HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

12/11/2018
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Le lobby juif existe-t-il ?


AUTEUR:  Mauro Manno

Traduit par  Traduit par Fausto Giudice


Il y a encore quelques années, quiconque osait poser cette question se faisait immédiatement taxer d' "antisémitisme", non seulement par des sionistes ou des juifs, mais surtout pas des gens de "gauche". Après la guerre contre l'Iraq, qu'Israël est parven à faire faire par procuration par les USA, cela n'est plus possible. Deux respectables chercheurs américains, Mearsheimer et Walt, ont prouvé, avec une abondance de détails, qu'Israël, via son lobby en Amérique, a le pouvoir de déterminer la politique extérieure US à son avantage.

Faut-il s'étonner de ce qu'aujourd'hui la soi-disant "gauche", et pas seulement institutionnelle, ait glissé dans le marécage répugnant des supporters du sionisme, des colonies, d'Israël et de leurs innombrables crimes, sans cesse renouvelés ? Non, il n'y a pas là de quoi s'étonner. C'est la conséquence logique de choix malheureux faits depuis de longues années. À partir du moment où on définit le sionisme comme "lutte de libération des juifs", de tous les juifs, même les non-sionistes ou les non-israéliens,, alors il est est logique que l'on dise que quiconque s'oppose à israël, c'est-à-dire au produit de cette "lutte de libération", n'est qu'un "antisémite", qui refuse la libération des juifs et ne veut que leur élimination. Mais si le sionisme est la "lutte de libération des juifs", pourquoi tant de juifs, communistes, socialistes, ou simplement démocrates, se sont-ils opposés au sionisme ? Étaient-ils contre leur propre libération ? Pourquoi trouve-t-on encore ce genre de personnes dans la communauté juive mondiale ?

Une lutte de libération en est une parce qu'elle libère un territoire d'une puissance coloniale et non de ses habitants. En revanche, le sionisme a négocié avec l'empire britannique la possession de la Palestine, qu'il a finalement "liberée" de ses habitants, pour construire un État qui constitue aujourd'hui la pointe de dimaant de l'impérialisme ooccidental, usaméricain en tête.

Avant même que les sionistes ou Israël le disent, la "gauche" italienne, confondant sionisme et judaïsme, lançait à droite et à gauche des accusaions faciles d' "antisémitisme". Maintenant que la droite historique est pro-israélienne parce qu'elle est pro-impérialiste et pro-américaine, la gauche se retrouve déphasée. Les antisémites historiques sont devenus philosémites. Gianfranco Fini et Alessandra Mussolini elle-même sont de bons amis d'Israël et accusent même la "gauche" de trahir Israël et d'être inconsciemment aux côtés des "terroristes". Les seuls "antisémites" aujourd'hui sont les antiimpérialistes, les "anti-américains", ceux qui combattent le sionisme et Israël.

Fassino se déclare ouvertement et sans honte "sioniste", Bertinotti déclare qu'il est "difficile de critiquer Israël", mais la majorité des supporters d'Israël préfèrent se taire, ce qui, devant les crimes de guerre et contre l'humanité commis tous les jours par Israël (aujourd'hui à Gaza et au Liban) équivaut à un soutien clair. Qui ne dit mot consent. Les plus "courageux" vont jusqu'à murmurer que les rispostes d'Israël sont "disproportionnées". Disporportionnées ? Détruire un pays, tuer des centaines de cvils, créer un désastre humanitaire en déplaçant 700 000 personnes pour obtenir la libération de deux soldats enlevés, ça n'est qu'une riposte "disproportionnée" ?

On dit aussi que les agissement d'Israël sont une "riposte" à l'enlèvement des soldats et que donc, en quelque manière, ils sont justifiés. Une riposte ? Qui a commencé à enlever des militants palestiniens, ou à les tuer, dans des rafles et des assauts contre les territoires palestiniens ? Les Palestiniens enlevés sont environ 8 000, en prison sans procès et sans inculpation, comme à Guantánamo, et il y a parmi eux des femmes et des enfants. Il y a encore des résistants libanais dans les prisons israéliennes, qui ont été enlevés en temps de paix, même si la résistance à l'occupation du Liban-Sud a chassé les Israéliens en 2000. De ceux-là, nos "gaucho-sionistes" ne disent rien.

