HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

16/07/2018
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Ils fourbissent leurs armes contre le peuple


AUTEUR:  Volker BRÄUTIGAM

Traduit par  Michèle Mialane. Édité par Fausto Giudice


Après Michael Sommer, Président de la DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund, Confédération  de tous les syndicats allemands), Gesine Schwan (SPD), candidate défaite à la Présidence fédérale allemande avait à son tour mis en garde contre des troubles sociaux qui pourraient éclater en Allemagne suite à la crise économique : «  Je n’exclue pas que la colère des gens monte en puissance dans deux ou trois mois. (…) Si aucune lueur d’espoir n’apparaît alors, l’ambiance peut devenir explosive.»1 Cette déclaration provoqua la colère de vastes cercles. Même son camarade de parti Walter Steinmeier prit ses distances avec les propos de Schwan et déclara qu’il ne fallait pas « tenter le diable ». 2 Il est évident que le  gouvernement fédéral dans son intégralité ne tient pas du tout à voir s’instaurer un débat sur la fracture sociale et les possibilités de résistance à celle-ci,  qui risquerait d’échapper à son contrôle.

On aide les banques et c’est le contribuable qui paie

 Beaucoup croient encore vraiment que ce ne sera pas si grave, et que, même dans ce cas, les autres en pâtiront plus qu’eux-mêmes. Beaucoup ferment les yeux sur le drame qui se prépare. La politique gouvernementale,  qui soutient le système économique néolibéral, désastreux et inhumain, au prix d’un endettement public astronomique, est révoltante, mais la révolte tarde à se manifester. Les médias à la botte de l’État et des grandes entreprises  ont décrit les premières manifestations, y compris celle du 16 mai 2009 organisée par le DGB (« Lutter de manière durable contre la crise. Nous voulons un pacte social européen ! Les responsables doivent payer !), comme minables et dépourvues d’ampleur, afin de les neutraliser au maximum.

   Mais est-il vraiment exclu que sous peu « l’on assiste à des violences généralisées » 3 face à la montée galopante du chômage, de la pauvreté et de la misère ?

 En tout cas, le gouvernement allemand se prépare, et  d’autres avec lui, à voir éclater  des troubles sociaux. En prévision de situations d’urgence, il renforce dans la plus grande discrétion l’appareil répressif de l’État et recherche des moyens de débusquer ses adversaires influents. La police fédérale et les commandos spécialisés des Länder (régions)  s’entraînent déjà, avec des collègues d’États alliés pour maîtriser des « situations d’urgence policière »4

 Dans mon Land de Schleswig-Holstein, mais aussi d’autres Länder, les bureaux de protection civile en sont déjà à fabriquer et stocker des cartes de ravitaillement. En cas d’inflation galopante la production et la vente de produits de base devraient être strictement encadrées et soumises à un rationnement. On ne pourrait plus acheter de produits alimentaires qu’en toute petite quantité et « en échange de tickets », comme autrefois pendant la guerre et l’après-guerre. Les instances locales sont chargées de prévoir des mesures en vue d’une rupture de l’approvisionnement en eau et en électricité.

Vous serez surveillés jusque dans votre lit

Parallèlement le gouvernement met en place une surveillance policière intensive ; la « défense contre le terrorisme » reste un prétexte très convaincant. Le Secrétaire d’État à l’Intérieur, August Hanning,( d’après la  taz, « … l’homme fort qui se cache derrière Schäuble ») a annoncé qu’il ne devrait plus y avoir de lieux non surveillés, même pour protéger la vie privée : «  Certes nous pensons que c’est plutôt dans les pièces à vivre qu’on parle de projets criminels. Mais si quelque chose nous indique qu’un couple se retire dans sa chambre à coucher parce qu’il s’y sent plus en sécurité, alors nous pouvons le surveiller là aussi. »5

  Oui, ils le peuvent. Les micro-ondes permettent de traverser les murs sans problèmes et de scanner ou mettre sur écoute les intérieurs et ceux qui s’y trouvent. Des capteurs émettent des radiations micro-ondes, à ondes millimétriques et fréquences térahertziennes, qui, réfléchies par les objets ciblés, peuvent être mesurées et exploitées par les services secrets.6 En outre on met au point des dispositifs d’écoute qui balayent tous les réseaux de communication afin de capter et de débusquer les membres de groupes en comparant les langages. Les USA mettront en service un dispositif de ce type – le Socio-Cultural Content in Language (SCIL) dès l’été 2009. 7Les Allemands fabriquent un appareil à micro-ondes de la taille d’une valise qui permet de mettre hors service tous les équipements électroniques d’une maison, en particulier les appareils de télécommunications, depuis le mobile jusqu’à l’ordinateur en passant par la radio et la télé.8

