HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

22/11/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Victimes de la mode : T-shirts imprimés pour des unités de l’armée israélienne


AUTEUR:  Uri BLAU אורי בלאו

Traduit par  Michel Ghys


Ce que le commandement cherche à brouiller, des soldats de l’armée israélienne l’expriment de manière créative par des impressions sur T-shirts de leur unité : chez les paras, on glorifie la victime à Gaza durant l’opération « Plomb Durci » ; dans la brigade Givati, la cible est une Palestinienne enceinte, avec cette inscription : « 1 balle, 2 morts » ; dans la brigade Golani, on s’enorgueillit d’une mosquée détruite en proclamant : « Dieu seul pardonne » ; dans la formation pour tireurs d’élite, on bloque la lunette de visée sur un enfant, avec cette inscription : « Plus c’est petit, plus c’est difficile ». Le porte-parole de l’armée israélienne : ces impressions ne sont pas représentatives des valeurs essentielles de l’armée israélienne.

 
L'imprimerie Adiv reçoit plus de 500 commandes de nouveaux dessins chaque mois

L’activité n’arrête pas une seconde dans l’imprimerie sur textiles « Adiv », au sud de Tel Aviv. A tout instant des clients, dont beaucoup de soldats en uniforme, arrivent dans le bureau pour commander des articles vestimentaires sur lesquels devront être imprimés les emblèmes de leur unité accompagnés le plus souvent d’un slogan et d’un dessin de leur choix. A quelques centaines de mètres d’ici, dans les ateliers de la société, les esquisses apportées par les soldats deviennent des plaques d’impression grâce auxquelles on imprime les dessins et les slogans sur les articles commandés, essentiellement des T-shirts et des casquettes, mais aussi des gilets capuches, des blousons et des pantalons. Un jeune Arabe de Jaffa supervise les travailleurs qui impriment les emblèmes et les caricatures, puis il remet aux soldats les articles produits.


T-shirts imprimés à la demande de soldats de Tsahal. À droite unité de spécialistes en explosifs du 13ème Bataillon de la Brigade, brevetés en cours de snipers.
Inscription sur le T-shirt de gauche : "plus c'est petit, plus c'est dur". Sur le T-shirt de droite : "seul Dieu pardonne"

Un passage en revue des T-shirts militaires imprimés dans cet atelier-ci ou ailleurs, au cours des dernières années, révèle que des bébés morts, des mères pleurant sur la tombe de leurs enfants, des viseurs de fusil ciblant un enfant ou encore des mosquées explosées, ne sont qu’une petite partie de l’imagerie choisie par les soldats de diverses unités de l’armée israélienne pour orner les T-shirts qu’ils font imprimer pour marquer la fin d’une formation ou la fin de leur déploiement. Pas plus que les dessins, les slogans imprimés ne font dans la modération : un T-shirt des tireurs d’élite du corps d’infanterie sur lequel il est écrit « Better use Durex » (mieux vaut employer Durex) autour d’un dessin représentant un enfant palestinien mort avec auprès de lui sa mère en larmes et un ours en peluche ; un T-shirt des tireurs d’élite du bataillon Shaked de Givati où l’on voit représenté une Palestinienne enceinte dont le ventre est dans la ligne de mire d’un fusil, avec une inscription qui proclame « 1 shot 2 kills » (1 balle 2 morts) ; un T-shirt marquant la fin d’un autre cours pour tireur d’élite et présentant le dessin d’un bébé palestinien qui devient un enfant combattant puis un homme armé, et cette inscription : « Peu importe comment ça commence, nous y mettrons fin » ; un T-shirt du bataillon Harouv qui proclame que « on n’est pas tranquille tant qu’on n’a pas confirmé la mort [en achevant le blessé] » à côté d’un dessin figurant un samouraï ; etc.