Mais "Israël a le droit de se défendre", dit Bush, répétant ce que lui souffle Olmert. "Israël a le droit de se défendre", crie en choeur la gauche sioniste, Bertinotti inclus. Bien sûr, c'est naturel, qui est attaqué a le droit de se défendre. On ne peut certes le nier. Mais il n'en est pas ainsi. Ceux qui, depuis 1948, sont attaqués sont les Palestiniens et tout le monde arabe. On leur enlève la Palestine et on la donne aux sionistes, on empêche la naissance d'un État palestinien, on conquiert et on refuse de rendre des terrritoires arabes, on submerge les pays voisins de refugiés palestiniens, on envahit et on détruit les pays voisins sous mille prétextes : tout cela, ce n'est pas attaquer ? Pour qui accepte l'existence de l'État sioniste, né d'un abus impérialiste et non d'une "lutte de libération", il est logique de dire qu'il est attaqué, avant tout parce qu'il est un allié de l'Occident. Et puis, c'est un État "démocratique" et qui l'attaque est "terroriste". Pour qui n'accepte pas l'État sioniste, justement par ce qu'il est né d'un abus impérialiste (même camouflé sous la "légalité internationale"), il est logique de se ranger du côté des opprimés, des sans État, des réfugiés, des "terroristes". Nous proposons la constitution en Palestine, dans les plus brefs délais, d'un seul État démocratique pour tous, Palestiniens et juifs sur la base du principe "un homme, une voix". Comme cela s'est passé en Afrique du sud. Mais cela implique la dissolution de l'État sioniste pour les seuls juifs, qui est un État d'apartheid, tout comme l'était l'Afrique du sud avant sa libération.

Pourquoi cete position raisonnable et démocratique, qui permettrait, entre autres, aux juifs de se libérer de leur menalité de ghetto (Israël est un État-ghetto pour les seuls juifs), n'est-elle pas celle qui s'affirme parmi les démocrates, les gens de gauche alors qu'elle est inspirée par les valeurs humanistes, d'égalité et de tolérance, par les principes de démocratie et de liberté ?

Certains diront : parce que la gauche a trahi ses propres principes et valeurs fondateurs. Certes. mais cete réponse ne nous satisfait pas.
Revenons à la question initiale : le lobby juif existe-t-il ?

Pour Jeff Blankfort, un juif antisioniste cohérent et courageux, la réponse est OUI ! Par ses écrits nous pouvons comprendre comment les États -Unis d'Amérique, après avoir vendu leurs institutions parlementaires au lobby juif, opèrent au Moyen-Orient contre ces mêmes principes de liberté et d'égalité qu'ils proclament si souvent comme les valeurs fondatrices de leur démocratie.

Certes les États-Unis sont impérialistes, mais que gagnent-ils à être complices et responsables de l'échec de la naissance d'un Éat palestinien, si petit et réduit soit-il ? Que perdent-ils en revanche, du fait de leur politique pro-israélienne inconditionnelle, en termes d'influence sur les pays arabes ? Que gagnent les États-Unis aujourd'hui en consentant à la destruction du Liban ? Ils n'ont pas été capables de bien comprendre la leçon du 11 septembre. Peut-être parce que le lobby juif américain a empêché que se développe un débat sérieux sur les fruits d'une politique étrangère totalement pro-israélienne. L'impérialisme usaméricain, tout en restant impérialiste, aurait tout à gagner d'une atittude plus équilibrée. Il réussirait ainsi à atteindre plus facilement ses objectifs, du moins par rapport aux régimes arabes pro-occidentaux, qui ont toujours plus de difficultés à gérer les masses arabes, solidaires des Palestiniens et fortement antisraéliennes et toujours plus antioccidentales. Jeff Blankfort est un juif courageux car il dénonce depuis longtemps l'oeuvre et le pouvoir du lobby juif. Aujourd'hui, après la guerre en Iraq, les choses sont en train de changer aussi en Amérique. Les sionistes continuent à accuser d' "antisémitisme" ceux qui dénoncent le lobby juif, mais les lances qu'ils rompent sont toujours plus émoussées. Deux chercheurs usaméricains, Mearsheimer et Walt, ont publié une étude détaillée sur le lobby. Le débat a été ouvert, il ne peut plus être arrêté. Nous voyons un tabou s'écrouler : il état temps ! Il aura fallu pour cela la bravade sioniste consistant à faire envahir l'Iraq par l'armée US pour le compte d'Israël. Il a fallu cette guerre désastreuse pour l'Amérique et il a fallu que presque 3 000 Gi meurent pour Israël.

