HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

21/10/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
Informations inquiétantes en provenance de Lar

Des mercenaires étrangers au service d’Ahmadinejad ?


AUTEUR:  Hamid BEHESCHTI ÍãíÏ ÈåÔÊ & Iran News Agency

Traduit par  Michèle Mialane. Édité par Fausto Giudice


La nouvelle, venant de la ville de Lar dans le Sud de l’Iran, selon laquelle des forces étrangères auraient utilisé des munitions spéciales contre des manifestants témoigne d’un nouveau palier dans la violence exercée par l’État. On y relève des parallèles avec l’utilisation de mercenaires par les troupes d’occupation en Irak et en Afghanistan.

Il est de notoriété publique que les USA et la Grande-Bretagne ainsi que l’Allemagne et même la Suisse ont recours à des sociétés de surveillance pour protéger leurs activités. Mais aussi parce chaque mort supplémentaire de soldat accroît la résistance à l’intervention militaire dans son pays d’origine. C’est pourquoi on emploie des mercenaires qui reviennent très cher (1000€ par jour) qui permettent d’éviter des débats parlementaires pénibles.

Apparemment le gouvernement iranien en arrive lui aussi à employer des forces étrangères contre les manifestants. Tout d’abord une rumeur a couru, selon laquelle il s’agirait de combattants du Hezbollah libanais. Des photos circulant sur Internet ont permis d’en identifier quelques-uns, en train de frapper des manifestants. Mais il semble qu’à l’heure actuelle le recours aux forces étrangères prenne de l’extension en Iran. Et cette fois ce seraient des mercenaires appartenant à des  sociétés de surveillance privées.

Il est bien possible que le 11 février, jour anniversaire de la révolution islamique, on ait recours à des mercenaires bien payés pour réprimer les manifestations. Il est même possible qu’apparaissent des firmes privées sous camouflage islamique.

Il a toujours été choquant de voir avec quelle brutalité inhumaine on traite l’opposition en Iran. On se demande comment des musulmans pourraient commettre contre d’autres musulmans de tels crimes organisés. Des mercenaires étrangers : ce pourrait être la réponse.

1 – Des manifestants bloquent la route de Bandar Abbas à  Lar

Iran News Agency – Dans la nuit du 5 février, des manifestants ont bloqué la route principale de Bandar Abbas à  Lar, pour pouvoir continuer leur mouvement de protestation contre la non-satisfaction de leurs revendications (par le gouvernement). Un habitant de Lar a déclaré qu’à une heure du matin, des forces spéciales stationnées en un lieu inconnu, nont attaqué et dispersé les manifestants.  Les hommes des forces spéciales parlaient en partie arabe. Ils attaquent les gens partout où les protestations se manifestent, mais ils retournent toujours à leurs bases, par peur des manifestants. Aujourd’hui des représentants du ministère sont venus à Lar, mais aucune solution satisfaisante n’a été trouvée. La ville est agitée, tous les magasins, bureaux administratifs et entreprises privées ont fermé. Les gens de Lar sont unis.

2. À Lar, la violence des heurts s’amplifie : un témoin raconte

Iran News Agency : Selon les dernières nouvelles de Lar, la prière du vendredi a été annulée aujourd’hui en raison de manifestations de rue. Un témoin raconte que le centre-ville de Lar grouille de gens et qu’un cortège estimé jusqu’à 4 km s’est formé devant Azzam Hosseiniye.

Selon certains  témoignages un groupe a attaqué un poste de police pour interroger la police anti-émeutes sur l’utilisation de balles en caoutchouc qui a fait la nuit dernière plus de 40 blessés.

Ce témoin raconte que la police anti-émeutse, intimidée par la cohésion dont font preuve les manifestants, aurait rapidement quitté  la ville.Ces unité policières ne seraient pas des Iraniens, car elles n’auraient fait grâce ni aux hommes, ni aux femmes, enfants et vieillards mais frappé à coups de matraques tous ceux qui croisaient leur chemin. Toute la ville a énergiquement protesté contre les autorités. Les mots d’ordre criés par les gens se référaient à l’imam Hussein ; ils disaient qu’ils résisteraient et s’opposeraient à ce scandale et continueraient à faire grève et manifester.

La manifestation se poursuit, et une autre aura lieu demain, puis après-demain, et jusqu’à ce que les revendications du peuple soient entendues.

[Remarque de la traductrice allemande : l’objet exact de ce conflit  n’est de toute évidence toujours pas vraiment clair. Voir aussi http://englishtogerman.wordpress.com/2010/02/02/angriffe-auf-banken-und-zusammenstose-in-lar]

3. Des attaques contre les banques et des heurts à Lar

Dernière nouvelle en provenance de la ville de Lar, dans la province de Fars : Des manifestants en colère ont attaqué des agences bancaires, des postes de police et la police anti-émeutes.

Aujourd’hui, dans la ville de Lar, des heurts ont eu lieu entre la population et  la police anti-émeutes. Les manifestant ont attaqué les banques Melli et Mellat ainsi qu’un poste de police.  La cause de ces heurts était la décision contestée de transformer un village proche en province.

Quelques vitres ont été brisées, et il y a eu des arrestations et des blessés. Des unités anti-émeutes ont fait usage de gaz lacrymogènes et tiré des coups de feu pour disperser les manifestants. De leur côté ceux-ci ont chargé les policiers. Plusieurs personnes ont été blessées et transportées à l’hôpital Imam Reza, le seul de la ville.

Nombre de personnes ont été arrêtées, mais jusqu’ici seules 16 d’entre elles ont été transférées à chiraz.  Hier et aujourd’hui 120 ont été arrêtées, 10 ont été libérées depuis. Il est interdit de se déplacerpour quitter la ville et la police anti-émeutes est toujours présente dans les rues. [La municipalité] a promis qu’aujourd’hui à 15 heures un groupe viendrait de Téhéran pour examiner les requêtes des habitants de Lar. Mais ceux-ci pensent qu’elle ment.

Selon certains témoignages on projette de faire grève ; les magasins de la ville resteraient fermés jusqu’à ce que les gens obtiennent satisfaction.

[Note de la traductrice française : je ne sais pas ce qui permet de conclure que seuls des mercenaires, et  à coup sûr étrangers et non musulmans, peuvent se livrer à des exactions contre des populations musulmanes. Vu le nombre de pays arabes musulmans auxquels mon beau pays livre des armes, et l’Allemagne est très bonne aussi en matière d’armes légères,  cela me paraît douteux, à moins que les pays arabes regorgent  de mercenaires occidentaux, indiens  ou chinois].


Sources : (farsi) Iran News Agency (anglais) Persian2English (allemand) Julia

Article original publié le 7/2/2010

Sur l’auteur

Hamid Beheschti, Michèle Mialane et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner les auteurs, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=9999&lg=fr

 


OUMMA: 12/02/2010

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  8:54