HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

18/10/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
Sahara occidental

Le Maroc n’aime pas les témoins


AUTEUR:  José NARANJO

Traduit par  Esteban G.. Édité par Fausto Giudice


J'ai connu Brahim Dahane à Laâyoune en mai 2005. À ce moment-là, il venait de créer une association pour la défense des droits humains dans l'ancien Sahara Occidental. À cette période, toutes les villes occupées de l'ex-colonie espagnole étaient un vivier de manifestations organisées par des jeunes qui réclamaient à corps et à cris l'indépendance hors du Maroc, tout cela a été réprimé avec une brutalité sauvage. Et Dahane voulait laisser le témoignage de cette époque.                        Brahim Dahane, sur une photo récente

Il avait déjà connu, lui, les prisons marocaines. Dans les années 80, il a été emprisonné pendant 4 ans pour avoir participé à des manifestations contre l'occupation du territoire. Il n’a jamais eu un procès avec les garanties minimales, et le Maroc n’a même pas voulu reconnaitre qu'il était dans ses centres secrets de détention et de torture. Pendant quatre ans, officiellement, Il était disparu, jusqu'à ce qu’un jour, il soit libéré.

En octobre 2005, Dahane avait été remis en prison pendant six mois sous l'accusation d’avoir créé une association illégale, puis il s’est retrouvé dans la rue. Mais il a continué à œuvrer pour dénoncer ces violations parce qu'il dit n’avoir que très peu à craindre. Il y a quelques semaines je l'ai vu à nouveau à Laâyoune et il n’a pas bougé d’un millimètre de ses positions.

Le 8 octobre dernier, avec six autres militants parmi lesquels se trouvait Ali Salem Tamek, cinq fois emprisonné par le Maroc, Dahane retournait au Sahara occupé après avoir rendu visite à ses frères sahraouis exilés dans les camps de réfugiés de Tindouf. Cependant, juste après avoir atterri à Casablanca, son dernier appel téléphonique adressé à une camarade de l'association ne laissait présager rien de bon. « Nous sommes sur la piste de l’aérodrome cernés par des voitures de police », avait dit Brahim.Depuis, on ignore où il se trouve.

Déjà, dans les jours précédents, une bonne partie de partis politiques et de la presse marocains s'étaient consacrées à créer chauffer l’ambiance contre Tamek, Dahane et ses camarades. Pendant au moins trois jours, leur détention n’avait même pas été communiquée à leurs familles et amis et ce n’est que 72 heures après seulement, qu’ils en ont été informés, bien que les militants se trouvent toujours dans un lieu inconnu. L'affaire paraît sérieuse, car ils sont accusés de trahison à la patrie, de séparatisme et de conspiration contre l'intégrité territoriale, ce qui pourrait leur valoir une lourde condamnation. Mais ces détentions n'apporteront que des souffrances supplémentaires.

Les yeux de Dahane, de même que ceux de Tamek, Aminatou, Hmad, Daddach ou de tant d'autres militants, sont les seuls que le monde peut avoir pour apprendre ce qui passe à Laâyoune, à Smara, à Dakhla, à Boujdour. C’est grâce, en grande partie, à leur travail et à leur engagement, que le monde a pu savoir que dans l'ex-colonie espagnole, les forces de l'ordre marocaines violent, torturent, frappent et menacent quiconque montre de la sympathie, si minime soit-elle, pour la cause du peuple sahraoui.

Ils ne sont pas des terroristes, ni des gens violents. Ils préfèrent la parole, la discussion et ils aiment, par-dessus tout, leur peuple. Ils ne sont pas parfaits et parfois ils font des erreurs, mais ils ne veulent pas, non plus, être des martyrs. Ils ont sacrifié une bonne partie de leur vie pour une cause qu’ils croient juste. Et cela les a amenés à sentir dans leur propre chair la douleur, la peur, l’angoisse et toutes sortes de souffrances. Ils sont, comme je l’ai déjà dit, la voix qui s'élève pour dénoncer l'injustice. Le problème c’est que le Maroc ne veut ni yeux, ni voix, ni témoins et que le Sahara soit toujours, comme jusqu'à présent, le royaume de l'impunité devant le dédain peureux et pathétique des gens qui dans la Communauté internationale « se battent » pour les droits humains. Du moins, en ce qui concerne le Sahara.


Source : Marruecos no quiere testigos

Article original publié le 13/10/2009

Sur l’auteur

Esteban G., rédacteur du blog http://letacle.canalblog.com, et Fausto Giudice, rédacteur du blog Basta ! Journal de marche zapatiste, sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8997&lg=fr


MÈRE AFRIQUE: 16/10/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  15:9