Le lobby juif existe-t-il en Italie ? Non seulement il existe, mais il est fort et, chose grave, il n'a pas d'opposants et personne n'en dénonce la dangerosité. Le Parti radical de Pannella-Bonino-Capezzone prend son argent et ses ordres à Tel Aviv. Le gouvernement lui finance bêtement (avec nos impôts) la gesion factieuse e sioniste de Radio Radicale. Pourquoi sont-ils tellement intéressés à placer leurs acolytes dans des ministères comme les Affaires étrangères, la Défense, les Relations avec le Parlement européen ? Pourquoi pas à la Santé ou a l'Éducation nationale, par exemple ? À part les considérations sur leur force électorale, il est clair que ce qui les intéresse, ce sont les ministères qui ont à faire avec les États-Unis et avec Israël. Pourquoi se meuvent-ils de droite à gauche selon les possibilités de victoire de l'un ou l'autre pôle ? Pour pouvoir entrer au gouvernement, quelle que soit sa couleur, afin de défendre les intérêts d'Israël.

Et venons-en au journal - parti sioniste - italien "La Repubblica", du juif sioniste De Benedetti. Rangé aux côtés de la gauche sioniste, il exerce une gande influence sur le groupe dirigeant du PDS (Parti démocratique de guache, ex-parti communiste) et il en conditionne de mille manières la politique et la culture. Il est parvenu à prendre la place de "L'Unità" comme le journal du parti ayant le plus de poids dans l'Union. Il exerce aussi une influence culturelle néfaste sur la société. Le PDS, qui n'est plus un parti de militants mais un mouvement électoral et d'opinion, n'était plus en mesure de maintenir le journal en vie par les souscriptions et les festivals, il a donc accepté l'offre de se sioniser avec De Benedetti. Le glorieux journal "L'Unità" d'autrefois a été mis entre les mains d'un autre juif sioniste, Furio Colombo, ex-homme de la Fiat et ami de Kissinger, qui le maintient en vie avec l'argent, encore lui, de De Benedetti. Le premier responsable de cette reddition inconditionnelle est Fassino.

Le lobby juif italien, comme le Parti radical, travaille à droite et à gauche, sur les deux branches du pouvoir. Il est ainsi parvenu à placer Feltri au journal "Libero" de Berlusconi et divers de ses hommes dans d'autres journaux et à la télévision. Mieli à la direction du Corriere delle Sera', l'eexcitée Fiamma Nierenstein à "La Stampa", Clemente Mimoun au TG1, son ami Enrico Mentana à Canale 5, Gad Lerner sur la 7. Nous nous contentons d'évoquer les postes dirigeants, sans parler des simples journalistes.

La communauté juive juive italienne compte environ 40 000 membres. Existe-t-il une ville italienne de ces dimensions d'où proviennent tant de directeurs de journaux imprimés et télévisés aussi importants ? Imaginez qu'un nombre similaire de directeurs de médias proviendraient de Merano (Meran) et passeraient leur temps à chanter les louanges de la politique allemande ou autrichienne.

Il y a de toute évidence une stratégie d'attention aux médias italiens de la part du lobby juif italien (et international). La même stratégie s'est avérée victorieuse en Amérique. Il faut ajouter à cela Sky (aux USA : Fox), du fameux Rupert Murdoch, australien de naissance mais de mère juive, donc vrai juif. Cet ami de Sharon a eu la tâche importante à l'échelle mondiale d'orienter l'opinion publique en faveur de la guerre en Iraq et d'Israël. C'es un instrument important dans la "guerre contre le terrorisme" menée par les USA et Israël, ou, mieux encore, USraël. Tout le monde s'en prend aux idiots vaniteux qui occupent le devant de la scène, comme Ferrara et Fede, et personne ne voit les vraies forces vives du sionisme à l'oeuvre en Italie.


 Original en italien

 Article en espagnol 

Fausto Giudice et Mauro Manno sont  membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique
. Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de toute reproduction, à condition de respecter son intégrité et de mentionner son auteur et sa source.


TERRE DE CANAAN: 29/07/2006

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  19:4