HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

21/07/2019
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 

Assassiner des Palestiniens pour leurs organes


AUTEUR:  Khalid AMAYREH خالد العمايرة

Traduit par  Isabbelle Rousselot. Édité par Fausto Giudice


Jérusalem-Est occupée - Des responsables et des porte-paroles israéliens s'insurgent contre un éminent journal suédois qui a publié un rapport affirmant que l'armée d'occupation israélienne assassinait des Palestiniens afin d'utiliser leurs organes pour des greffes sur des patients juifs.

Aftonbladet, un des journaux les plus populaires de Suède, a rapporté lundi 17 août, que les soldats de l'occupation israélienne assassinaient de jeunes Palestiniens en Cisjordanie afin d'extraire leurs organes et de les vendre. L’article est illustré par une photographie montrant le corps de la victime d’une de ces exécutions, avec de grands points de suture allant de son menton jusqu'à son bas-ventre. [Lire l'article ici]

Bilal Achmed Ghanan, 19, sköts och fördes bort av israeliska 
Bilal Ahmed Ghanem, 19 ans, fut exécuté puis enlevé par des soldats israéliens en mai 1992. Quand sa famille récupéra son corps, elle découvrit une longue suture allant de son ventre à son menton. Photo : Donald Boström

L’article cite les propos de la famille d'une des victimes : « On a pillé les organes de nos fils».  L’article fait aussi un lien avec le récent scandale de corruption qui a éclaté au New Jersey impliquant des élus et des rabbins dans un commerce illégal d'organes.

L'auteur de l'article, Donald Boström, indique que de forts soupçons existent parmi les Palestiniens que les organes des jeunes hommes soient collectés par l'armée israélienne. Il suggère que la Cour Pénale Internationale de La Haye ouvre une enquête sur cette affaire.

Témoin

Boström cite un témoin palestinien qui déclare que l'armée d'occupation israélienne a abattu un jeune Palestinien d'un village de Cisjordanie puis lui aurait extrait ses organes. La victime palestinienne a été identifiée comme Bilal Ahmed Ghanem. «  Il a été emporté à bord d'un hélicoptère militaire et a été ramené mort, cinq jours plus tard. Quand les membres de sa famille l'ont enterré, ils ont découvert une longue suture allant de son ventre à son menton. »

Boström cite également un autre témoin qui atteste que leurs fils ont été utilisés comme « donneurs d'organes non volontaires ».

« Légendes de crimes rituels »
Le porte-parole et les responsables du ministère des affaires étrangères israéliens s'emballent et pestent contre Aftonbladet, accusant le journal populaire de diffuser des « légendes de crimes rituels » et des « bobards » sur Israël.

Le porte-parole israélien Yigal Palmor, a déclaré que le journal suédois avait « fait de la diabolisation d'Israël, une cause sacrée. »

D'autres responsables israéliens ont menacé d'intenter un procès au journal suédois pour diffamation, prétendant que l'article était une manifestation d'antisémitisme.

Israël a réagi de manière exacerbée au critiques internationales à l’encontre de son traitement manifestement brutal des Palestiniens et du racisme éhonté associé à ce traitement.

Au début de cette année, l'armée israélienne, utilisant des armes prohibées par la communauté internationale, a lancé une guerre-éclair massive et meurtrière sur la population littéralement sans défense de la bande de Gaza, mutilant et réduisant en cendres des milliers de civils innocents, dont des centaines d'enfants.

Les organisations des droits humains qualifient l'énorme saccage de terreur et de mort qui a duré plus de 20 jours, d'«évidents crimes de guerre» et de «crimes contre l'humanité».

De la même façon, Israël a tué des milliers de civils innocents en Cisjordanie et de nombreuses victimes ont été envoyées à l'institut médico-légal d'Abou Kabir afin d'y être autopsiées.

Cependant, on ne sait pas très bien si les organes vitaux des ces jeunes victimes ont été mis à la poubelle ou prélevés pour des transplantations sur des patients juifs.

