HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

22/07/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
Hier l'Afrique du Sud, aujourd'hui Israël : où est la différence ?

Les boycotts, un moyen légitime de résistance-Une réponse à Uri Avnery


AUTEUR:  Kim PETERSEN

Traduit par  Fausto Giudice


Les préjugés n’avancent pas toujours avec un visage laid. La même chose vaut pour le sionisme et le racisme.  Il est tout à fait possible pour des personnes bien intentionnées d’entretenir un préjugé et, pire encore, d'agir sur la base de préjugés.

Uri Avnery s'oppose à la brutalité infligés aux Palestiniens. Il milite pour la paix avec les Palestiniens. Mais il a aussi un passé sioniste. Il est né en Europe européenne et a combattu dans les rangs de l'Irgoun terroristes dans la perpétration d'un holocauste (Nakba) contre les Palestiniens. Il a plus tard renoncé à la tactique de l’Irgoun. Il est contre la guerre, mais il n'est pas contre les fruits de la guerre. Il approuve une solution à deux États. En d'autres termes, les Juifs israéliens veulent conserver ce dont ils ont dépossédé les autres - ce tout en continuant à faire pression pour le retour de ce dont ils ont été dépossédés eux-mêmes 1.

 Avnery préconise un usage sélectif des tactiques contre le sionisme. C’est manifeste à propos d'un boycott international d'Israël. Avnery déclare que personne n'est mieux qualifié que l’archevêque sud-africain Desmond Tutu pour répondre à cette question 2.

Que dit Que dit Tutu ? Il a appelé la communauté internationale à traiter Israël comme elle a traité l’Afrique du Sud de l'apartheid. Tutu soutient la campagne boycott-désinvestissement-sanctions contre Israël. 3

Le compatriote israélien d’ Avnery, Neve Gordon, considère que le  temps du boycott est venu. 4 Avnery se lamente: «Je suis désolé mais je ne peux pas être d'accord avec lui cette fois-ci - ni sur la similitude avec l'Afrique du Sud, ni sur l'efficacité d'un boycott d'Israël. "

En effet, les deux apartheids - bien que similaires à bien des égards - sont également différents. Gary Zatzman pointed to a key difference: Gary Zatzman souligné une différence essentielle:

"Malgré tous ses maléfices graves et incontestables et les nombreux crimes contre l'humanité commis en son nom, y compris des massacres physiques, l'apartheid sud-africain des racistes blancs, ne relevait pas d’une intention de commettre un génocide. Le sionisme, en revanche, s’est engagé dans la dissolution de l'intégrité sociale, culturelle, politique et économique du peuple palestinien, c'est-à-dire un génocide, dès le départ, au moins depuis l'injonction de Théodore Herzl dans son journal, à effectuer "le transfert" des "population sans le sou" palestiniennes «discrètement et avec circonspection" 5.

Les boycotts comme tactique contre le racisme

Selon Avnery, Tutu lui a dit: "Le boycott a été extrêmement important, beaucoup plus que la lutte armée."

Mais ce fut le révolutionnaire Nelson Mandela, qui avait refusé de renoncer au droit à la lutte armée, qui négocia le démantèlement de l'apartheid en Afrique du Sud 6.

Tutu a également dit à Avnery : «L'importance du boycott n’était pas seulement économique mais aussi morale."

Avnery écrit: «Il me semble que la réponse de Tutu insiste sur la différence énorme entre la réalité sud-africaine de l'époque et la nôtre aujourd'hui."

Alors, qu’est en train de dire Avnery? D'abord, il affirme que Tutu est la personne la mieux qualifiée pour parler à l'efficacité du boycott comme outil dans la lutte contre le racisme, puis il dit que Tutu a tout faux. Avnery veut-il donc, dire qu'il est lui-même le mieux qualifié pour parler de l'efficacité des boycotts contre le racisme?

Avnery craint que les Juifs israéliens sentent que "le monde entier est contre nous».

Toutefois, n'est-ce pas, dans un sens, le but: montrer que le monde entier est contre le racisme juif vis-à-vis des Palestiniens? Il faut souligner que le monde n'est pas contre les Juifs, comme la propagande israélienne aimerait bien le faire croire. Bien qu'il ne le précise pas expressément, Avnery utilise une version de l’accusation d’l'antisémitisme: si vous êtes contre quoi que ce soit que fait Israël, alors vous êtes contre les Israéliens. Cette perversion grotesque de la morale et la logique veut que le fait d'être contre le racisme envers les Palestiniens font de vous un antisémite.