Des armes « non létales » qui en ont tué plus d’un

 En outre les services publics de recherche et l’industrie de l’armement travaillent sur des armes dites « non létales », adaptées à la répression de soulèvements « sans effusion de sang ». On n’a aucune confirmation officielle, mais un nombre croissant d’indices laisse supposer que certaines unités de police disposent déjà de ce type d’armes (Non Lethal Weapons). La police fédérale et les commandos d’intervention spéciale à Berlin ainsi qu’en Saxe et Rhénanie-Nord-Westphalie testeraient depuis six mois des armes électromagnétiques scalaires9 : des armes émettant des radiations micro-ondes pouvant occasionner des lésions importantes. La Grande-Bretagne et la Suisse s’en sont déjà procuré. Les fabricants et distributeurs sont Rheinmetall DE-TEE (Düsseldorf) et Diehl BGT Defence (Nuremberg). Ces firmes, ainsi que Heckler & Koch, HDW, EADS, Krauss-Maffei et d’autres fabricants d’armes contribuent à hisser  notre pays au rang méprisable de troisième marchand d’armes au monde.

L’une des nouvelles armes « non létales » utilise le courant électrique de faible ampérage mais à haut voltage (50 000 volts) : il s’agit du  Taser. Un pistolet qui envoie une aiguille suspendue à un fil très fin. Ce dernier transmet à la cible des décharges électriques provoquant de graves crampes musculaires. Non létales ? L’organisation  Amnesty international fait état de nombreux décès au Canada et aux USA, où le Taser est déjà employé au quotidien par la police.10 Jusqu’ici aucun État n’a fait d’enquêtes approfondies sur les séquelles physiques et psychiques entraînées à long terme par le Taser. Mais que serait l’Allemagne, si elle n’essayait pas de perfectionner aussi cette arme ? Diehl  met au point, avec 180 000 euros de subvention étatique, des Taser où le courant est conduit par un mince jet liquide. 11


En Irak, les troupes US testent les armes allemandes

Pour inventer et fabriquer de nouvelles armes, l’Allemagne n’a pas besoin de copier les USA, bien au contraire : ce sont les USA qui ont importé de nouvelles armes mises au point en Allemagne et en ont testé quelques-unes en Irak, par exemple le canon à micro-ondes12 de la firme Diehl BGT Defence –  une des nouveautés  desquelles l’armée et la police allemande sont déjà équipées ou pourraient l’être incessamment. 13

  L’ Active Denial System (ADS)13 utilise, tout comme les scanners d’écoute et de surveillance, dont nous avons déjà parlé la technique des micro-ondes.  Un faisceau d’ondes électromagnétiques est censé ne pénétrer que les 4 premiers dixièmes de millimètre de peau. Le faisceau émis par le « canon », et qui ressemble à une coupelle reste compact sur plusieurs centaines de mètres et peut échauffer douloureusement la peau des victimes, voire la brûler en cas extrême. Selon des sources Internet, les prototypes de l’ADS ont permis aux troupes usaméricaines de rôtir des Irakiens comme sur un grill.

  L’Advanced Tactical Laser (ADL) 13 est téléguidé par ordinateur à partir d’un avion. L’impact du faisceau lumineux compact a, paraît-il, à peine la taille d’un dessous de verre et provoque en une fraction de seconde des brûlures de haut degré. Le Pulsed Energy Projectile (PEP) est une arme du même type. Des décharges d’infrarouges au laser de quelques millisecondes chacune créent une impulsion mécanique qui sublime instantanément la surface de la victime (ses vêtements ou sa peau). Une onde de choc due à la vapeur et à l’énergie résiduelle projette la victime au sol. La portée du PEP pourrait atteindre deux kilomètres. Ses effets sont comparables à ceux des armes cinétiques : surdité, cécité, etc.

