HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

22/07/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Les quatre mamelles de Vera Lengsfeld ou le postérieur noir des Verts allemands


AUTEUR:  Jutta DITFURTH

Traduit par  Michèle Mialane. Édité par Fausto Giudice


En Rhénanie-Nord-Westphalie les affiches électorales des Verts exhibent le postérieur nu d’une Noire. Quant à Halina Wawzyniak, la candidate de la Linke [Parti De Gauche, NdT] à Berlin, elle expose le sien revêtu d’un jean. Vera Lengsfeld, de la CDU, offre en prime, avec son décolleté personnel, celui de la Chancelière. On pourrait dire : ils déraillent. Rien dans la tête à proposer à leurs électeurs/trices. Ou plutôt rien qu’ils oseraient proposer. Mais beaucoup à cacher.

    De pareilles  affiches  montrent bien que le féminisme est foutu. Les femmes en prennent plein la gueule, en plus des retombées de la crise économique. Nombre de jeunes femmes ont peur de se dire féministes, par crainte de se voir considérer comme des loosers. D’autres, moins conscientes, et de tout âge, utilisent le niveau zéro du débat pour bien montrer comme elles sont « libres ». Mais faire une marchandise de sa sexualité personnelle  ou en faire mauvais usage au service d’un parti politique est exactement le contraire d’une sexualité libérée et de l’émancipation.

    Parallèlement, sur quoi ces affiches gardent-elles un silence éloquent ? Sur la guerre en Afghanistan. Sur le racisme et le sexisme puants qui font florès. Sur l’aggravation de la pauvreté et sur les millions de travailleurs à temps partiel qui vont basculer dans le chômage de longue durée, peu après les élections, vraisemblablement en 2010. On a étendu les réductions d’horaires de travail  (chômage partiel), pour que le désastre ne se produise pas avant les élections. Qui est responsable de la misère sociale, sinon celui qui la génère: le capitalisme ? Ce sont précisément les partis au service de l’État du capital, qui maintenant exhibent diverses parties du corps des femmes.  (Davantage à ce sujet dans Zeit des Zorns).

   De fait il en va, au moins sur l’une des affiches, de plus encore : du racisme, du sexisme et en filigrane, de l’homophobie. L’affiche  des Verts à Kaarst montre une femme « blanche » aux ongles laqués de rouge qui prend à pleines mains le postérieur nu d’une femme « noire ». On ne voit que les avant-bras de la femme blanche ; de la Noire, son dos, ses fesses et ses cuisses. Ni l’une ni l’autre n’ont de visage.

    Le premier niveau, c’est le sexisme : on utilise le corps des femmes pour faire de la réclame. Le second niveau, c’est le racisme : seul le postérieur de la femme noire est nu, il est offert aux spectateurs et métaphoriquement saisi. Le corps de la femme blanche est caché par une espèce de mur. Le troisième niveau, c’est l’homophobie, la phobie des lesbiennes. L’affiche permet au spectateur mâle de guigner deux femmes- plus exactement : des fragments du corps de deux femmes sans visage - dans une posture érotique. L’amour lesbien devient un  bien de consommation destiné à la propagande électorale.  Ce qui revient - mais les responsables l’ignorent - à  discriminer la sexualité et l’homosexualité féminines.

   L’affiche  y ajoute un texte bassement insultant : « La seule raison de voter noir ». Que veut dire cette merde? Que tous les gens d’ascendance noire sont à la CDU et que s’ils dénudent leurs jolis postérieurs, nous voterons pour eux ?

       Or cette affiche n’était pas une gaffe ; elle a bien été élaborée par des têtes qui pensent raciste. Les Verts de Kaarst ont en effet justifié ainsi leur affiche : «  Les reproches de sexisme et de racisme qui nous ont été faits ne sont pas fondés. Si notre affiche donnait cette impression à quelqu’un, il faudrait aussitôt lui objecter les principes fondamentaux des Verts. Cette image pourrait aux contraire être qualifiée à bon droit d’ « antiraciste », et des gens « d’origine immigrée » nous en ont eux-mêmes témoigné. » Circulez, ya rien à voir.

  Analysons cette réponse :

Parce que certains « principes des Verts » se laissent ranger dans la catégorie de « l’antiracisme », tout ce que feront les Verts, aussi raciste que ce soit, sera antiraciste. Cela rappelle fâcheusement les principes pacifistes des Verts et leur premier soutien à une guerre, celle de 1999 en Yougoslavie. La paix c’est la guerre et le racisme c’est l’antiracisme.

 Deuxièmement : Les Verts de Kaarst pensent que, s’ils peuvent dénicher suffisamment de Turcs- Italiens - Grecs - Ghanéens qui trouvent à leur gré leur affiche raciste, ils peuvent la placarder. Bon sang, mais c’est bien sûr : tous les migrants et leurs descendants sont féministes et antiracistes et jamais antisémites… Et, troisièmement : comment ces racistes verts en sont-ils venus à penser que tout postérieur noir est  « d’origine immigrée » ? La réponse dans Initiative Schwarze Menschen in Deutschland (Initiative de Noirs en Allemagne)

  Au niveau fédéral, les Verts, effrayés par le nombre des protestations, ont qualifié l’affiche de « malheureuse ». Bel euphémisme. Cela rappelle le maire de Hoyerswerda, qui, après les agressions meurtrières contre des réfugiés et demandeurs d’asile, n’avait pas montré une ombre d’empathie envers les victimes, mais ne s’est soucié que de l’image de sa ville. Les Verts de Kaarst, vexés, ont montré alors une fois de plus qui ils étaient et ont repris l’image sur leur site, avec dessus une croix verte portant l’inscription : « censure ». Censurer veut dire : interdire à quelqu’un d’exprimer une opinion, quand il en a une.


Source : www.jutta-ditfurth.de et Verlagsgruppe Dromer Knaur - Vera Lengsfelds vier Brüste oder der schwarze nackte Hintern der Grünen

Cet article est une contribution au débat sur le livre ZEIT DES ZORNS. Streitschrift für eine gerechte Gesellschaft, Droemer Verlag, EUR (D) 16,95, EUR (A) 17,50, sFr 29,90, ISBN: 978-3-426-27504-7. © Jutta Ditfurth

Article original publié le 13/8/2009

Sur l’auteure

Michèle Mialane et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteure, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8364&lg=fr


DANS LE VENTRE DE LA BALEINE: 16/08/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  4:42