Avnery admet: «En Afrique du Sud, le boycott mondial a contribué à renforcer la majorité et tremper  pour la lutte. L'impact d'un boycott sur Israël serait exactement le contraire: ce serait pousser la grande majorité dans les bras de l'extrême-droite et créer une mentalité de forteresse contre le «monde antisémite». (Le boycott aurait, bien entendu, ont un impact différent sur les Palestiniens, mais ce n'est pas le but de ceux qui le préconisent.) "

Avnery ne fait que constater le statu quo actuel. Israël est déjà recroquevillé dans une mentalité de forteresse d'extrême droite. Le boycott n'en est pas la cause. Avnery fait une fixation sur la dynamique des populations. Quelle est la pertinence de la majorité et la minorité dans le raisonnement d’Avnery?  Il semblerait que le fait que les Palestiniens constituent la minorité - et qu’ils soutiennent le boycott – devrait être une bonne raison d'apporter un appui international au boycott. Qui et quoi Avnery soutient-il : les Palestiniens du racisme ou les juifs israéliens contre les effets économiques et la stigmatisation morale d'un boycott international ?

Quant à l'objectif de la campagne de boycott: " refuser à Israël les moyens financiers de continuer à tuer des Palestiniens et d'occuper leurs terres." 7

Avnery évoque «l'Holocauste», soutenant que la souffrance des Juifs s'est gravée profondément dans l'âme juive. Que les nazis aient enfermé les juifs dans des camps de concentration était un outrage moral. Mais quelle est la leçon de la Seconde Guerre mondiale? Que la souffrance infligée à un groupe identifiable de personnes est un mal et une erreur, ou qu'un groupe peut s'approprier un holocauste, le faire sien, et utiliser la souffrance passée comme un bouclier pour infliger un holocauste à un autre peuple? Avnery affirme qu’un boycott contre  les Juifs leur rappellerait le nazisme, mais quand des Juifs utilisent des techniques de type nazi, qu’est-ce que ça leur rappelle ?

Avnery dit qu'il est normal de boycotter les produits des "colonies". Il établit une distinction entre les "colons" [« settlers », en anglais, terme anodin qui évoque les « pionniers », NdT] (c’est-à-dire les "colonisateurs") et d'autres Juifs israéliens. Comment alors Avnery rationalise-t-il le fait que les «colons» sont en Cisjordanie?

Avnery affirme: «Ceux qui appellent à un boycott le font en désespoir de cause. Et c’est là le fond de la question. "En effet, le désespoir est la réalité de vie pour beaucoup de Palestiniens sous occupation ou dans des camps de réfugiés.

Avnery afirme qu'un boycott international serait difficile à réaliser, et que les USA ne l’appuieraient pas. Ce n'était pas non plus facile à réaliser à l'encontre des régimes d'apartheid en Afrique du Sud. Est-ce une raison pour ne pas essayer? Est-ce que les USA ne se sont pas opposés à un boycott de l'Afrique du Sud? Oui, cela pourrait prendre un certain temps. Mais les temps changent. La récalcitrance desUSA (et de leurs alliés occidentaux) a été passée au rouleau compresseur au Venezuela, à Cuba, en Bolivie et ailleurs. Les Empires ont connu grandeur puis décadence tout au long de l'histoire.

Avnery estime que la tactique du boycott est "un exemple d'un diagnostic erroné conduisant à un traitement erroné. Pour être précis: l'hypothèse erronée que le conflit israélo-palestinien ressemble à l'expérience sud-africaine aboutit à un choix erroné de stratégie."

Avnery poursuit: "En Afrique du Sud il y avait un accord total entre les deux parties sur l'unité du pays. La lutte visait le régime. Les Blancs et les Noirs se considéraient tous Sud-Africains et étaient déterminés à garder le pays intact. Les Blancs ne voulaient pas de partition, et ne pouvaient pas la vouloir, car leur économie était basée sur le travail des Noirs. "

Il semble que l’analyse est plutôt bancale. «Les Blancs ne voulaient pas de partition"?  Comment Avnery  peut-il affirmer des choses aussi inexactes factuellement ? Qu’étaient les Venda, les Lebowa, les bantoustans, sinon des sections de l'Afrique du Sud soumises à partition par le gouvernement blanc? En outre, le fait que le sionisme n'est plus dépendant de la main-d'œuvre palestinienne ne masque pas le fait qu'il était à une époque dépendant de son travail; Avnery est fait un drôle de tri dans son argumentation. Refuser aux Palestiniens le droit de travailler dans la Palestine historique est une tactique émanant du sionisme.

 En outre, comment Avnery peut-il argumenter  contre un boycott international d'Israël quand Israël maintient un embargo illégal écrasant sur les Palestiniens - un crime de guerre? Tant qu'Israël utilise une telle tactique, alors la résistance, par le boycott, est certainement légitime.

Avnery dit que les Juifs israéliens et les Arabes palestiniens n'ont rien en commun. Toutefois, ce même manque de communauté était aussi vrai entre Blancs et Noirs Sud-Africains. Néanmoins, je m'insurge contre l'idée maîtresse de l'argumentation. Elle fait le lit du racisme. Juifs israéliens, Palestiniens, Noirs et Blancs d'Afrique du Sud sont tous les humains. Tous ils mangent, travaillent, dorment, rêvent, ont des familles. Cela devrait être une raison suffisante pour agir humainement les uns envers les autres: l'amour de l'humanité. Il est tout à fait possible d'embrasser notre humanité partagée et de respecter la diversité.