   Le  canon à bruit 13 a déjà été commandé par le Pentagone. Celui-ci, le Long Range Acoustic Device (LRAD) envoie des signaux acoustiques d’une fréquence de 2100 à 3100 hertz avec une puissance maximale de 150 décibels. Le bruit suraigu du LRAD provoque des douleurs épouvantables chez l’homme et les animaux présents à proximité. À partir d’un haut-parleur plat, il peut être dirigé en entonnoir vers des cibles étendues, par exemple des rassemblements humains. Cette arme prétendument non létale peut elle aussi provoquer de graves lésions (destruction de l’oreille interne et du sens de l’équilibre). Elle est régulièrement employée en Irak par les troupes usaméricaines.14

   Toutes les armes dont il a été question continuent à être perfectionnées – afin aussi d’abaisser le seuil de tolérance dans le public. En mai dernier on a discuté de l’état actuel des choses au «Symposium européen sur les armes non létales » qui s’est tenu à Ettlingen, dans le Bade-Wurtemberg. L’hôte de la manifestation était le Fraunhofer-Institut für Chemische Technologie (ICT), une institution publique. Il collabore avec la « Section technique  de défense pour les techniques de protection et spéciales » (WTD 52) de la Bundeswehr (armée fédérale allemande). Cette service considère la recherche et l’expérimentation de « moyens d’action non létaux » (nicht letale Wirkmittel, NLW) comme sa principale compétence.15

  Le symposium a réuni des experts de la lutte contre-insurrectionnelle venus de toute l’Union européenne : secrétaires d’État, militaires, policiers, scientifiques et représentants de l’industrie d’armement. Question débattue à la conférence : la police a-t-elle le droit de faire usage d’armes non létales contre des marches de protestation ou des manifestations - Crowd and Riot Control, CRC- ou l’armée pour des opérations militaires à l’étranger ? On devait discuter aussi de leur emploi pour protéger des cargos  contre des pirates et des « terroristes. » Il faut bien être de son temps.

 

Criminalisation des citoyens – fini, l’État de droit !

 La réunion a aussi permis de remettre sur le tapis l’éventualité d’une intervention de l’armée à l’intérieur. Ulrich Kirsch, Président du BundeswehrverbandLigue de la Bundeswehr) a déjà fait connaître sa position : dans certaines circonstances, l’intervention de l’armée à l’intérieur de l’Allemagne n’est pas une simple éventualité, elle est indispensable. Il existerait des scénarios auxquels seuls les moyens militaires seraient adaptés.16 La Bundesakademie für Sicherheitspolitik (BAKS , Académie fédérale de politique sécuritaire), en rajoute : la séparation entre police et services secrets ne serait plus défendable, un Conseil national de Sécurité sur le modèle de ce qui existe aux USA [et désormais en France,NdR] devrait désormais coordonner la police, les services secrets et les milices de défense territoriale  («Heimatschutz) de la Bundeswehr.17 Un discours que les ministres Jung et Schäuble tiennent depuis longtemps.

  Et la Ministre de la Recherche, Annette Schavan, pense aussi en termes de guerre civile. Elle a convenu en mars avec la Ministre US de la Sécurité du territoire, Janet Napolitano, d’ « une collaboration scientifique et technologique.»18  Il paraît que les méthodes de « recherche de menaces contre la sécurité civile », la « protection d’infrastructures névralgiques et des ressources-clés » ainsi que « la réaction aux crises, le management des conséquences et la limitation des dégâts en cas d’évènements lourds de conséquences » présentent un intérêt scientifique. Des accords du même type ont été conclus  avec la France et Israël.



Notes

1 Schwan, Gesine, interview au Münchner Merkur,  du 23.04.2009.

2 voir. NN. Internet-Portal www.rp-online.de/public/article/politik/deutschland/700442/Schwan-sorgt-fuer-allgemeine-Empoerung.htm l

3 Schramm, Georg, chansonnier,  ZDF, «Neues aus der Anstalt», Mainz,  24.03.2009. www.anstalt.zdf.de/ZDFde/inhalt/31/0,1872,4291327_idDispatch:8476934,00.htm l

4 Remarque.: L’intervention policière à la frontière franco-allemande à l’occasion de la réunion des membres de l’OTAN  à Baden-Baden et Strasbourg les 3 et 4 avril derniers n’était déjà plus un exercice mais un « cas grave ». Elle s’est déroulée exactement selon le «  scénario » déjà prévu depuis longtemps en Allemagne en cas des problèmes strictement intérieurs.:  Marker, Hans J., «Almanach der Vorschriften für länderübergreifende Einsätze in polizeilichen Grosslagen». Syndicat de la police (éditeur). Wölfer, Haan. Cf. www.buchhandel.de/detailansicht.aspx?isbn=978-3-9806061-1-