L'armée israélienne, qui exerce une énorme influence politique et juridique en Israël, a presque toujours pu empêcher un examen de ses opérations en Cisjordanie, qui sont menées en parfaite violation de la législation internationale, en particulier humanitaire.

Un précédent

En janvier 2002, un ministre du cabinet israélien a implicitement reconnu que des organes extraits de corps de victimes palestiniennes avaient été utilisés pour des greffes sur des patients juifs à l'insu des familles des victimes palestiniennes.

Le ministre, Nessim Dahan, a déclaré en réponse à une question d'un membre arabe de la Knesset, qu'il ne pouvait ni démentir ni confirmer que des organes de jeunes gens et d'enfants palestiniens tués par l'armée israélienne avaient été extraits pour des transplantations ou pour des recherches scientifiques.

« Je ne pourrais pas affirmer avec certitude que ce genre de choses ne s'est pas produit. »

Le membre arabe de la Knesset qui a posé la question à Dahan aurait été Ahmed Teibi. Teibi a fait remarquer qu'il avait reçu des « preuves crédibles » démontrant que des médecins israéliens à l'Institut médico-légal d’Abou Kabir, avaient prélevé des organes vitaux comme le cœur, les reins, et le foie, sur les corps de jeunes Palestiniens et d'enfants, tués par l'armée israélienne à Gaza et en Cisjordanie.

Durant une interview sur la chaîne de TV Al-Jazira, en 2002, l'ancien dirigeant palestinien, Yasser Arafat, avait accusé le régime d'apartheid israélien d'assassiner des nourrissons, des enfants et des jeunes Palestiniens et de collecter leurs organes vitaux pour des greffes.

« Ils assassinent nos enfants et utilisent leurs organes comme pièces de rechange. Pourquoi le monde entier reste t-il silencieux ? Israël profite de ce silence pour intensifier son oppression et la terreur contre notre peuple », déclarait un Président Arafat en colère.

Pendant l'interview, qui eut lieu le 14 janvier 2002, Arafat montra des photographies de corps mutilés d'enfants.

« Je ne m'inquiète pas pour moi », indiquait le Président alors assigné à domicile, « je m'inquiète pour le peuple palestinien qui est assiégé depuis les 15 derniers mois. »

Israël a reconnu que des médecins à l'institut L. Greenberg de médecine légale à Abou Kabir, avaient collecté les organes de 3 jeunes Palestiniens tués par l'armée israélienne près de Khan Younis.

Après 10 jours, les corps des trois victimes furent rendus à leurs familles pour être enterrés mais sans leurs organes et même sans leurs yeux qui avaient été retirés.

Israël n'a jamais mené d’enquête sérieuse concernant cette affaire ni sur d'autres incidents impliquant l'extirpation d'organes vitaux de corps de victimes palestiniennes tuées par les forces d'occupation israélienne. 

Selon la journaliste Saira Soufan, la collecte illégale d'organes de soldats palestiniens et de combattants de la liberté est certifiée depuis avant les années 1990.

« Une fois les corps des soldats morts rendus à leurs familles endeuillée, le pillage des parties du corps est découvert pendant l'enterrement. »
« Les cavités vides du corps ont été remplies avec des déchets comme de la ouate, des tuyaux d'arrosage et des manches à balais puis recousus à la suite d'une soi-disant « autopsie ».

De temps en temps, les autorités israéliennes volent les organes des corps de touristes qui sont décédés en Israël.

Un cas qui n'a pas été rendu public, s'est produit en 1998 quand un Écossais, Alistair Sinclair, mourut dans des circonstances mystérieuses dans un lieu clos de l'aéroport Ben-Gourion.

Les parents de M. Sinclair intentèrent un procès contre les autorités israéliennes lorsqu'ils découvrirent que le cœur et d'autres organes du corps de leur fils avaient disparu. Un cœur et des organes de remplacement furent envoyés à la mère qui n’a jamais cru qu'ils appartenaient à son fils.


Source : l'auteur -Murdering  Palestinians for their organs


Article original publié le 20/8/2009

Sur l’auteur

Isabelle Rousselot et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8512&lg=fr

  


TERRE DE CANAAN: 29/08/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  3:5