Il existe aussi de nombreux T-shirts porteurs d’un message sexuel flagrant. Ainsi par exemple, ce T-shirt du bataillon Lavie qui présente un soldat se tenant près d’une jeune fille battue, et ces mots écrits : « Evidemment on t’a violée ! ». Sur un autre T-shirt, du bataillon Harouv, on voit une jeune fille appuyée sur une arme évoquant un membre viril et le mot « putains ! ».

Certains dessins et slogans mettent en lumière des faits dont l’armée nie officiellement l’existence, comme le fait de confirmer la mort [en achevant le blessé] ou de viser délibérément des sites religieux, des enfants ou des femmes.

 
Un motif commandé par des soldats de la Brigade d'infanterie Givati fin 2008. Auparavant ce motif n'avait pas été approuvé par le commandement  d'une autre untité. Le texte dit : "chaque mère arabe doit savoir que le sort de son fils est entre mes mains".

L’Ange de la Mort

Il ressort des discussions avec de nombreux soldats en service d’active que ce genre d’impressions sur T-shirts est un phénomène familier depuis quelques années. Sur le forum « Armée et sécurité » du site Internet « Fresh » qui a débattu autour de ce sujet cette semaine, divers internautes ont également parlé de ces T-shirts. L’un d’entre eux a par exemple parlé d’un T-shirt sur lequel était dessiné « une croix de viseur télescopique sur une femme d’apparence arabe serrant un enfant, avec un slogan du style "les tuer tant qu’ils sont petits" », qui avait été imprimé pour la fin d’un cours de tireurs d’élite. Il semble qu’il ait été retiré par le staff de commandement.

Dans de nombreux cas, avant impression, le contenu est transmis pour approbation à l’un des membres du staff de l’unité, mais apparemment, le haut commandement n’a pas réellement de contrôle sur les contenus imprimés, dans la mesure où il s’agit parfois d’une initiative personnelle de soldats qui n’a pas l’approbation des officiers. En outre, des dessins et des inscriptions qui avaient auparavant été interdits à la distribution dans certaines unités, ont été autorisés dans d’autres unités. Ainsi avaient par exemple été interdits dans le passé des T-shirts sur lesquels était écrit « On n’est pas tranquille tant qu’on n’a pas confirmé la mort [en achevant le blessé] » (une procédure dont l’armée israélienne nie totalement l’existence), mais un tel T-shirt a été imprimé en janvier 2008 dans le bataillon Harouv.

De même, l’inscription « Que chaque mère arabe sache que le sort de son fils est entre mes mains ! » qui a été imprimé fin 2008 dans la brigade Givati, avait dans le passé été refusé pour l’impression sur un T-shirt d’une autre unité d’infanterie. Un soldat de Givati a raconté, cette semaine, que sa section avait fait imprimé cette inscription sur des dizaines de T-shirts, de blousons et de pantalons. « Un soldat figuré comme un Ange de la Mort y est dessiné près d’un fusil et d’une ville arabe », explique-t-il. « La phrase "Que chaque mère arabe sache que le sort de son fils est entre mes mains !" était, selon moi, très forte. Ce qui était très drôle quand notre soldat est allé chercher les T-shirts, c’est que le type qui les avait imprimés était arabe et qu’il n’avait vraiment pas apprécié, au point qu’il a demandé à la fille du comptoir d’aller lui chercher les T-shirts ».

Cela passe par l’autorisation des officiers ?

« En général, les T-shirts passent par une espèce de sélection opérée par un officier, mais dans ce cas-ci, ils ont seulement été approuvés au niveau du sergent de section. Nous avions commandé des T-shirts pour trente soldats et ils ont été très enthousiastes et chacun voulait plusieurs articles et a payé en moyenne 200 shekels [~ 36 €] ».

Que pensez-vous de l’inscription imprimée ?

« Je n’aimais pas tellement la phrase, mais la plupart des soldats la voulaient. »

 

À droite T-shirt de l'unité de snipers du bataillon Shaked de la Brigade Golani : "I balle, 2 morts"
À gauche T-shirt du bataillon Harouv de la brigade Kafir : "Nous ne nous reposerons pas tant que nous n'aurons pas tué".


