HOME TLAXCALA
le réseau des traducteurs pour la diversité linguistique
MANIFESTE DE TLAXCALA  QUI SOMMES-NOUS ?  LES AMIS DE TLAXCALA  RECHERCHER 

AU SUD DE LA FRONTIÈRE (Amérique latine et Caraïbes)
EMPIRE (Questions globales)
TERRE DE CANAAN (Palestine, Israël)
OUMMA (Monde arabe, Islam)
DANS LE VENTRE DE LA BALEINE (Activisme dans les métropoles impérialistes)
PAIX ET GUERRE (USA, UE, OTAN)
MÈRE AFRIQUE (Continent africain, Océan indien)

ZONE DE TYPHONS (Asie, Pacifique)
KALVELLIDO AVEC UN K (Journal d'un prolo)
REMUE-MÉNINGES (Culture, communication)
LES INCLASSABLES 
LES CHRONIQUES TLAXCALTÈQUES 
LES FICHES DE TLAXCALA (Glossaires, lexiques, cartes)
BIBLIOTHÈQUE D'AUTEURS 
GALERIE 
LES ARCHIVES DE TLAXCALA 

23/03/2017
Español Français English Deutsch Português Italiano Català
عربي Svenska فارسی Ελληνικά русски TAMAZIGHT OTHER LANGUAGES
 
Le Horror Show de Telekom Allemagne, Acte III

Telekom : « Vous n’avez pas de sanctions à craindre »…


AUTEUR:  Jutta DITFURTH

Traduit par  Michèle Mialane. Édité par Fausto Giudice


[Lire les précédents épisodes des mésaventures de l'auteure avec Telekom : (1) Telekom : On se fout de vous - garanti !  (2) Opération Nuit et Brouilard ou : comment Telekom m’a déconnectée]

Telekom a la grande bonté de me proposer jusqu’à réception d’un paquet DSL commandé il y a plusieurs semaines une solution d’urgence nommée « Sofortkennung » (Identification immédiate, NdT) . On reçoit quelques données, et au bout de quelques jours, parce que tous les employés de Telekom ne savent pas ce qu’est un Mac, me voilà rebranchée à Internet ; je peux à nouveau envoyer des mails. Il s’avéra aussi que j’avais sauvegardé mes mails. Mais  durant un arrêt auquel Telekom avait dû procéder en raison d’une « panne d’agglomération», tous mes mails avaient disparu  du serveur et on avait tout simplement effacé mes anciens paramètres. Une mésaventure, à ce qu’on m’a dit, arrivée à quelques centaines de milliers de clients de Telekom. 

Ma ligne téléphonique et ma connexion Internet sont actuellement sur une seule ligne, analogique. En revanche mon fax ne fonctionne plus. J’apprécie à sa juste valeur l’exercice physique que me permet de prendre Telekom : si je veux téléphoner, je dois éteindre mon ordinateur, me glisser par-dessus ou dessous mon bureau et débrancher un  câble. En tout état de cause c’est moins compliqué que de taper sur un tam-tam ou d’élever des pigeons voyageurs, j’en tombe d’accord.

J’avais précisé à tous les employé-e-s de Telekom dont j’ai eu le plaisir de faire la connaissance, depuis Madame A. jusqu’à Monsieur Z., que les erreurs de Telekom mettaient mon bureau de journalistes au bord de la déroute, et que je devais, outre tout le travail courant, procéder à un gros envoi en nombre de mails. Ce dernier ne devait prétendument pas poser de problème. Grâce à l’ « identification immédiate »  j’ai enfin fait partir cet envoi, le 30 août dernier , toute confiante. J’ai été toutefois un peu étonnée de n’avoir reçu le lundi , contre toute  habitude, aucun retour.

Deux jours plus tard, le mardi premier septembre, j’ai reçu l’explication, sous la forme d’une charmante lettre de l’équipe de T-online . Aucun mail n’était parti,  car « l’envoi de mails est limité à 100 mails par jour et 1000 par mois ».  On me demandait de « faire preuve de compréhension, si mes mails n’avaient donc pu être expédiés.» Il s’avéra que par nombre de mails on entendait non pas celui des mails proprement dits, mais des destinataires (y compris en copie conforme et copie cachée). Telekom m’assura que « je n’avais à redouter aucune sanction d’aucune sorte » - du moins si je ne recommençais pas.