Avnery conclut: «En résumé: les deux conflits sont fondamentalement différents. Therefore, the methods of struggle, too, must necessarily be different.” Par conséquent, les méthodes de lutte, elle aussi, doivent nécessairement être différentes. "

Ce raisonnement est une erreur logique , tout comme c’est une erreur logique et morale que le fait d’avoir été victime d'un génocide minimise votre culpabilité dans un génocide ultérieur. On peut suspecter Avnery d’ être victime d'une conscience douloureuse et d’une dissonance cognitive. Je soutiens que les deux "conflits" 8 sont fondamentalement similaires. Fondamentalement, l'Israël et l'Afrique du Sud coloniaux,partagent ces caractéristiques: une un groupe d’outsiders racialement, culturellement et spirituellement différents ont dépossédé des peuples autochtones de leur terre par la violence et ont mis en place un système d'apartheid humiliant les autochtones et privilégiant  les occupants.

Avnery se concentre sur certains "fondamentaux" - que je considère pas comme des fondamentaux, mais comme des nuances - qu'il considère comme différents.

Pour Avnery, la solution réside dans «un plan complet et détaillé de la paix" du président US Barack Obama et dans «le pouvoir de persuasion sans réserve des USA » à conduire « vers un chemin de la paix avec la Palestine. »

Avnery se souvient bien des précédents plans de paix  appuyés par les USA, comme Oslo et la Feuille de route. Pourquoi, alors, met-il son espoir audacieux dans un Obama soucieux d’apaiser l'AIPAC ? Avnery Avnery espère-t-il que les Juifs israéliens se rendront compte que la paix avec les Palestiniens est la voie ? Le militant pacifiste vante les mérites d'une solution qui a échoué et été rejetée à plusieurs reprises. Il rejette une solution qui a marché en Afrique du Sud en raison de la sensibilité des oppresseurs.

Mais examinons la logique Avnery selon laquelle des "conflits"  fondamentalement différents exigent des formes de lutte différentes.

C’est  la lutte qui renverse l’oppression. Fondamentalement des "conflits" différents peuvent aboutir à des victoires grâce à des luttes similaires. À titre d'exemple, les révolutionnaires ont renversé une dictature soutenue par les USA à Cuba à travers la lutte armée et les révolutionnaires cubains vaincu les forces sud-africaine en Angola par la lutte armée 9.

En conclusion de son article, apparemment sûr de sa propre argumentation sur la personne qu'il juge la meilleure autorité qualifiée sur les boycotts comme outil pour surmonter l'apartheid, Avnery cite une prière de Tutu - une prière qui pourrait servir à chacun d'entre nous:

"Cher Dieu, quand je me trompe, s'il te plaît, rends-moi capable de voir mon erreur. Et si j’ai raison, s'il te plaît, rends-moi supportable la vie avec cela. "

Espérons qu’ Avnery sera capable d’autant d’ humilité quand il verra son erreur.

Notes 

1.    Voir Dinah Spritzer, “ Last chance for Holocaust restitution? ” JTA, 30 June 2009.

2.    Uri Avnery, “ Tutu's Prayer ,” Gush Shalom , 29 August 2009 et Tlaxcala, à paraître en français sur http://www.france-palestine.org/article12473.html   

3.    Desmond Tutu, “ Israel: Time to Divest ,” New Internationalist magazine, January/February 200

4.    Neve Gordon, «"Boycott Israel", Los Angeles Times, 20 août 2009 et Tlaxcala. À paraître en français sur Tlaxcala.

5.    Gary Zatzman, “The Notion of the ‘Jewish State’ as an ‘Apartheid Regime’ is a Liberal-Zionist One,” Dissident Voice, 21 November 2005.

6.    Voir Bill Keller, Tree Shaker: The Story of Nelson Mandela (Boston: Kingfisher, 2008). Mandela a voulu poursuivre une solution pacifique, non-violente de règlement, mais confronté à la violence du pouvoir d'Etat, il s'est senti obligé d'utiliser la violence comme méthode de lutte. Mandela did emphasize that this violence was not terrorism: 98. Mandela a souligné que cette violence n'est pas le terrorisme: 98.

7.    ” Aim of the boycott campaign ,” Boycott Israel Now (But de la champagne de boycott, par Boycottons Israël Maintenant).

8.    Le mot «conflit» minimise les atrocités infligées aux Palestiniens et aux Sud-Africains par leurs oppresseurs.

9.    Isaac Saney soutient que la bataille de Cuito Cuanavale a été le «point tournant dans la lutte contre l'apartheid ». Isaac Saney, “The Story of How Cuba Helped to Free Africa,” Morning Star, 4 November 2005 (L'histoire de comment Cuba a aidé à libérer l'Afrique)


Source : Dissident Voice - Boycotts as a Legitimate Means of Resistance

Article original publié le 29.8.2009

Sur l’auteur

Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8527&lg=fr

  


TERRE DE CANAAN: 31/08/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  4:43