Avec les meilleures visées

Beaucoup parmi les T-shirts les plus problématiques ont été commandés par des soldats brevetés de cours de tireurs d’élite que suivent ensemble des soldats de diverses unités. En juillet 2007, à la fin du cursus, un T-shirt avait été imprimé d’un dessin figurant, au centre d’une ligne de mire, un petit enfant portant un fusil, et accompagné de l’inscription « Plus c’est petit, plus c’est difficile ! » 

L’année précédente, des soldats brevetés de l’« équipe Carmon » d’un cours pour tireurs d’élite de groupes de reconnaissance un T-shirt avec le dessin représentant, au centre d’une ligne de mire, un Palestinien portant un couteau, avec l’inscription « Il faut courir vite, courir vite, courir vite, avant que ce n’en soit fini » et par-dessous, des femmes arabes pleurant sur une tombe, avec cette inscription « Et puis après, elles pleurent, et puis après elles pleurent… » Un autre T-shirt de tireurs d’élite figurant, là encore un personnage arabe au centre d’une ligne de mire, proclame : « Le tout avec les meilleures visées », les meilleures intentions. Des tireurs d’élite ont aussi commandé des T-shirts avec, au milieu, une femme enceinte au centre d’une ligne de mire et un T-shirt sur lequel est dessiné un enfant mort.

G*, un soldat d’une unité d’élite ayant suivi le cours des tireurs d’élite, connaît ces T-shirts. A l’occasion d’une discussion avec lui, il explique que « quand on termine le cours, on décide ensemble quel T-shirt faire imprimer. Ça consolide l’esprit d’équipe d’une certaine manière et puis on sait que celui qui est tireur d’élite est un peu fêlé. Il y a sur nos T-shirts beaucoup de doubles sens, comme par exemple : "Des gens mauvais avec de bonnes visées". A chaque cycle de chaque cours, on sort des choses comme ça ».

Quand met-on ces T-shirts ?

« Ce sont des T-shirts pour la maison, pour le jogging, pour l’armée. Pas pour les sorties. Parfois les gens demandent ce que c’est, avant d’en comprendre le sens. »

Sur le T-shirt qui représente une femme enceinte au centre d’une ligne de mire, il dit qu’ « il y a des gens qui pensent que ça ne va pas et je suis de cet avis-là aussi, mais cela n’a pas réellement de signification, c'est-à-dire qu’il n’y a pas quelqu'un qui ira tirer sur une femme enceinte. »

Quelle idée y a-t-il derrière le T-shirt au milieu duquel on voit l’image d’un enfant avec l’inscription « Plus c’est petit, plus c’est difficile ! » ?

« C’est un enfant, alors vous avez un peu plus un problème (moral) et aussi la cible est plus petite. »

Vos commandants autorisent l’impression des T-shirts ?

« Oui. Bien qu’ils aient parfois interdit l’un ou l’autre T-shirt vraiment outrancier ; je ne me souviens pas de ce qu’il y avait dessus. »

Ces T-shirts-là ont tout de même l’air déjà plutôt outranciers. Pourquoi dessiner un enfant dans une ligne de mire ? Vous tirez sur des enfants ?

« Comme tireur d’élite, vous rencontrez bien des fois des situations extrêmes. Vous voyez tout à coup un petit enfant qui brandit une arme et c’est à vous de décider de tirer ou pas. Ces T-shirts, c’est pour moitié du cynisme et ils viennent illustrer les situations extrêmes que vous pouvez rencontrer. S’il y en a un qui voit sa cible dans les yeux, c’est le tireur d’élite. »

Vous êtes-vous retrouvé dans une situation pareille ?

« Une chance pour moi : pas face à un enfant, mais devant une femme oui. Elle ne portait pas d’arme mais elle était tout près d’une zone où il lui était interdit de se trouver et où elle pouvait représenter une menace. »

Et qu’avez-vous fait ?

« Je ne l’ai pas eue » (autrement dit, je n’ai pas tiré).