D’abord j’ai cru à une mauvaise plaisanterie, un spam, un hacker, un virus. Telekom me passait de correspondant en correspondant. Il me fallut téléphoner sur le ruineux portable (ma ligne fixe ne fonctionnant pas, tant que...). Je commençais à perdre vraiment patience, quand j’eus enfin au bout du fil une aimable technicienne. « Personne ne vous l’a dit ? Une identification immédiate ne permet en fait pas d’envoyer des mails. Leur nombre est limité à 100 par jour et 1000 par mois. - Que dois-je faire, alors ?- Vous pouvez acheter un paquet  de messagerie à 4,99 €. »

Je n’ai pas hurlé, ne suis pas entrée en fureur, j’étais devenue une championne de la maîtrise de soi. Ma ligne DSL devait être « ouverte » dans deux jours et il me fallait acheter pour 2 ou 3 jours  un paquet de messagerie à 4,99 € ? D’accord, dis-je, étonnée de ne pas m’entendre grincer des dents. Bien, répondit gaiement ma gentille technicienne, je vous envoie un mail et vous pouvez réserver. Bizarre : les paquets DSL on vous les vend en un tournemain, les contrats imposés et les nouveaux contrats mobile avec  deux ans d’engagement par harcèlement téléphonique (voir le commentaire envoyé le 1er septembre par Doris ) et là, il faut que j’écrive...-La technicienne promit que le mail arriverait dans dix minutes. Je l’ai crue. J’attends toujours. C’était le mardi 2, à midi, il y a juste 24 heures. C’étaient vraiment dix minutes de coiffeur.

Une amie de Francfort- Sachsenhausen m’a raconté hier qu’elle avait acheté il y a six mois un paquet Call + Surf Comfort Plus, qu’au début ça n’avait pas marché et qu’on lui avait expliqué qu’il s’agissait d’une « panne d’agglomération ». Un mensonge, comme le lui avait déclaré plus tard un technicien, rien de tel ne s’était produit. Or, six mois après, sa connexion téléphonique et Internet a eu une nouvelle panne, excusée à nouveau par une « panne d’agglomération. » Lorsqu’elle a mis en doute cette explication, l’employée de Telekom lui a dit « Veuillez rester polie! »

Le week-end dernier , lorsque Telekom a stoppé mes envois, il y avait à la Fête des musées de Francfort (Museumsuferfest) , qui a reçu trois millions de visiteurs en 3 jours, une tente Telekom où l’on vantait le paquet Entertain, qui comme nous le savons ne fonctionne pas en maint endroit à Francfort. Celui qui en commandait un sur place avait en prime un vol gratuit sur les lignes européennes de Lufthansa. Sans doute faut-il soudoyer les gens pour qu’ils achètent un aussi mauvais produit.

Je n’ai pas envie de voyager en avion.


Source :  www.jutta-ditfurth.de et Verlagsgruppe Droemer Knaur - Telekom an Ditfurth: »Sie müssen keine Sanktionen befürchten«

Article original publié le 2/9/2009

Cet article est une contribution au débat sur le livre
ZEIT DES ZORNS. Streitschrift für eine gerechte Gesellschaft, Droemer Verlag, EUR (D) 16,95, EUR (A) 17,50, sFr 29,90, ISBN: 978-3-426-27504-7. © Jutta Ditfurth

Sur l’auteur

Michèle Mialane et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8586&lg=fr



DANS LE VENTRE DE LA BALEINE: 06/09/2009

 
 IMPRIMER CETTE PAGE IMPRIMER CETTE PAGE 

 ENVOYER CETTE PAGE ENVOYER CETTE PAGE

 
RETOURRETOUR 

 tlaxcala@tlaxcala.es

HEURE DE PARIS  15:13