5 Hanning, A., Interview  accordée à Chr. Rath, tageszeitung (taz), Berlin, 14.03.2009. www.taz.de/1/politik/schwerpunkt-ueberwachung/artikel/1/intime-geraeusche-werden-geloescht /

6 voir aussi . www.scinexx.de/dossier-detail-393-7.html

7 voir  aussi www.linguistlist.org/issues/18/18-3875.html

8 voir www.iddd.de/umtsno/total.htm , vgl. http://ichblicksgrad.net/

9 voir aussi www.allmystery.de/themen/gg969 7

10 Spiegel Online du16.12.2008: «Le Taser a fait des centaines de morts», Hambourg, , cf. www.spiegel.de/panorama/justiz/0,1518,596670,00.html

11cfhttp://www.diehl.de/index.php?id=91&tx_cltechnicalstuff_pi1%5BshowUid%5D%5BshowUID%5D=13&tx_cltechnicalstuff_pi1%5BshowUid%5D%5BbackPID%5D=43&cHash=8413ae8d8c    

12  cf. www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/0,1518,462187,00.html

13 Indications fournies par:  Altman, J. Millimetre Waves, Lasers, Acoustics for Non-Lethal Weapons? Physics Analyses and Inferences.Hg. Deutsche Stiftung Friedensforschung (DSF), Osnabrück, 2008. (Édité par la Fondation allemande de recherches sur la paix, Osnabruck, 2008  Vgl. www.steinbergrecherche.com/08waffen.htm . Autres sources: www.german-foreign-policy.com/ ; www.globalresearch.ca/index.php?context=otherLang&langId=6 ; www.informationclearinghouse.info/

14 Rötzer, Florian, «Sound-Laser»,  22.09.2005. Vgl. www.heise.de/tp/r4/artikel/20/20992/1.html

15 German-Foreign-Policy, Répression graduée des soulèvements, présenté par l’auteur, voir www.german-foreign-policy.com/de/fulltext/57490

16 Kirsch, Ulrich, interview accordée à la  Märkische Oderzeitung du 18.01.2009

17  Site du BAKS : Contribution au débat sur le Conseil national de sécurité. !! Cf.aussi Adam, Rudolf, exposé  sur : les Services secrets en démocratie : indispensables à la sécurité ou corps étrangers vivant du complot ? 

18 Auteur inconnu : Se défendre du terrorisme:. L’Allemagne et les USA main dans la main pour la sécurité Handelsblatt, Berlin, 16.03.2009. www.handelsblatt.com/politik/deutschland/deutschland-und-usa-forschen-gemeinsam-fuer-sicherheit;2204035

 
  « Ce n’est pas l’homme qui est fait pour l’État,
mais l’État qui fait pour l’homme »

  L’article 1 de la Loi fondamentale débute par ces phrases : « Nul n’a le droit d’attenter à la dignité humaine. La respecter et la protéger sont un devoir  pour tout pouvoir public. » Le premier jet, au Herrenchiemsee1, ouvrait même la Constitution par ces phrases : « Ce n’est pas l’homme qui est fait pour l’État, mais l’État qui est fait pour l’homme. » Pour ainsi dire une illustration vivante de ce que signifie  mettre au centre la dignité humaine et  non plus l’État totalitaire.

  Jusqu’à quel point l’Allemagne s’est-elle éloignée de ces principes ?

  Elle s’en est beaucoup éloignée, un vrai cauchemar, à en croire le rapport où le publiciste allemand Volker Bräutigam montre que l’État s’arme contre le peuple, contre ses propres citoyens et citoyennes. Quelque chose qu’on a longtemps  cru réservé aux dictatures ; et des articles parus en Allemagne de façon récurrente  ont signalé que cela arrivait aussi aux USA. Tout récemment encore un article de Michel Chossudovsky sur la législation usaméricaine relative aux camps d’internement avait attiré l’attention sur ce sujet (« Les États-Unis se préparent pour l'implosion sociale», voir http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=12956 du 30 mars 2009.)

 Mais le gouvernement allemand travaille à cette défense contre ses propres citoyens en collaboration étroite avec ce gouvernement  US, et aussi avec les gouvernements français et israélien.