Vous ne le regrettez pas, je suppose.

« Non. Si j’avais dû tirer, j’aurais tiré. »

 
Motifs obscènes commandés par  des soldats du 13ème Bataillon de la Brigade Golani et des diplômés du cours de snipers de la brigade d'infanterie Carmon.

Nous sommes venus, nous avons vu, nous avons détruit

La réalité à laquelle sont confrontés les soldats qui servent dans les Territoires [occupés] se reflète dans les T-shirts imprimés ces derniers temps. Un T-shirt imprimé la semaine dernière peut nous apprendre quelque chose de l’état d’esprit de soldats du bataillon Lavie qui ont fait leur service en Cisjordanie pendant trois années consécutives : « Nous sommes venus… Nous avons vu… Nous avons détruit ! », est-il écrit sur le T-shirt, à côté de dessins représentant des armes, un soldat au regard furibond et un village palestinien avec, en son milieu, une mosquée détruite.

D’une façon générale, des mosquées détruites et des localités palestiniennes en feu sont une imagerie qui se répète sur de nombreux T-shirts. Un T-shirt imprimé après l’opération « Plomb Durci » à Gaza, dans le bataillon 890 des paras, présente un soldat figuré en King Kong au milieu d’une ville, objet d’une offensive. Le slogan est sans ambiguïté : « Si tu crois qu’on peut réparer, crois bien qu’on peut démolir ! ».

C’est Y*, un soldat d’une yeshiva doublée du service militaire, qui a dessiné ce T-shirt. « On montre ça au staff avant d’imprimer », dit-il.

Que tient le soldat dans sa main ?

« Une mosquée. Avant de dessiner ce T-shirt, j’ai hésité, parce que je voulais que ce soit comme King Kong mais pas quelque chose de trop monstrueux. Ce soldat de yeshiva, qui saisit la mosquée, je voulais qu’il ait un visage plus normal pour que ça n’ait pas l’air d’une caricature antisémite. Certaines personnes qui l’ont vu m’ont dit : "C’est tout ce que vous avez à montrer de l’armée israélienne ? Qu’elle détruit des maisons ?". Je comprends les gens qui regardent ça de l’extérieur et qui voient ça comme ça, mais moi j’ai été à Gaza et on insistait tout le temps sur le fait que l’objectif de l’opération, c’était d’occasionner des destructions aux infrastructures afin que le prix payé par l’Autorité Palestinienne et les dirigeants palestiniens les amène à comprendre qu’ils n’ont pas intérêt à poursuivre les tirs. C’est ça l‘idée de "Nous sommes venus détruire", sur le dessin ».

D’après Y*, « la plupart de ces T-shirts, les gens les portent à l’armée, pas dans le civil ; et à l’intérieur de l’armée, les gens regardent ça autrement. Je ne pense pas que j’irais avec ce T-shirt dans la rue, parce que ça mettrait le feu. Même dans ma yeshiva, je ne pense pas que les gens aimeraient ça ». Pour la fin de l’entraînement de base, Y* a aussi dessiné pour son unité un T-shirt où l’on voit un poing serré qui crève l’emblème des paras. Au-dessus du dessin, il est écrit : « Larmy de défense d’Israël » mais dans la première version du T-shirt, il était écrit : « Jusqu’à une balle dans la tête… ».

« Larmy », explique Y*, « c’est le nom de notre commandant de compagnie qui disait tout le temps, dans les conversations, que toute confrontation entre nous et l’ennemi s’achevait toujours par le même résultat : une balle dans la tête de l’ennemi. Mais quelqu'un du staff a dit d’enlever ça, parce que ça sonne trop agressif. Dans la compagnie, les gens comprennent le sens de cette phrase mais si quelqu'un de l’extérieur voit ça, cela paraît trop destructeur. »

D’où vient le poing ?

