HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

24/10/2020
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Élections au Nicaragua, 5 novembre 2006 : péchés véniels


AUTEUR:  Sergio Ramírez, 31 octobre 2006

Traduit par  Traduit par Florence Razimbaud et révisé par Fausto Giudice



L’écrivain Sergio Ramírez, ancien vice-Président sandiniste de la république, a quitté le FSLN en 1995 et a fondé le MRS, qui présente la candidature d’Edmundo Jarquín à l’élection présidentielle du 5 novembre. Il polémique ici avec le père François Houtart, qui a fondé notamment le Centre d’analyse socioculturelle de l’Université centraméricaine en 1986.


Dans ces jours précédant les élections au Nicaragua, la presse internationale a publié un article du prêtre belge François Houtart que j'ai connu et fini par apprécier à la suite de ses visites régulières dans ce pays pendant les années de révolution. Ses contributions d’alors, à partir de la perspective de la théologie de la libération, étaient surtout éthiques. Et c'est justement sur l'éthique que mon vieil ami de la gauche catholique écrit son article.
Il affirme qu'il existe trois niveaux d'éthique à prendre en compte, depuis la perspective de la gauche, à l'heure de définir le soutien aux forces politiques : « La lutte contre le néolibéralisme est l'impératif moral le plus important. Il s'agit du niveau éthique vers lequel tous les autres doivent se tourner et qui constitue la base de la gauche en général », affirme le père Houtart. Il poursuit son argumentation en affirmant que les deux autres restent subordonnés à ce premier niveau : l'éthique interne des partis et l'éthique personnelle de leurs dirigeants. Par conséquent, l'éthique interne et l'éthique personnelle peuvent faire défaut dans la lutte déclarée contre le néolibéralisme, l'impératif moral le plus important. Le père Houtart avance tous ces arguments dans le cadre de son soutien public au commandant Daniel Ortega, le candidat du FSLN. [ Frente Sandinista de Liberación : Nacional (Front sandiniste de libération nationale].

Cette conclusion me laisse perplexe, surtout lorsque le père Houtart reconnaît que ce parti qui n'est pourtant pas entièrement de gauche, est celui qui se rapproche le plus de la gauche et de ce qu'il appelle « l'axe progressiste latino-américain ». Et je ne le comprends pas du tout parce que j'ai toujours cru que l'ordre des facteurs éthiques est autre, et que sans éthique personnelle avant tout et sans éthique politique, il n'est possible de se dédier à la lutte pour aucune fin supérieure.
Daniel Ortega et les dirigeants du FSLN ont cessé d'être de gauche depuis longtemps, en commençant par la perspective éthique personnelle dans l'ensemble et par leurs positions politiques qui se disputent le sceptre de l'extravagance cavernicole » avec les partis de droite les plus marqués à la culotte, du genre Parti populaire d'Espagne, comme par exemple sur la pénalisation de l'avortement thérapeutique votée à l'Assemblée Nationale ces jours-ci, avec le soutien véhément d'Ortega et de son épouse et traduit par le vote en bloc des députés du FSLN. Dès à présent, les responsables de l'avortement thérapeutique, les médecins, les infirmières, la mère ainsi que ses proches qui y consentent, risqueront quatre ans  de  prison.
Cela a pour moi en grande partie à voir avec l'éthique, bien que cela n'ait rien à voir avec le néolibéralisme. Un individu qui se soumet sans pudeur aux positions de la hiérarchie de l'Église Catholique qui est dans son droit de condamner l'avortement thérapeutique, uniquement parce qu'il pense gagner les faveurs du cardinal Obando Bravo et attirer les votes de la classe moyenne conservatrice organisée en confréries et en congrégations autour de cette hiérarchie, réduit à néant sa crédibilité. Qui plus est, il s'agit là de votes qui de toute façon, il ne pourra jamais récolter.
Même si Ortega se proclamait contre le divorce civil et en faveur de son retour dans le cadre religieux, ou s'il déclarait qu'il allait instaurer l'éducation religieuse dans les écoles publiques, ce qu'il n'écarte pas s'il gagnait les élections, ces secteurs conservateurs continueront d'être ses ennemis. De la même façon que le parent pauvre qui amène des poules en cadeau pour la fête de ses parents riches mais qui doit manger dans la cuisine.
Ortega a marché en tête de file dans les rues au cours des marches pompeuses contre l'approbation du Traité de libre-échange avec les USA (TLC/ALENA) et il a ensuite ordonné à ses députés d'approuver le traité. Avant de commencer la campagne électorale, il déblatérait contre le FMI et le néolibéralisme mais son candidat à la vice-présidence, jadis membre de la direction de la Contra basée à Miami [NdT : la contre-révolution] a été aujourd'hui commissionné pour notifier aux représentants de cet organisme à Managua que les relations d'Ortega avec eux, s'il gagnait les élections, seraient plus qu'excellentes. Et si cela ne suffisait pas, le même candidat à la vice-présidence a déclaré que plusieurs ministres du gouvernement actuel néolibéral du président Bolaños ont reçu des offres pour rester au
gouvernement du FSLN.
Il s'agit peut être d'éléments que le père Houtart ignore mais qu'il pourrait facilement vérifier. Et dans le cas où il en aurait déjà connaissance, j'ai beaucoup de mal à comprendre comment il est alors possible que l'abandon des principes, l'opportunisme politique, les mensonges et la fausseté, tous ces éléments qui correspondent à l'éthique personnelle et à l'éthique d'un parti ne cessent de renverser et d'ensevelir ce qu'il appelle l'impératif moral le plus important, la lutte supposée contre le néolibéralisme. Sans parler des autres violations de l'éthique, si graves, ou plus graves encore, comme le sont l'immoralité dans la conduite personnelle, l'enrichissement illicite et l'encouragement à la corruption du système judiciaire qui se trouve aux ordres de cette même coupole.
La corruption, les actes illicites, le mensonge politique, le mensonge démagogique se convertissent ainsi en péchés véniels que le père Houtart peut pardonner depuis le guichet du confessionnal. Le pécheur pourra ainsi continuer à en commettre pourvu qu'il proclame son adhésion à la lutte contre le néolibéralisme et qu'il reste proche de ce qu'il appelle « l'axe progressiste latino-américain », évidemment dirigé par Chávez.
Si la corruption et la violence contre les principes éthiques sont justifiables pourvu qu’on proclame son adhésion à des canons idéologiques ou politiques sélectionnés d’en haut, par exemple le néolibéralisme, en quoi alors un dirigeant de gauche pourra-t-il se différencier de quelqu'un comme le général Pinochet, qui alors qu'il déposait des tonnes de lingots d'or en Suisse, allait jusqu'à voler des briques pour construire son manoir ?

Le père Houtart peut peut-être nous l'expliquer.


La Insignia

Traduit de l’espagnol par Florence Razimbaud et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs. URL de cet article :   http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1451&lg=fr

 


AU SUD DE LA FRONTIÈRE: 03/11/2006

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  17:35