Naomi Klein a consacré l’avant-dernier chapitre de son livre La Stratégie du choc : La montée d'un capitalisme du désastre (Actes Sud, 2008) (ISBN 978-2-7427-7544-6)  à l’évolution de l’État d’Israël et sous-titré le chapitre «  Israël constitue un avertissement. Quand la paix ne sert plus à rien.»  Elle expose dans ce chapitre qu’Israël en est à chercher et à attiser des conflits et que l’économie du pays ne produit plus pour la paix, mais pour la guerre. C’est là qu’on peut espérer de gros chiffres d’affaires et de gros bénéfices. La Bourse israélienne est au beau fixe quand la guerre se déchaîne. « Industrie sécuritaire » et « services de sécurité » sont les vocables orwelliens qui désignent cette perversion de la créativité  humaine. Naomi Klein fait un inventaire de tout ce qu’Israël peut « offrir » sous ce rapport. Mais elle met en garde d’autres sociétés aussi : « Israël est certes un cas extrême, mais le type de société qu’on est en train d’y créer ne restera vraisemblablement pas un cas isolé. Le complexe du capitalisme de catastrophe prospère lorsque nous vivons en régime de conflits permanents de basse intensité. »

  Donc une mise en garde s’impose : pas seulement contre l’État allemand tel qu’il existe réellement et la politique qu’il mène, mais aussi contre le risque de se jeter dans la gueule du loup en cas de conflit dur. Chacun doit prendre conscience de la situation politique où nous nous trouvons actuellement. Et chercher des moyens d’améliorer la situation des gens dans notre propre pays et dans le reste du monde – de l’améliorer réellement. Cela commence presque toujours par les  petites choses. Dans tous les petits pas qui nous rapprochent de nos semblables.

 Mais sans se mentir à soi-même ni se laisser mener en bateau. Le Spiegel Online du 10 juin exposait  en long et en large une étude menée par des futurologues qui considéraient la crise actuelle comme « à peine plus qu’un orage purificateur » « accélérant un changement qui n’a que trop tardé». Une telle crise n’aurait rien d’extraordinaire et permettrait à l’économie réelle de « passer d’un bond à la vitesse supérieure »

  Pardon, Messieurs les « futurologues ». L’«orage purificateur », non content de détruire des millions d’emplois dans les pays riches, avec toutes les conséquences sociales que nous connaissons, condamne  dans le monde 100 millions d’êtres humains supplémentaires à souffrir la faim.

  La « guerre » des riches contre les pauvres est en pleine escalade, et l’exploitation prend des formes de plus en plus perfides ; désormais on prend aux pays pauvres leur richesse la plus naturelle, leurs terres cultivables.

 Au moyen de diverses méthodes et campagnes, on place d’autres pays en « état de choc » collectif, pour les rendre dociles : par exemple, en ce moment, l’Irlande. Voilà le vrai visage du « soft power ».

  Cependant, ces évolutions ne sont pas inévitables. L’histoire ne suit pas les « lois de la nature » ; ce sont les hommes qui la font.

   C’est pourquoi on peut appeler injustice ce qui est injuste ; et il faut l’appeler injustice, si l’on ne veut pas étouffer la voix de sa conscience. Les choses doivent être clarifiées et la raison doit rester en éveil. C’est ainsi que les choses changeront. Même en Allemagne.

 De « petits pas » : cela signifie qu’il faut garder en vue ce qui est réalisable, mais sans abandonner une progression conséquente et continue. Dans quelle direction ?  Vers le droit international et les droits humains, l’État de droit et la démocratie directe, la subsidiarité et le fédéralisme – le sens du bien commun, la justice et l’autodétermination.

Karl Müller (Zeit-Fragen)

1- On appelle convention constitutionnelle d’Herrenchiemsee (Verfassungskonvent auf Herrenchiemsee) la réunion, du 10 au 23 août 1948, d’experts envoyés par les Länder des zones d’occupation US, britannique et française en Allemagne pour rédiger une première version du projet de constitution du futur État fédéral ouest-allemand et préparer ainsi le travail du Conseil parlementaire. Elle eut lieu au monastère d’Herrenchiemsee, sur l’île d’Herrenchiemsee, en Bavière. (wikipedia)

 



Source : Zeit-Fragen - Gegen das Volk gerüstet

Article original publié le 15/6/2009

Sur l’auteur

Michèle Mialane et fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner les auteurs, la traductrice,  le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=7905&lg=fr


DANS LE VENTRE DE LA BALEINE: 23/06/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  1:6