« Cela rappelle l’emblème de [Meir] Kahane. J’ai pris ça sur l’emblème de quelque chose en Russie, mais en principe c’est censé ressembler à l’emblème de Kahane, l’emblème de « Kahane avait raison »… C’est pour rire, notre commandant de compagnie est un va-t-en-guerre de ce genre. »

C’est un T-shirt qui a été imprimé ?

« Oui. C’était un T-shirt de la compagnie. On a imprimé cent et quelques T-shirts comme celui-là. »

Dans la brigade Golani, on ne veille pas non plus scrupuleusement sur la sainteté des symboles religieux. La section sabotage des « Prédateurs de la nuit » du bataillon 13 de Golani a commandé, en janvier de cette année, un T-shirt où est dessiné le farfadet de la brigade Golani actionnant une charge explosive qui démolit une mosquée, avec cette inscription : « Dieu seul pardonne ». Un des soldats de la section s’est énervé quand on lui a demandé quelle idée il y avait derrière ce T-shirt et si dans son unité, on avait l’habitude de faire sauter des mosquées. « Ça n’a pas une énorme signification, c’est juste un T-shirt de notre section », a-t-il répliqué. « Ce n’est pas toute une affaire. Un copain à moi a fait le dessin et à partir de là, nous avons fait un T-shirt pour la section. »

C’est quoi l’idée de « Dieu seul pardonne » ?

« C’est un dicton. »

Personne n’a eu de problème avec le fait que sur le dessin, on fait sauter une mosquée ?

« Je ne comprends pas où vous voulez en venir. Je n’aime pas comment vous filez. Ne tirez pas ça du côté où vous n’êtes pas censé le tirer, comme si nous haïssions les Arabes. »

Dans le même bataillon, après l’opération « Plomb Durci », on a fait imprimer un T-shirt où figure le Premier ministre Hamas, Ismaïl Haniyeh, sodomisé par un vautour. L’inscription ne laisse place à aucun doute : « Haniyeh, toutes les armes dans l’armurerie ! Fin de l’opération "Plomb Durci" ». S*, un soldat de la section qui a commandé le T-shirt, a expliqué que l’idée venait d’un T-shirt semblable qui avait été imprimé après la deuxième guerre du Liban et sur lequel Hassan Nasrallah figurait à la place d’Haniyeh. « On n’autorise pas de choses pareilles au niveau de la compagnie. C’est simplement un T-shirt que nous avons fait imprimer pour la section », dit-il.

C’est quoi le problème avec ce T-shirt ?

« Il y a des gens que ça dérange de voir ces choses-là, du point de vue religieux et tout ça. »

Comment ont réagi les gens qui l’ont vu ?

« Chez nous, à la section, il n’y a pas beaucoup de religieux, alors ça n’a pas été un problème. C’est simplement quelque chose que les copains avaient envie de faire imprimer. On se balade avec ça plutôt à la maison et pas dans la compagnie parce qu’il y a des gens que ça dérange, essentiellement des religieux. Les officiers nous disent qu’il vaut mieux qu’on ne porte pas de T-shirts comme ça à l’intérieur de la base. »

Racisme et obscénités

Les diverses esquisses imprimées ces dernières années dans l’entreprise « Adiv », l’une des plus importante en son genre en Israël, sont rangées dans des dizaines de tiroirs d’après le nom des unités de l’armée qui les ont commandées : paras, Golani, force aérienne, tireurs d’élite, Samson, etc etc. Dans chacun des tiroirs sont empilées des centaines d’illustrations triées par année de commande.

