernier n’a même pas été accusé de complicité. Le site web du FBI consacré à Oussama ben Laden ne mentionne même pas ces évènements.

   - 6/ L’administration usaméricaine n’a jamais prouvé que de quelconques terroristes islamistes étaient montés à bord des avions qui se sont crashés le 11 septembre.

   - 7/ C’est la première fois que des buildings à armature d’acier s’effondrent par suite d’un incendie. Ce sont, non pas deux, mais trois tours qui se sont effondrées à la verticale, dont deux une heure environ après l’incendie. Une grande partie des bâtiments s’est pulvérisée pendant sa chute, ce qui ne se produit que suite à l’emploi d’explosifs. Et plus de cent pompiers ont attesté la présence d’explosifs. Plusieurs experts ont trouvé dans l’effondrement des tours dix caractéristiques d’une explosion contrôlée.

Tout le monde peut vérifier la présence de ces éléments en effectuant une recherche dans les médias usaméricains et les textes officiels,   que l’on peut consulter sur Internet. Aucun ne relève de la spéculation pure ou ne provient de sources secrètes. Mais bien que les sources de ces informations soient connues, elles sont aujourd’hui récusées comme étant une horrible théorie du complot. La peur de la vérité a pris aujourd’hui des traits pathologiques. Politiciens et médias dominants sont contraints à des efforts et à des raidissements toujours plus considérables pour dissimuler au peuple la vérité sur ces évènements.


Hossein Kazem, Iran

Les services secrets britanniques seraient également impliqués dans attentats du 7 juillet 2005 en Grande-Bretagne. Du moins il existe quelques indices. En voici deux, parmi d’autres :

  ° Aucune explication à l’étrange « exercice d’alerte » effectué à Londres  le matin de l’attentat : l’entreprise de sécurité Visor consultants a simulé sur demande d’un « client» non identifié une attaque terroriste qui devait se dérouler dans les stations de métro où a eu lieu le bain de sang. C’est le directeur de la firme en personne, Peter Power, qui, nerveux et stupéfait, l’a déclaré à la BBC. Puis il n’a plus rien dit et n’a plus répondu aux questions des journalistes.Les médias allemands n’ont pas fait état de ces déclarations. Aucune enquête sur de possibles corrélations entre cet « exercice » et les attaques n’a été diligentée.

  ° Les auteurs supposés de l’attentat, quatre jeunes musulmans de Grande-Bretagne n’ont pas pu être localisés dans le métro car le train qui devait les conduire à Euston a été supprimé.Une éventualité que les tireurs de ficelle n’avaient visiblement pas prévue. Les « terroristes » sont donc arrivés en retard à Euston et n’ont pu arriver aux stations de métro avant l’explosion. Le même matin, selon quelques médias du jour, trois personnes ont été abattues par la police dans les rues de Londres. On ne sait pas de qui il s’agissait. Peut-être de ces jeunes gens ? Silence radio sur l’incident.

Les gouvernements organisent parfois discrètement des attentats terroristes pour les imputer ensuite à leurs adversaires, ce n’est pas nouveau. De telles opérations ont eu lieu en Italie et Belgique, dans les années 70, sous le nom de code Gladio et sous contrôle de l’OTAN, pour discréditer les organisations d’extrême-gauche. Parmi elles on compte l’attentat de Bologne. Le Parlement européen a mis sur pied entre-temps une commission d’enquête sur l’opération Gladio, mais les gouvernements membres de l’OTAN s’obstinent à classer secrets les documents qui s’y rapportent. Ces opérations sont dites « exécutées sous un faux drapeau » (false flag en anglais, NdT). Une série d’articles (en anglais) relatifs aux opérations sous « faux drapeau » a été mise sur le site Internet http://www.aldeilis.net/english/index.php?option=com_content&task=category&sectionid=24&id=257&Itemid=141

Pour en revenir aux attentats de Mumbai, il faudrait se poser les questions suivantes:

-   Qui avait intérêt à assassiner des innocents à Mumbai ? Quelles réactions les meurtriers pouvaient-ils espérer à ce crime ?   

-   D’où proviennent les informations sur le déroulement exact des attentats ? De sources fiables ?

-   Qui sont au juste les auteurs de l’attentat ? Comment a-t-on établi leur identité ? qui les a entraînés ? financés ?

 - Y aura-t-il des suites judiciaires ? Peut-on escompter un procès équitable pour   les auteurs présumés des attentats de Mumbai ? Les juges chercheront-ils à établir la vérité ?

-   Les auteurs de l’attentat se considéraient-ils comme des martyrs ? savaient-ils qu’ils mettaient leur vie en danger ? Ont-ils reçu les honneurs destinés aux « martyrs » quelque part dans le monde islamique ?

-  Une revendication crédible de ces attentats a-t-elle été formulée par  un mouvement politique quelconque ? Ce mouvement existe-t-il aussi dans la société civile ou du moins y compte-t-il des alliés ? Qui a publié la lettre de revendication et les diverses communications?

-  Les attentats ont-ils été mis en relation avec une revendication politique particulière ? Qui a établi cette relation ? L’organisation qui revendique l’attentat a-t-elle déjà présenté la même requête ?

Tout le monde a intérêt à examiner le traitement médiatique de cette affaire à la lumière de ces questions et à en tirer des conclusions politiques. Ce sera profitable à bien des points de vue.


Notes de la traductrice

1/ Je ne sais pas ce qu’on appelle « normal ». mais les gens, et tout particulièrement les Usaméricains, adorent les théories irrationnelles. on n’a qu’à voir la popularité des OVNI et gourous ou voyant-e-s de tout poil auprès de l’individu moyen, et j’entends par moyen «  le plus courant » , quel que soit par ailleurs son degré de fortune (pauvre, plus ou moins aisé, riche) et d’instruction (analphabète, titulaire  du certificat d’études, d’un baccalauréat ou d’un doctorat, même scientifiques) - et, en ce qui concerne les théories du complot , des réactions aberrantes de certains citoyens des USA à la comète de Haley-Bopp. C’est pourquoi je ne partage les opinions de l’auteur qu’autant qu’elles se réfèrent aux avantages politiques visés par les gouvernements. En effet : premièrement bien des attentats demeurent plus ou moins ignorés ; deuxièmement : Monsieur Sarkozy profite de chaque pédophile ou malade mental ayant commis un crime pour se livrer à un show médiatique de haut vol ; doit-on en conclure qu’il les a personnellement poussés à l’acte ? La Chine a tiré des avantages politiques de sa gestion du tremblement de terre du Sichuan juste avant les JO ; cela veut-il dire que le tremblement de terre s’est produit sur ordre du gouvernement chinois ?   Restons-en donc à une propagande médiatique qui tourne  tout au profit des puissants. C’est déjà bien suffisant, car beaucoup se laissent prendre à cette propagande et qu’il est de toute façon impossible d’agir contre ces mêmes puissants, en l’absence de pensée alternative. Je ne veux pas dire par là que je ne crois pas les gouvernements capables de tout, mais qu’il ne faut pas avoir de talon d’Achille quand on mène le combat du pot de terre contre le pot de fer.

2/ en français dans le texte .

 3/ enfin ... dans un attentat (le génocide des Indiens ? 


Source : Was ist in Mumbai passiert?

Article original publié le 29/11/2008 

Sur l’auteur

Michèle Malane et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=6506&lg=fr

   



ZONE DE TYPHONS: 05/12/2008

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  19:18