HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

23/08/2019
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
Seattle et au-delà

L'Organisation Mondiale du Commerce est tout simplement illégale


AUTEUR:  Michel Chossudovsky, Printemps-été 2000

Traduit par  Traduit par Pétrus Lombard


Une chose non mentionnée par les mass média et par la plupart des 1.200 groupes des 85 pays opposés aux politiques de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pendant et après les manifestations de Seattle en 1999, est le fait que l'OMC est en fait une institution illégale.
 
L'OMC fut mise en place après signature, en 1994 au Maroc, d'un « document technique » débattu à huis clos. Même les leaders des délégations impliquées dans l'accord n'étaient pas entièrement au courant des statuts qu'il contenait. L'instauration de l'OMC en tant qu'organisme mondial fut faite sans consultation des citoyens (ni même de leurs représentants) des diverses nations. Suite à la réunion au Maroc, l'accord fut soit approuvé sans discussion soit jamais formellement ratifié par les gouvernements nationaux. Pourtant l'adhésion à l'OMC exige l'acceptation de ses préceptes sans exception.

L'accord de 1994 fut incorporé en catimini dans le droit international, contournant le processus démocratique dans la plupart des pays membres. De manière flagrante, il a priorité sur les lois et les constitutions nationales, tout en fournissant des pouvoirs étendus aux banques mondiales et aux sociétés multinationales. Cet organisme totalitaire intergouvernemental fut autorisé, sous le droit international, pour « contrôler » le niveau économique des pays et les politiques sociales, supprimant les droits des gouvernements nationaux. En outre, l'OMC neutralise l'autorité des agences de l'ONU, comme l'Organisation Internationale du Travail, conçue pour surveiller la gestion du commerce international. Par ailleurs, l'OMC contredit la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

La déréglementation du système bancaire US fut approuvée par le Sénat de ce pays à peine six semaines avant l'assemblée de l'OMC à Seattle. D'un coup de stylo, la plupart des contraintes internationales sur les puissants conglomérats bancaires de Wall Street ont été abrogées. Dans les mois suivants les protestations de Seattle, les banques et les sociétés multinationales ont commencé à se substituer aux [gouvernements de] pays entiers, causant l'effondrement des économies nationales et pillant les ressources des peuples autochtones.

Les clauses du défunt Accord Multilatéral sur l'Investissement, qui accordaient un traitement national aux banques étrangères et aux sociétés multinationales, sont aussi en passe de devenir un fait accompli à travers l'OMC. La dérégulation bancaire US a permis globalement des investissements de capitaux spéculatifs. Les géants financiers des USA et de l'Union Européenne avancent vers le contrôle mondial de la politique monétaire et des marchés financiers.


Titre original : Seattle and Beyond: The Illegality of the WTO
Original :
Covert Action Quarterly, Spring-Summer 2000
Traduit par Pétrus Lombard, membre associé de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre d’être reproduite, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs. URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1433&lg=fr


EMPIRE: 01/11/2006

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  16:2