Beaucoup de ces impressions sont des caricatures et des slogans liés à la vie de l’unité, des jeux de mots internes qu’un étranger ne comprendrait pas et qu’il ne trouverait peut-être même pas intéressants, mais une partie illustre un esprit agressif, grossier et particulièrement violent. Le dirigeant de l’entreprise, Haïm Israël, travaille là depuis le début des années 80. Selon lui, on imprime en moyenne chez « Adiv » un millier de modèles différents chaque mois dont, à son estime, la moitié est destinée à des soldats. Haïm Israël se souvient que quand il a commencé à travailler dans l’entreprise, on n’imprimait quasiment pas d’articles vestimentaires pour des soldats. « Les premiers à l’avoir fait, ce sont des membres des Jeunesses Pionnières Combattantes (Nahal) », explique-t-il. « Puis d’autres unités d’infanterie ont commencé à sortir des T-shirts et aujourd’hui, n’importe quel cours réunissant 15 personnes sort son T-shirt. »

Il dit recevoir, à l’occasion, des plaintes d’officiers. « Les soldats font parfois des choses qui relèvent de l’expérience interne et qu’ils sont seuls à comprendre, et parfois ils font des bêtises qu’ils poussent à l’extrême », dit-il. « Il m’est arrivé quelques fois que des commandants me téléphonent et me demandent comment je peux imprimer des choses pareilles pour des soldats – par exemple, des T-shirts qui salissent trop les Arabes. Je leur ai dit que c’était une société privée et que le contenu ne m’intéressait pas. Je peux imprimer ce que je veux. Nous sommes neutres. Il y en a toujours eu de plus extrémistes et d’autres plus normaux. Simplement, aujourd’hui, il y a davantage de gens qui se font des T-shirts. »

Abiathar Ben-Tzedef, chercheur associé à l’International Policy Institute for Counter-Terrorism (ICT) et ancien éditeur du journal militaire « Ma’arakhot », explique que le phénomène de l’impression de T-shirts est le produit de « la course folle parmi les fantassins à celui qui serait unique, inimitable. Autrefois, les soldats ne portaient pas sur eux les emblèmes de leur unité. Ce qui s’est produit depuis est le résultat de la décision de donner un emblème et un béret à chaque unité et, pour arriver à consolider l’esprit d’unité, chaque unité a imaginé quelque chose qui lui soit propre. Actuellement, ce qu’on voit sur les T-shirts est parfois honteux. Cela découle de ce que l’obscénité langagière est extrêmement répandue et régulière dans ce pays et qu’il y a un manque de respect pour l’homme et son environnement, y compris un racisme allant dans tous les sens. »

Yossi Kaufman, qui gère le forum Armée et Sécurité du site Internet « Fresh », a servi dans les blindés, dans les années 96-99. « Moi aussi, j’ai dessiné des T-shirts et je me souviens du premier », dit-il. « Il y avait un petit emblème à l’avant et un jeu de mot à usage interne : "Quand nous mourrons, nous irons au Paradis, car nous sommes déjà passé par l’enfer" ».

Dans son travail pour le site « Fresh », Kaufman a lui aussi découvert des T-shirts du style de ceux présentés dans cet article : « Je sais qu’il y a des T-shirts de ce genre : il y en a dont on m’a parlé et d’autres que j’ai vus. Ce ne sont pas des T-shirts que les soldats peuvent porter dans le civil, car on leur lancerait des pierres, ni aux soirées au sein du bataillon parce que le commandant de régiment s’énerverait, alors ils les portent en de très rares occasions. Il y a toutes sortes de mots d’humour noir, principalement chez les tireurs d’élite : "Dommage que tu coures : tu va mourir fatigué" avec le dessin d’un enfant palestinien et pas d’un terroriste. Il y a un T-shirt de Golani ou Givati avec un soldat qui viole une jeune fille et, en dessous, il est écrit : "Pas de vierges – Pas d’attentats". L’idée m’a fait rire, mais c’était assez choquant. En son temps, quand on me demandait de dessiner ce genre de choses, je disais que ce n’était pas convenable. »

Le porte-parole de l’armée israélienne a transmis la réaction suivante : « Les directives de l’armée ne concernent pas l’habillement civil, en ce compris les T-shirts produits au terme des diverses formations de base et des divers cours. Les motifs imprimés sur les T-shirts le sont à l’initiative personnelle des soldats et sur des T-shirts civils. Les exemples rapportés par le journaliste de « Haaretz » ne sont nullement conformes aux valeurs essentielles de l’armée israélienne, ils ne représentent pas la vie au sein de l’armée israélienne et sont d’un parfait mauvais goût. L’humour de ce genre mérite tous les blâmes, toutes les condamnations. Dans le but d’œuvrer à l’éradication immédiate du phénomène, l’armée israélienne adresse aux commandants des recommandations selon lesquelles il convient de recourir aux instruments d’autorité et de discipline contre ceux qui prennent part à des choses de ce genre. »

Shlomo Tzipori, lieutenant-colonel de réserve et juriste spécialisé dans le droit militaire, dit que l’armée fait passer en jugement des soldats pour des violations commises en dehors de la base également et pendant leur temps libre. Pour des inscriptions qui constituent « une atteinte à l’honneur de l’armée et à l’honneur de ceux qui portent l’uniforme », il est possible, selon lui, de « faire comparaître les soldats pour "comportement honteux" ou pour "atteinte à la discipline" qui relèvent de paragraphes généraux des statuts juridiques de l’armée ».

Sous la ceinture

Que nous disent ces T-shirts sur les soldats qui les commandent et les portent et sur Israël en général ? Orna Lévy-Sasson, professeur au département de sociologie de l’Université de Bar Ilan et auteure du livre « Identités sous l’uniforme » qui traite entre autres choses de l’image de la masculinité dans l’armée israélienne, dit que « cela fait partie du processus de radicalisation à droite par lequel passe l’Etat tout entier depuis la seconde Intifada et dont les soldats sont le fer de lance. Cela s’exprime d’une manière tout à fait flagrante parmi les soldats dans les Territoires [occupés]. On est moins strict que par le passé et il y a une insensibilité toujours plus grande, avec cette conception que le Palestinien n’est pas une personne, pas un être humain ayant droit à des droits fondamentaux. Et on peut dès lors tout lui faire. »

Peut-on voir cela comme une décharge d’agressivité ?

« Non. Je pense que cela renforce et encourage l’agressivité et lui donne une légitimité. Ce qui me gêne c’est que le T-shirt est quelque chose que l’on conserve. Les soldats le portent dans le civil, puis ce sont leurs amies qui le portent. Ce n’est pas juste une déclaration, c’est quelque chose de matériel et qui reste, qui circule ensuite dans le monde. Par ailleurs, ce qui me semble intéressant c’est la combinaison de conceptions sexistes et nationalistes comme pour le T-shirt où il est question de "baiser Haniyeh". Le chauvinisme national et le chauvinisme sexuel se combinent et se renforcent l’un l’autre. S’établit ainsi une masculinité façonnée par la brutalité, la violence à l’égard des femmes et des Arabes, une masculinité qui juge légitime de parler des femmes et des Arabes d’une manière grossière et violente. »

Le colonel de réserve Ron Lévy a commencé son service militaire dans l’unité de commando Sayeret Matkal, avant la guerre des Six Jours. Dans les années 74 à 77, il a été le psychologue en chef de l’armée israélienne et dans les années 80, il a dirigé le département de santé mentale de l’armée israélienne. « J’ai connu des choses de ce genre au cours des quarante, cinquante dernières années », dit-il, « A chaque fois, leur expression diffère. L’agressivité et la violence sont très anciennes et aujourd’hui, cela s’exprime simplement via les T-shirts. D’un point de vue psychologique, il s’agit d’une des formes de projection de la colère, de la frustration et de la violence des soldats. C’est une certaine expression de choses que j’appelle "au-dessous de la ceinture" ».

Pensez-vous que ce soit un bon moyen de décharger des colères ?

« Assurément. Mais il y a là des choses qui s’écartent de la norme. »


Source : קורבנות אופנה | ההדפסים שעל חולצות יחידות צה"ל: הרג תינוקות ונשים בהריון

English version :
Dead Palestinian babies and bombed mosques - IDF fashion 2009

Article original publié le 20/3/2009

Sur l’auteur

Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=7380&lg=fr


TERRE DE CANAAN: 08/04/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  7:59